Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

            Après une Étoile irlandaise la semaine dernière, allons aujourd’hui à la rencontre de la 6° concurrente britannique du Concours à disparaître. Elle est également la 5° des 15 artistes originaires de la perfide Albion à terminer à la 2° place de notre compétition musicale préférée, juste après Matt Monro, notre Étoile # 11. C’est certainement son plus grand titre de gloire pour les Européens.

ÉTOILE # 95 : Kathy KIRBY (1938-2011)

        Représentant le Royaume-Uni au Concours 1965 à Naples

        Titre interprété : I belong (traduction : Je suis à ma place)

        Classement : 2° sur 18 – 26 points

            Kathleen O’Rourke naît le 20 octobre 1938 à Ilford, dans la banlieue de Londres, dans une famille d’origine irlandaise. Son père abandonne assez vite son épouse Eileen et ses trois enfants, peu de temps avant que la petite Kathy ne rejoigne l’école du couvent des Ursulines. Son talent vocal ne faisant pas de doute, la jeune fille en intègre la chorale et commence à prendre des cours de chant dans le but de devenir chanteuse lyrique.

Ilford, où naît Kathy Kirby

Résultat de recherche d'images pour "Ilford"

            En 1956, elle rencontre Bert Ambrose, un violoniste qui dirige une formation de jazz déjà très reconnue. Totalement sous le charme, le judicieux musicien l’engage dans son orchestre pour une durée de trois ans. Il restera son manager, son mentor et son partenaire (malgré les 42 ans qui les séparent) jusqu’à son décès sur scène à Leeds, en 1971. Après une tournée à Madrid durant l’été 1957, Kathy multiplie les collaborations. Avec l’orchestre de Bert Ambrose, bien sûr, mais aussi avec d’autres formations comme le Denny Boyce Band en 1959.

Bert Ambrose, son pygmalion

Résultat de recherche d'images pour "bert ambrose kathy kirby"

Elle n’a que 21 ans quand elle se produit pour la première fois sur scène en solo, ce qui lui permet d’être remarquée par les dirigeants du label PYE Records, qui l’engagent et financent l’enregistrement de ses deux premiers titres, Love can be et Now you’re crying, en 1960. Les disques ne se vendent pas très bien, mais elle signe avec une boîte de nuit de Mayfair, le Blue Angel, et décide d’adopter le look de bombe blonde qui la rendra célèbre.

Ayant rejoint une maison de disques plus prestigieuse, Decca Records, deux ans plus tard, elle sort le single (He’s a) Big man, qui échoue à se classer dans les charts mais qui devient un grand succès à Vancouver en janvier de l’année suivante. Son premier grand succès, Dance on!, est publié pendant l’été 1963, alors qu’elle se produit régulièrement dans l’émission de télévision Stars and Garters. Le single atteint la 11° place des classements britanniques et la 1° en Australie ! Dans la foulée, elle reprend le célèbre titre de Doris Day, Secret love, 4° des ventes au Royaume-Uni, avant d’être nommée Meilleure Chanteuse Britannique lors d’un sondage organisé par le magazine New Musical Express.

Les succès s’enchaînant, la BBC lui demande de participer à la sélection nationale pour l’Eurovision. Elle y interprète six titres, et c’est le dernier, I belong, qui remporte les suffrages du public. Deux mois plus tard, elle échoue d’un cheveu blond (6 points exactement) à Naples, battu par une autre jeune fille blonde, France Gall. On raconte que, mauvaise perdante, la candidate britannique aurait giflé en coulisses la gagnante, pourtant éprouvée par un appel téléphonique calamiteux avec son amoureux d’alors, Claude François.

Les deux années qui suivent, Kathy publie douze singles… mais aucun ne se classe dans les charts. Elle se console avec la télévision, où le succès ne se dément pas, en particulier dans l’émission de variété The Wheeltappers and Shunters Social Club, en 1974. Ses ventes de disques restent néanmoins assez basses et le nombre de ses contrats se raréfie, provoquant sa faillite. De plus, sa vie personnelle est assez tumultueuse (elle est envoyée en hôpital psychiatrique un moment en 1979 après son divorce très difficile et choque par sa volonté de vivre avec une de ses fans, Laraine McKay… qui sera plus tard arrêtée pour fraude et usage de faux). Elle décide par conséquent de prendre sa retraite artistique en décembre 1983 après un dernier concert à Blackpool.

Diagnostiquée schizophrène, l’ancienne vedette survit tant bien que mal, sa santé physique autant que mentale devenant de plus en plus précaire. Elle ne reste jamais très longtemps dans le même appartement, occupant souvent des chambres d’hôtels de seconde zone et vivant sur les aides financières que lui accorde l’État. Sortant de moins en moins de chez elle, celle qu’on a si longtemps comparée à Marilyn Monroe est désormais considérée comme une nouvelle Greta Garbo. Ce qui est tout de même très flatteur, il faut le reconnaître !

Kathy Kirby après sa retraite artistique

Résultat de recherche d'images pour "kathy kirby"

Une partie du public ne l’abandonne pourtant pas, malgré cette éclipse malheureusement définitive. En effet, de nombreux gays en Angleterre la considèrent comme une icône et persistent à lui demander de revenir sur scène. Très touchée par leur affection, elle enregistre de touchants remerciements, qu’elle publie sur son site officiel, mais sa décision est prise : elle ne remontera pas sur scène. En revanche, elle donne son accord pour une biographie en 2005 et un spectacle musical, nommé Secret Love, trois ans plus tard.

Le livre relatant sa vie et sa carrière

Résultat de recherche d'images pour "kathy kirby biography"

L’une de ses nièces, Sarah (mariée au fils de Margaret Thatcher), joue toutefois de ses connaissances et lui permet de trouver un toit plus sûr dans une maison de retraite dédiée aux artistes, à Twickenham. C’est là que Kathy Kirby décède d’une crise cardiaque le 19 mai 2011 – soit deux jours après Sean Dunphy, notre Étoile # 94.