Etoiles au Firmament (70) – Roberto Uranga

Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

            Pour clore la liste des anciens candidats de l’Eurovision disparus en 2005, je vais vous présenter aujourd’hui notre deuxième Étoile espagnole, mais le troisième représentant du pays de Cervantes à nous quitter. Comme pour plusieurs autres artistes évoqués dans cette rubrique, il faisait partie d’un groupe dans lequel il chantait. Mais comme c’est pratiquement toujours le cas pour ces interprètes multiples, leur identité s’efface devant le nom de leur formation. Voici donc notre

ÉTOILE # 70 : Roberto URANGA (1948-2005)

        Représentant l’Espagne au Concours 1973 à Luxembourg, au sein du groupe MOCEDADES

        Titre interprété : Eres tú (traduction : Tu es)

        Classement : 2° sur 17 – 125 points

            Roberto Uranga Amézaga naît le 21 avril 1948 à Bilbao, au Pays Basque espagnol. Il est le deuxième des neuf enfants d’un couple de chanteurs, ce qui explique que sept d’entre eux aient embrassé une carrière musicale. Ses sœurs Amaya, Estibaliz et Izaskun ayant fondé un groupe, Las Hermanas Uranga, il décide de les rejoindre en 1968 pour former Voces y guitarras – qui devient Mocedades dès l’année suivante, avec l’arrivée de Rafael et Sergio Blanco, Javier Garay, José Ipiña et Francisco Panera. Après quelques concerts dans leur région natale, ils décident d’envoyer une démo à différents producteurs de Madrid, et c’est Juan Carlos Calderón qui les contacte le premier et les fait signer pour son label.

Mocedades à la fin des années 60 (sans Javier Garay)

Image associée

            Le succès ne se fait pas attendre puisque leur premier disque, Pange lingua, recueille les faveurs du public. Toutefois, l’effectif de la formation n’est guère stable puisque José Ipiña et Francisco Panera quittent le groupe en 1970, Javier Garay le réintègre aussitôt après son service militaire, et Estibaliz et les frères Blanco partent en fonder un autre. En 1972, José Ipiña revient, amenant avec lui Carlos Zubiaga. C’est sous cette forme (que certains nomment Les Historiques) que Mocedades va acquérir une notoriété mondiale.

            Après un échec en 1970 à la sélection nationale pour le Concours Eurovision avec les titres Viejo marino et Un mundo mejor, ils décident de tenter leur chance au Festival de San Remo trois ans plus tard. La chanson présentée en Italie, Addio amor, ne passe pas le cap de la demi-finale, mais la déception est de courte durée puisque la TVE décide de leur confier la tâche de représenter l’Espagne à Luxembourg.

Sur place, Eres tú, écrite et composée par Juan Carlos Calderón, passe très près de la victoire puisqu’elle obtient 125 points (10 de l’Italie, des Pays-Bas et de l’Irlande, 9 du Portugal, de l’Allemagne, de Monaco, de la Yougoslavie et de la France, 8 de la Belgique, de la Suisse, du Luxembourg et d’Israël, 7 de la Suède, 4 de la Norvège et du Royaume-Uni, et 3 de la Finlande), à seulement 4 points du Luxembourg. Le Royaume-Uni termine 3° avec 123 points. C’est donc dans un mouchoir de poche qu’Anne-Marie David l’emporte !

Après le concours, Eres tú fait un carton en Espagne et dans toute l’Europe (avec des versions en allemand, français, italien et basque), mais elle se classe également dans les charts américains, où elle atteint la 9° place. Un exploit très rare pour un titre en espagnol, qui ouvre la porte à d’autres succès, principalement en Espagne et en Amérique Latine. Citons Tómame o déjame, El vendedor, La otra España ou Me siento seguro.

En 1984, la chanteuse principale, Amaya Uranga, quitte le groupe pour se lancer dans une carrière solo et est remplacée par Ana Bejerano, avec laquelle Mocedades enregistre ses trois albums suivants. José Ipiña et Carlos Zubiaga s’en vont aussi, et laissent la place à Iñaki, le plus jeune de la fratrie Uranga. Toutefois, la comparaison entre Ana et Amaya n’est pas à l’avantage de la plus jeune, et la popularité de Mocedades s’étiole. Le groupe se scinde alors en deux en 1994 – d’un côté, Izaskun et Javier, avec Ines Rangil, José Garcia (non, pas le comédien français !) et Iñigo Zubizarreta ; de l’autre, Ana et les frères Roberto et Iñaki Uranga, qui forment Txarango pendant huit ans. Aucune des deux formations ne retrouve vraiment le succès d’antan, sans compter que les membres de chaque groupe varient énormément au fil des années. De plus, Izaskun a un grave accident de voiture en 1999, qui l’éloigne assez longtemps de la scène musicale. Aujourd’hui, il existe deux groupes Mocedades – un mené par Izaskun Uranga, l’autre dirigé par Javier Garay.

Txarango, où on retrouve d’anciens membres de Trigo Limpio (candidats espagnols au Concours Eurovision 1980), est créé par Roberto, Iñaki Uranga et Ana Bejerano en 1996. Leur seul album, Todo tiene su sitio bajo el cielo, ne rencontre pas le succès, ce qui ne les empêche pas de se produire sur scène jusqu’en 2004. Mais le 13 octobre 2005 – soit quatre ans jour pour jour après Peter Doyle, notre Étoile # 52 – l’aîné des frères Uranga meurt d’un cancer à Valence.

(12 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Quelle superbe chanson qu' »Eres tu ». !

    Je découvre avec tes chroniques que beaucoup de groupes, surtout dans les pays latins, ont perduré sur plusieurs décennies en changeant de membres.

    Peut être que ça inspirera les Dolly Style suédoises, actuellement au coeur d une polémique suite à la diffusion d un documentaire sur la télé suédoise où certaines ex membres affirment qu’ elles ont subi un harcèlement psychologique pour, entre autres,, être les plus minces possible.

    1. C’est terrible, cette dictature de la minceur! Et ses effets sont dévastateurs, on le voit régulièrement avec nos adolescentes 🙁

      En ce qui concerne les groupes qui durent longtemps, il est vrai qu’on n’a pas vraiment conscience qu’il y en a une kyrielle. On s’imagine toujours que l’Eurovision est plutôt un concours qui ne réussit qu’au vainqueur, loin de là! Je suis ravi que ma rubrique permette de les mettre en lumière.

  2. Mocedades reste une référence en Espagne et « Eres tú » continue à être chanté surtout lors de reprises « eurovisives ».
    Que dire à part que c’est une très belle chanson qui aurait aussi mérité la victoire. Elle fait partie des meilleures chansons que l’Espagne a a présenté au concours eurovision.

    1. C’est effectivement un tube de l’Eurovision, au même titre que Volare, Poupée de cire poupée de son ou Waterloo.

  3. – Puisqu’il est évoqué cette  » dictature de la minceur « , je trouve cela scandaleux d’autant plus que sur les plages de Nice et de la Côte d’Azur en général, on est très loin de voir uniquement des mannequins ! Et heureusement d’ailleurs ! Tout le monde a le droit d’y aller et de  » griller au soleil  » ( avec modération ) quelque soit sa corpulence. C’est ce que je dis à certains élèves de mes classes qui n’osent pas aller à la plage et surtout à la piscine : n’ayez pas honte de votre corps !

    – Revenons au sujet initial : un groupe qui a beaucoup évolué et le changement de chanteuse principale a été, il faut l’admettre, le début du déclin… Comme quoi, c’est bien l’interprète principal qui est dans la majorité des cas la clé de voute d’un groupe.

    – Concernant la chanson à l’Eurovision, c’était une très belle chanson, mais j’avoue être content de la victoire d’Anne-Marie David que je préférais nettement plus à l’Espagne.

    1. Ce n’est pas faux, ce que tu dis Zipo à propos des chanteuses de groupe. Le problème a été le même, dans une moindre mesure, avec Matia Bazar par exemple.

    • phileurophage on 21 février 2019 at 07:40
    • Répondre

    Groupe culte, prestation culte, chanson culte, prodigieuse, puissante et émouvante. Dois-je préciser que j’en suis fan et le reste à jamais ? On ne parlera pas de la suspicion de plagiat de la chanson yougoslave de 1966, d’autant que la ressemblance ne porte que sur quelques mesures. On notera juste l’excellence (encore) de l’article de Francis ! Bravo et merci,
    Philippe

    1. Merci Philippe, tu es trop gentil !

      En ce qui concerne les accusations de plagiat, c’est toujours très difficile d’en juger. En tant qu’artiste, on est forcément influencé par ses prédécesseurs que l’on admire. La ressemblance, du coup, peut n’être que fortuite et totalement inconsciente.
      On a d’ailleurs dit la même chose de Listen to your heartbeat, qui ressemblait beaucoup à Liefde is een kaartspel. Dans les deux cas, le titre plagié s’est beaucoup moins bien classé, ceci explique cela…

  4. J aime cette chanson de l eurovision 1973 , ils sont passés très prés de la victoire mais la chanson francaise qui avait la cote à l époque méritait la victoire avec Anne Marie David.

    1. Qui a d’ailleurs gagné pour le Luxembourg. La Thionvilloise Martine Clémenceau s’est, elle, très mal classée…

  5. Merci je connaissais pas ….très bon chanteur…..et oui je suis aussi espagnol…. Lol….j’ai de la famille encore a Barcelone….j’adorerais voir Espagne gagne….mais avec le beau miki….cela va être très dur….merci de rendre hommage a ce magnifique artiste….bon week end mon cher francis

    1. Tu étais donc passé à côté d’un tube eurovisionnesque planétaire !!! Quant à Miki et ses chances de victoire, je les trouve très réduites. Son titre est vraiment très conventionnel et attendu.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :