Eurovision 2019 : retrait de l’Ukraine (Mise à jour : conférence de presse de l’UA:PBC)

MERCREDI 27 FÉVRIER

Conclusion prévisible et attendue de cet Eurodrame ukrainien : la télévision publique ukrainienne a décidé de se retirer et de ne pas participer à l’Eurovision 2019.

L’UA:PBC n’est pas parvenu à conclure un accord avec la gagnante du Vidbir 2019, Maruv. Approchés, les groupes Freedom Jazz et Kazka, qui avaient terminé deuxièmes et troisièmes de la sélection, ont décliné la proposition du diffuseur. Par conséquent, l’UA:PBC a préféré opter pour un retrait.

Selon les termes du diffuseur ukrainien, cette décision est causée par la politisation extrême du Vidbir, la loi déterminant ses statuts, ainsi que le problème systémique de l’industrie musicale ukrainienne, en l’occurrence les nombreuses connections qu’entretiennent les artistes nationaux avec la Russie.

De son côté, l’Union Européenne de Radio-Télévision regrette cette décision et espère revoir l’UA:PBC au Concours, dès l’année prochaine. Dans l’attente, des discussions auront lieu entre les représentants de l’Union et du diffuseur pour éclaircir le problème.

VENDREDI 1er MARS

Suite à l’annonce de son retrait, l’UA:PBC a tenu hier une conférence de presse et répondu aux questions de la presse ukrainiennes. Se sont exprimés au nom du diffuseur : M. Zurab Alasania, président du comité de direction ; Mme Oleksandra Koltsova, directrice des divertissements ; Mme Oksana Skybinska, cheffe de délégation et Mme Victoriia Sydorenko, directrice des relations publiques.

Tous ont confirmé le retrait de l’UA:PBC de l’Eurovision 2019. Cette décision ayant été prise avant la date butoir de la rencontre des chefs de délégation, le diffuseur ne sera pas sanctionné. Néanmoins, il aura l’obligation de payer le montant de sa participation et de diffuser le Concours dans son intégralité. Chose qui sera faite dans les règles, ce y compris les trois minutes dévolues à la Russie. L’UA:PBC ne participera cependant pas au vote final.

Le diffuseur reviendra l’an prochain à l’Eurovision. À une exception près : en cas de victoire de la Russie. Le Concours 2020 serait alors organisé sur le territoire russe, ce qui rendrait impossible la participation de la télévision ukrainienne, tout comme la diffusion de l’événement sur ses différentes chaînes.

Néanmoins, quoi qu’il arrive, l’UA:PBC organisera bien l’an prochain une sélection nationale télévisée. Même si elle ne participe au Concours. En ce cas, il s’agira simplement de choisir la meilleure chanson ukrainienne de l’année. Par ailleurs, le diffuseur public souhaite vivement renouveler son partenariat avec la STB. Des négociations seront lancées en ce sens, avec la volonté d’aboutir à un accord final convenant aux deux partenaires.

Afin d’éviter une répétition des circonstances actuelles, l’UA:PBC lancera une vaste discussion publique et demandera aux autorités ukrainiennes d’adopter une loi clarifiant la flou juridique actuel et fixant les critères de participation à respecter pour les artistes ukrainiennes souhaitant représenter leur pays à l’Eurovision.

Le diffuseur a par ailleurs révélé la teneur des négociations avec Maruv. L’UA:PBC convient avoir ajouté une clause supplémentaire par rapport à l’an dernier : celle des pénalités. De son côté, la chanteuse ne souhaitait pas voir sa liberté d’expression limitée, ni annuler ses concerts prévus, revendiquant son appartenance à une communauté artistique mondiale, outre les termes du contrat qu’elle avait signé avec Warner Music.

Concernant cette année, le diffuseur estime avoir pris la meilleure décision, au vu des circonstances. L’UA:PBC disposait d’encore deux semaines pour trouver un artiste susceptible de la représenter à Tel Aviv, mais il a semblé plus raisonnable à ses dirigeants de se retirer. Tous souhaitent à présent prendre une année pour réfléchir et revenir plus fort encore à l’Eurovision.

(25 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • Antoine 97 on 27 février 2019 at 19:43
    • Répondre

    Une bonne décision après tous ces jours merdiques.
    Maruv va rejoindre la roumain de 2016 dont j’ai oublié le nom dans les rangs des candidats qui y étaient presque… à la différence que le titre du roumain je ne l’ai jamais réécouté après son éviction :’) j’ai décidé de tenir un classement non officiel comprenant L’Ukraine pour voir où je l’aurais placée finalement.

    Triste situation tout de même.

      • rem_coconuts on 28 février 2019 at 01:01
      • Répondre

      (Ovidiu Anton?)

  1. Ben oui c est moche ce qui arrive depuis samedi.

    L’Ukraine devrait quand même diffuser le concours 2019 et garder ainsi ses droits pour revenir peut être en 2020 (si Sergei Lazarev gagne on tablera plutôt sur 2021).

    Premier concours de l’histoire à 41 (si je ne me trompe pas), composition presque identique à 2015 (les 40 de Vienne + la Croatie)

    Si on veut voir le verre à moitié plein, ça donne plus de chances aux pays de la DF1 (Belgique, San Marin…).

    Par contre l’Ukraine a souvent donné des points ces dernières années à la France (dont les 12 du jury en 2018 qui avait propulsé les MM en tête très provisoirement à Lisbonne), cette année il faudra faire sans.

    • alexandre on 27 février 2019 at 19:57
    • Répondre

    Marre des raisons geopolitiques qui n’ont rien a faire dans ce concours. Dommage pour Freedom jazz qui a decline la proposition. Pour Maruv, c’etait pas ma tasse de thé, aucun regret.

  2. Ouai c’était à prévoir j espère que ce sera fini avec ses emmerdes de politiques au Concours c’est drôle pour les autres manifestations on ne voit pas ca.!!!

    Maruv ne méritait pas se déroulement dégueulasse.

    1. Bah le boycott des JO en 1980 et 1984 c’est du réel. Comme le retrait de tous les cyclistes italiens du Tour de France en 1950. Des exemples comme ça, il y en a à la pelle.

      Quant au Concours Eurovision, c’est un concours hautement politique. C’est même pour cela que Marcel Bezançon a voulu le créer – pour permettre à des peuples encore en guerre peu de temps auparavant de se réunir autour d’un projet commun. Si ça, c’est pas de la politique 😉 Bon, j’admets aisément qu’on est loin à l’heure actuelle des espoirs du pauvre Marcel… mais rien de si différent de ce que l’on peut voir tous les jours, y compris hors du Concours.

  3. Je ne répéterai pas ce que tout le monde a dit, même si je n’avais volontairement pas exprimé mon avis sur la question jusque là. Je condamne le choix politique de l’ukraine et suis tout de même attristé par le fait que ce pays se retire… Tout ceci est logique.

    Je souhaite une bonne continuation à Maruv tout comme aux autres artistes du vidbir qui ont eu le courage et l’intelligence de refuser d’aller au concours.

    Je suis aussi fortement attristé par le fait que cette édition a été touché violemment par la politique, entre question de guerres, d’homophobie et autres. Mais je sais qu’au bout, nous aurons des moments festifs et que nous pourrons profiter de la musique, loin de tous ces problèmes. J’attends avec impatience la suite, il me tarde d’assister a nos 3 fameuses soirées!

  4. – La télévision publique ukrainienne a pris une décision logique : elle s’est mise elle-même par ses négligences dans cette situation et elle a préféré prendre cette décision rapide devant les refus là aussi logiques des interprètes arrivés 2e et 3e de la sélection nationale.

    – Mais je trouve qu’après une telle gaffe grossière, car on peut tout à fait comprendre vue le contexte politique que les artistes ayant des liens avec la Russie ne soient pas les bienvenus, il était encore possible, soit de réorganiser une sélection en choisissant que des candidats remplissant les conditions souhaitées par la télévision ( et l’Etat ukrainien ), mais j’imagine qu’il y avait un problème budgétaire pour organiser une sélection en urgence ( et trouver un nombre de candidats suffisants…)

    – Il restait la sélection interne et cela était encore possible. Après beaucoup disent, et avec raison, que le ou la candidate désignée serait inévitablement  » chahuté « , contesté voire boycotté et c’est là où je n’aurais pas été d’accord.

    – Ce candidat n’y aurait été pour rien dans cette affaire ; il aurait bénéficié de circonstances malheureuses et exceptionnelles et personnellement, comme je le fais d’habitude, je n’aurais jugé que la chanson, l’interprétation et la mise en scène. Et si l’ensemble me convenait, je ne voyais aucune raison pour ne pas voter pour lui ou pour elle ! En effet, je n’ai jamais accepté les huées et les insultes contre les jumelles russes : je ne voudrais JAMAIS plus voir ça dans un concours de l’Eurovision !

  5. Mon pays préféré au concours qui se retire…
    Déprimente cette histoire… Compréhensible quand on se met à la place d’un pays qui est en guerre et en même temps ce fiasco aurait pu être évité avec des conditions imposés au départ…
    Tout le monde y perd au final aussi bien Maruv, le diffuseurs et les ukrainiens qui passent encore pour les méchants.

    • EurovisioneurBZH on 27 février 2019 at 23:02
    • Répondre

    C’est triste a dire mais je suis content de cette décision. Ils n’avaient pas d’autres choix pour moi, si il y avait eu un remplaçant il aurait été impopulaire, moi le premier même si la chanson avait été génial je n’aurai jamais voter pour l’Ukraine cette année !
    De mon point de vu la chaîne Ukrainienne a tout perdu. Elle est détesté chez les eurofans, son image est détérioré et même la chaîne privé qui produisait le Vidbir songe a arrêter sa collaboration.

    Maruv était a ma première place jusqu’à present. Je l’imaginais tellement sur la scène de tel aviv avec sa chanson et choregraphie si unique ! L’Ukaune aurai pu avoir une candidate avec une personnalité et une chanson qui serai resté dans les anales. Elle aurait fait carton plein a mon avis, une première place au televote était tout a fait envisageable !!

    1. Dans les annales, tu veux dire??? Quoique, vu le visuel très SM, anales est peut-être le mot 😛

        • EurovisioneurBZH on 27 février 2019 at 23:25
        • Répondre

        Oh oui oups !!!!!!!!!! Mais bon on va dire que ça fait un jeu de mot !

  6. J’imagine la déception des eurofans Ukrainiens depuis ce week-end.

    Comme l’a dit Taron, nous sommes face à une année où la politique est très présente, même trop. Entre la menace qu’on lancé plusieurs pays de ne pas venir en Israël suite à la victoire de « Toy », le retrait de l’Ukraine, la haine que subissent Bilal et Mahmood dans leurs pays juste à cause de leurs origines et de leur sexualité… Sommes-nous au bout de nos surprises ou est-ce seulement le début des attitudes qui ne devraient pas avoir lieu d’être à l’Eurovision ?

    1. Les propos discriminatoires à l’endroit des artistes et de toute autre personne ne devraient avoir lieu nulle part, pas seulement à l’Eurovision. Après, le boycott d’un pays est parfaitement concevable et défendable, je trouve, que ce pays soit Israël, la Russie, l’Azerbaïdjan, la Biélorussie… ou le Portugal et l’Espagne dans les années 60 et 70.

      • Rorodu31 on 28 février 2019 at 00:06
      • Répondre

      Tu as également oublié la disqualification de l’Islande en cas de victoire (c’est même pas « en cas » d’ailleurs) du coup je rectifie… Tu as également oublié la disqualification de l’Islande suite à la victoire du groupe Hatari car ils attaquent politiquement l’Israël avec leurs propos à travers une célèbre interview et malheureusement pour eux, pour l’Islande, pour les Eurofans et pour l’Eurovision en lui-même…. Ca sera une disqualification logique et attendue voilà !

        • Francis A. on 28 février 2019 at 11:33
        • Répondre

        J’espère que Hatari sera battu à la régulière, je déteste leur chanson.

      1. Je n’avais pas entendu parler de leur interview avant de voir ton message. Imaginons qu’ils gagnent la sélection, qui voudra disqualifier l’Islande ? L’Israël comme l’Ukraine l’avait fait pour la Russie ? Parce que si je ne me trompe pas, l’Islande fait partie des pays qui ont menacé de boycotter l’Eurovision 2019 suite à la victoire de « Toy » donc je ne vois pas en quoi ça dérangerait le gouvernement Islandais d’envoyer un groupe ayant une mauvaise opinion de l’Israël.

    • rem_coconuts on 28 février 2019 at 01:40
    • Répondre

    Décision logique. De par sa gestion catastrophique de la situation, l’Ukraine n’avait guère d’autre choix. Une finale nationale qui se transforme en procès politique, des conditions de participation abracadabrantesques, aucun checking des candidats avant la sélection par rapport aux attentes du diffuseur et du gouvernement par rapport au portrait d’un candidat « irréprochable » et « patriote », quand bien même je serai curieux de savoir combien d’artistes ukrainiens rentrent dans la catégorie vu que 4/6 en finale ont déjà joué en Russie ou autre… Quand bien même la notion de liens est elle-même discutable. Soit.

    De toute façon, AUCUN artiste n’aurait voulu aller au casse-pipe de la sorte de peur d’y laisser des plumes et de se faire dévorer les restes par l’Europe entière. Et ils ont objectivement raison!

    Quoiqu’on fasse et qu’on en pense, comme aux JO, qui dit multiplicité de pays à concourir dit autant de relations complexes voire conflictuelles qu’ils entretiennent. J’avais l’impression que les problèmes géopolitiques étaient revenues en force ces dernières années mais bon, quand on y réfléchit, entre le Liban 2005, la Jordanie non-participante qui refuse de diffuser la victoire d’Israël, les retraits forcés de l’Arménie en 2012 et de la Russie en 2017… Politiquement, c’est censé être un concours de la paix et de la diversité, concrètement… c’est plus compliqué! Et c’est plus que regrettable, car dans le cas de l’Eurovision, c’est marcher allègrement sur le respect des artistes et de la musique.

    Dommage pour l’Ukraine perd à mon sens une grande chance de victoire et un super titre, ce qui aurait aussi été le cas avec Freedom Jazz! Mais je crois qu’on appelle ça une sage décision.

    • Philipe on 28 février 2019 at 02:31
    • Répondre

    Sage décision je ne sais, mais ca reste une décision respectable et je ne pense pas qu’ils l’ont prise avec gaieté de coeur. Je respecte les artistes, les ukrainiens, les fans du concours ukrainiens et l’Ukraine et il me semble que l’on ne peut juger ä la va vite car nous ne vivons pas la bas.
    Par contre, j’assume, la Russie (pas les russes attention) doit jubiler …

  7. De toute façon peur que Ukraine se prive deux fois du concours puisque comme la russie est hyper favorite cette année….et si il gagne….badaboum….il reviendront pas….

    Bonne carrière a maruv….dommage….ce forfait….mon rêve de voir mark barskhi pour Ukraine se brise encore…lol

  8. Sage décision!!!!

  9. Bon now il faut espérer que l ‘URSS!!!!!!!ne gagne pas l eurovision!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Non mais vraiment n ‘importe quoi!!!!!

  10. qu’ elle dommage enfin je trouve qu ‘ il on pris la bonne décision ! vivement le vidbir 2020

  11. qu elle dommage, enfin je trouve qu ‘ il on pris la bonne decision ? vive le vidbir 2020

  12. News.

    Et si notre ruslana se disait candidate en tout cas la chanteuse veut absolument que son pays fasse eurovision…. Lol donc un miracle….et si elle y allait….a suivre…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :