Etoiles au Firmament (84) – Wess

Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

            C’est aujourd’hui au dixième candidat italien à disparaître (nouveau triste record pour nos voisins transalpins) que je vais m’intéresser. Enfin… dixième, si on le veut bien, car cette Étoile n’était pas originaire du pays de Dante, même si elle en a plus tard obtenu la nationalité. Elle a également été l’un des premiers interprètes de couleur à prendre part au Concours, et en tout cas pendant douze ans, celui qui s’était le mieux classé… jusqu’à la 2° place du groupe Wind et de notre Étoile # 41, Rob Pilatus.

ÉTOILE # 84 : WESS (1945-2009)

        Représentant l’Italie au Concours 1975 à Stockholm

        Titre interprété : Era (traduction : C’était)

        Classement : 3° sur 19 – 115 points

            Wesley Johnson naît le 13 août 1945 à Winston-Salem, en Caroline du Nord. Il grandit à New York où il apprend à jouer de la basse, et fonde au début des années 60 le groupe soul-funk Wess & the Airedales avec l’un de ses frères, Marvin, qui joue de la batterie.

            Ayant déménagé en Italie à la fin de cette même décennie pour accompagner une vedette de l’époque, Rocky Roberts, Wess décide d’abandonner le groupe à cause de dissensions internes, et publie son premier album, The Sound of Soul, sur lequel il interprète une reprise de A Whiter Shade of Pale, de Procol Harum. Le succès ne se fait pas attendre, grâce aux titres I miei giorni felici en 1968 et deux ans plus tard, Tu che non mi conoscevi bene (reprise de La Chapelle au clair de lune, standard de la chanteuse française Léo Marjane… datant de 1937!!!).

En 1972, il rencontre Dori Ghezzi, déjà connue à l’époque pour avoir participé au Festival de San Remo en 1970. Leur collaboration va être fructueuse, puisqu’ils enchaînent les succès, comme Voglio stare con te, Storia di due innamorati (chanson créée par Romina Power et Al Bano, futurs doubles représentants de l’Italie au Concours Eurovision), Un corpo e un’ anima, Nostalgia, Quaiche stupido “ti amo” (version italienne du célèbre Somethin’ Stupid) ou Il mio problema.

            Le duo participe pour le première fois au Festival de la Chanson Italienne de San Remo en 1973. Le titre qu’ils interprètent, Tu nella mia vita, ne termine qu’à la 6° place, battu entre autres par Ricchi e Poveri et Peppino Di Capri (futurs représentants italiens en 1978 et 1991). Le single se vend toutefois très bien et atteint la 1° place des ventes.

            Deux ans plus tard, la RAI décide de leur confier la charge de représenter l’Italie au Concours Eurovision, qui doit se tenir à Stockholm le 22 mars 1975. Sur place, Era, porté par la belle voix de baryton de Wess et le joli timbre mezzo-soprane de Dori vaut au pays un deuxième podium consécutif (cela n’avait plus été le cas depuis plus de dix ans), puisqu’il décroche la 3° place avec 115 points – 12 de la Finlande, 10 de la Suisse, de la Yougoslavie, du Royaume-Uni, de Malte, de la Turquie et du Portugal, 7 de l’Espagne, 6 de l’Irlande, de la Norvège et de la Belgique, 5 d’Israël, 4 de la France et de l’Allemagne, 3 du Luxembourg, et 1 de Monaco et de la Suède. Seuls les Pays-Bas, qui remportent le trophée, ne lui attribuent aucun point…

            Un an plus tard, Wess et Dori reviennent à San Remo avec Come stai, con chi sei et ne s’inclinent que devant le même Peppino Di Capri. La déception n’est pourtant pas si grande, puisque ni lui ni eux n’ira représenter l’Italie à La Haye.

            Alternant une carrière solo et la poursuite de son duo avec Dori Ghezzi, Wess continue à enregistrer des disques jusqu’au milieu des années 80. En 1994, il fait sa dernière apparition à San Remo au sein du groupe Squadra Italia (fort de 11 membres dont Manuela, la fille de Claudio Villa, notre Étoile # 11) et y côtoie Laura Pausini et Loredana Bertè, la sœur de Mia Martini, notre Étoile # 30. Mais Una vecchia canzone italiana termine avant-dernière.

            Revenu dans son pays natal, Wess décède à l’hôpital de Winston le 21 septembre 2009 d’une crise d’asthme – comme notre Étoile # 37, Jean-Claude Corbel. La veille, il était encore sur scène à New York. À l’annonce de son décès, Dori Ghezzi, très éprouvée, lui rend hommage en relevant à quel point il était “une personne exquise et un bassiste peut-être pas toujours conscient de ses possibilités.” Elle ajoutera que “c’était lui l’artiste, dont elle n’était que la choriste.” L’une des filles de Wess, Romina, qui l’avait si souvent accompagné comme choriste lors de ses tournées, est aujourd’hui basée au Royaume-Uni où elle poursuit une carrière de chanteuse de R&B. Son autre fille Deborah est elle aussi chanteuse.

Romina Johnson

Résultat de recherche d'images pour "romina johnson"

(17 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Si les italiens ont plus d’étoiles au firmament que les autres comment l’expliquer ?
    Ils prenaient peut être des artistes plus âgés ?
    Dans le cas de Mia Martini c est plus une histoire d’addictions.

    J’aime beaucoup le mélange Wess/Dori . Leurs voix si différentes s’accordent plutôt bien.

    1. Claudio Villa avait 36 ans à sa première participation, Franca Raimondi 24, Renato Rascel 48, Domenico Modugno 30, Mia Martini 30, Aldo Stellita 32, Sergio Endrigo 35, Betty Curtis 25, Nunzio Gallo 29 et Wess 30. Rien de bien vieux, sauf peut-être Renato Rascel. Je dirais plutôt que l’Italie faisant partie de sept premiers pays participants, ses premiers candidats disparaissent forcément avant les autres. Sans compter que certains d’entre eux ont bien profité de la vie. Mais qui le leur reprocherait ?
      Pour ce qui est de Wess et Dori Ghezzi, je trouve comme toi que c’est l’un des meilleurs duos de toute l’histoire du concours.

  2. Il devait être asthmatique depuis longtemps avant de mourir d’une crise d’asthme. Peut être que le retour au pays lui a été fatal (changement d’air). En tout cas il a fait une belle carrière en Italie pour un non italien.

    1. Un peu comme Romina Power, qui n’est italienne que par sa mère 😉

  3. – Quelle coïncidence ! Généralement tous les soirs j’écoute une année d’Eurovision dans mon appartement et hier soir, j’ai écouté l’année 1975 ! Donc j’ai évidemment réécouter la chanson italienne qui ne m’impressionne pas plus que ça… Je trouve que deux artistes aussi talentueux auraient pu faire mieux…

    – Peut-être suis-je sévère, mais avec la si belle voix de Wess, je trouve qu’il n’a pas donné la pleine mesure de ses capacités dans cette chanson et personnellement, je trouve cette troisième place bien payée.

    – Sinon il a eu une très belle carrière aussi bien en individuel, duo ou groupe, ce qui est peu fréquent d réussir dans toutes ces configurations. Enfin mourir d’une crise d’asthme, je ne préfère pas y penser car une de mes voisines est décédée ainsi il y a cinq ans et j’y pense encore…:cry:

    1. Je respecte ton opinion sur Era, mon cher Zipo. Mais je pense que la 3° place de l’Italie en 1975 est aussi due au fait que la composition très 70s était tout de même assez originale par rapport à ce qui était habituellement présenté au Concours.

      1. – Vu ainsi, tu as entièrement raison mon cher Francis : c’était vraiment novateur pour les années 70. Mais je n’ai pas retrouvé  » le  » Wess traditionnel, ce qui a dû me perturber…

        1. C’est vrai que la contribution italienne de cette année-là n’était pas représentative du style de musique que Wess défendait 10 ans plus tôt.

    • Pauline HALIMI on 6 juin 2019 at 13:19
    • Répondre

    Pauline HALIMI

    Cette chanson évoque beaucoup de choses pour moi. C’est la première fois que j’ai bien vu le Concours Eurovision puisqu’en 1974, on n’avait pas le droit de voir les votes. Cette chanson pour moi fait partie des meilleures chansons que l’Italie a envoyé. Très belle composition et pour la première fois je voyais un artiste de couleur chanter. Et aussi je me souviens que Télé 7 jours publiait les photos des artistes en petit format, chose qui malheureusement ne se fait plus.

    1. Jusqu’à Mia Martini en 1992 le duo proposait pour moi la meilleure des chansons italiennes au concours. Aujourd’hui, elle est toujours 3e de mon Top personnel, la première place revenant à Il Volo.

  4. Une magnifique interpretation, une superbe chanson que cette contribution de l ‘Italie qui a toujours pratiquement envoyé d ‘excellente chanson!!!!!L ‘italien y est pour beaucoup!!!!Belle carriére pour cette artiste disparu

    1. Personnellement, je ne suis pas fan de toutes les propositions italiennes au concours (la dernière que j’ai aimée, c’est Il Volo en 2015) mais il faut reconnaître que la langue est très marquante et efficace. Le pays a donc bien raison de chanter tous les ans dans sa langue nationale.

    • Phileurophage on 9 juin 2019 at 09:41
    • Répondre

    Je reviens aussi dans ta rubrique passionnante cher Francis. C’est tellement documenté et illustré, quel boulot de dingue ! Encore une fois, tu m’as fait voyager au cœur d’un parcours réussi pour un grand artiste parti trop tôt. Et tu m’as fait découvrir la version de Marjane, interprète à la voix chaude et que j’appréciais beaucoup. Tout comme cette proposition ambitieuse de l’Italie en 1975. « Era » est un grand morceau, fort bien orchestré et sa place fut méritée. À très vite !

    1. C’est toujours un bonheur de lire tes commentaires si enthousiastes (encore merci pour les compliments !) et très argumentés. On sent chez toi, comme pour d’autres ici, une vraie culture musicale qui ne se restreint pas au concours ni aux productions des dix dernières années.
      Je te rejoins sur Léo Marjane et sur Era, qui méritent autant l’un que l’autre qu’on s’y attarde.

        • Phileurophage on 10 juin 2019 at 16:22
        • Répondre

        Merci Francis. Et oui, je suis un amoureux ultime de la chanson, de la variété quelles que soient les époques et sans chapelle (même au clair de lune) ! Voilà pourquoi on se comprend. Très fidèlement et amicalement.

    • Duncky Barzilai on 16 juin 2019 at 18:19
    • Répondre

    Comme presque tout le monde ici, j’aime énormément « Era ». Cette chanson assez soul apportait une vraie fraîcheur. Elle a bien marché en Italie (Top 13) mais n’est pas le plus grand succès du duo. Elle aurait mérité à mon avis de marcher également à l’international. A noter : « Voglio stare con te » est une reprise de « United We Stand », de Brotherhood of Man !

    1. Ce qui prouve que Wess et Dori Ghezzi ont fait beaucoup de reprises, et en ont fait des succès à chaque fois. C’est dire s’ils avaient du talent.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :