Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

 

Pour la 1° fois depuis que j’ai entrepris cette rubrique, descendons ensemble au Sud de l’Europe pour célébrer une étoile méditerranéenne. Là encore, peu de renseignements disponibles sur le Net. J’attends donc de votre part, comme je vous le disais dans mon premier article, toute information utile afin d’améliorer cet hommage.

 

 

ÉTOILE # 9 : Víctor BALAGUER (1921-1984)

        Représentant l’Espagne au Concours 1962 à Luxembourg

        Titre interprété : Llámame (traduction : Appelle-moi)

        Classement: 13° ex-aequo – 0 point

 

Víctor Balaguer naît à Barcelone en 1921. On ne sait pas grand chose de sa jeunesse ni de ses débuts dans la chanson, si ce n’est qu’il chante invariablement en espagnol et en catalan.

La première fois qu’il se fait remarquer est en 1961 quand il décide de déposer sa candidature pour représenter son pays au Grand Prix de la Chanson Européenne. C’est la première participation de l’Espagne au concours, et à l’issue d’une demi-finale et d’une finale diffusées en février, Conchita Bautista le bat d’un point, gagnant ainsi son ticket pour Cannes.

Conchita Bautista, première représentante espagnole au Concours

Résultat de recherche d'images pour "conchita bautista"

            Mais Víctor Balaguer ne s’avoue pas vaincu. L’année suivante, il présente deux titres à la sélection nationale espagnole, où se présentent aussi José Guardiola et Raphael, futurs représentants de l’Espagne au Concours. Llámame l’emporte et lui permet de fouler le sol du Grand Auditorium de RTL. Malheureusement, la chanson ne convainc pas et l’Espagne n’obtient aucun point, ce qui est une grande première depuis les débuts du concours. Ce triste précédent est partagé avec trois autres pays – la Belgique, l’Autriche et les Pays-Bas. L’Espagne réitèrera cette contre-performance en 1965 et 1983.

Suite à ce cuisant échec, Víctor Balaguer ne chantera pratiquement plus qu’en catalan, ce qui lui fermera forcément les portes d’une carrière internationale, voire nationale puisque le régime franquiste prohibe l’usage de cette langue régionale. Et c’est dans une indifférence quasi générale qu’il décède à Barcelone le 17 avril 1984 d’un cancer colorectal.