Eurovision 2018 : album souvenir de la Suède

Cette année, le représentant suédois, Benjamin Ingrosso, a enfin réalisé son plus grand rêve : représenter son pays à l’Eurovision. Voici l’album souvenir de son passage au Concours !

Ce fut pour Benjamin une incroyable année, de sa sélection au Melodifestivalen jusqu’à la finale de l’Eurovision. Et l’on s’en doute : il recommencera certainement bientôt, comme son modèle à peine avoué…

Pour ceux qui ne le connaitraient pas encore, petit rappel. Benjamin Daniele Wahlgren Ingrosso est né le 14 septembre 1997 à Danderyl en Suède. Auteur-compositeur-interprète, il a débuté sa carrière dans son enfance, en participant à de nombreuses comédies musicales. En 2014, il remporte la version suédoise de Danse avec les stars. Il participe ensuite à deux reprises au Melodifestivalen, en 2017 et 2018.

Vous le voyez ci-dessus poser avec toute sa famille, dont sa maman, la chanteuse Pernilla Wahlgren, multirécidiviste de la sélection suédoise pour l’Eurovision. Telle maman, tel fils…

En 2017, Benjamin tente sa chance donc avec Good Lovin. Un bon souvenir, mais la victoire lui échappe : il termine cinquième.

Il revient cette année avec Dance You Off et décroche la première place.

Tous les Eurofans ont une pensée pour sa maman, qui doit être si fière de lui. Fair-play, Benjamin embrasse son rival et néanmoins ami, Felix Sandman et évidemment, dédie sa victoire à sa maman, très émue.

Revenu sur scène, Benjamin laisse exploser sa joie. Maman, il a réussi !

Après d’intenses préparatifs et de nombreux euroconcerts, le grand moment est venu : Benjamin, son équipe et toute la délégation suédoise s’envolent pour Lisbonne. Un dernier baiser à maman et en route !

Entre deux répétitions, Benjamin foule le tapis bleu. Il a l’air heureux, il espère sincèrement repartir avec le Micro de Cristal. Il pense à maman, bien entendu.

Il enchaîne les répétitions, toujours avec l’espoir… que son pantalon ne craque pas en plein direct. Ce serait terrible pour maman.

Et puis, c’est l’heure de la demi-finale.

Benjamin est aux anges : il est qualifié. Son rêve de finale s’est réalisé. Maman n’a pu venir à Lisbonne, mais Benjamin l’a tout de suite appelée.

Le grand soir arrive enfin. Benjamin pense très fort à maman et à ses fans, puis se lance dans l’arène de la finale. Il donne le meilleur de lui-même. Pour la Suède et pour maman.

La suite est terrible : Benjamin est portée aux nues par le jury et termine deuxième de leur classement. Il y croit et maman aussi.

La chute est d’autant plus rude : il ne reçoit que 21 petits points du public. Il est déçu et maman aussi… Benjamin termine tout de même septième, une belle place. L’important est ailleurs : il a vécu son rêve jusqu’au bout ! Et maman est tellement fière…

C’est le moment de rentrer en Suède, pour revoir les fans, Felix et bien entendu, maman !

(avec la collaboration de Pauly)

 

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Jolie petite histoire. Très fluide à lire, chaque photo correspond à chaque phrase, super!
    Je ne suis pas d’accord pour la deuxième place des jurys mais je ne suis pas d’accord non plus pour les 21 points du public. Il méritait quand même un peu plus de la part du public.

  2. Mon petit Sakis,

    – Moi aussi j’ai bien aimé lire et suivre cette petite saga de Benjamin : c’était très agréable et pourtant dieu sait que j’ai détesté cette chanson comme jamais j’ai détesté une chanson de la Suède et que je me suis réjouis du vote du public !

    – Je suis néanmoins très heureux qu’il ait vécu une belle aventure et surtout, qu’il ait rendu fière sa maman.

    – Merci pour cette aventure en différé et vivement un candidat meilleur pour 2019 !

  3. Les points reçus par le public et par le jury étaient inconvenables, il n’empêche que la Suède finit à une place attendue et méritée (c’est en tout cas entre la 6è et la 10é place que je l’espérais).
    Il reviendra au MF j’y mets ma main à couper. Mais quand?…

  4. Je ne sais pas si cet article est ironique ou pas envers ce jeune garçon avec toutes ces allusions à sa maman. En tout cas, il a parfaitement le droit de lui être attaché et de vouloir qu’elle soit fière de lui. Qu’il en profite, que chacun en profite, car quand vos parents ne sont plus là et que vous n’êtes plus l’enfant de personne, vous n’êtes plus un être humain complet… et ce que vous avez perdu l’est à jamais.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :