Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

Aujourd’hui, je vais évoquer le premier artiste belge à nous quitter. C’est aussi la première de mes étoiles à avoir participé à deux reprises à notre concours favori. Les lecteurs d’Outre-Quiévrain (j’adore cette expression) de ce site l’auront reconnu : je parle de Louis Neefs.

ÉTOILE # 7 : Louis NEEFS (1937-1980)

        Représentant la Belgique aux Concours 1967 à Vienne, et 1969 à Madrid

        Titres interprétés : Ik heb zorgen (traduction : J’ai des soucis) et Jennifer Jennings

        Classements: 7° sur 17 – 8 points et 7° sur 16 – 10 points

 

De son vrai nom Ludwig Adèle Maria (si si) Jozef Neefs, le troisième récidiviste belge au concours (après Fud Leclerc et Bob Benny) naît le 8 août 1937 à Gierle, un village de la province d’Anvers. Alors qu’il est inscrit au collège de Malines où il suit une filière de formation en dessin technique, il rejoint la chorale et commence à apprendre à jouer de la guitare. Au début, ce n’est qu’un divertissement pour lui, mais dès la fin des années 1950 il participe à un groupe du nom de Sun Spot.

Jacques Kluger, qui a découvert Louis Neefs

Résultat de recherche d'images pour "jacques kluger"

Ayant remarqué sa voix très particulière lors de représentations ou de concours de chant, un chasseur de talent du nom de Jacques Kluger décide de le présenter à différentes maisons de disques. La chance sourit au petit Louis, car Kluger est à l’origine de plusieurs carrières, en particulier celle de Bobbejaan Schoepen, le représentant belge au Grand Prix de la Chanson Européenne en 1957. En 1958, le jeune homme signe son premier contrat et sort un premier album en 1960. Les titres qui en sont extraits, ainsi que ceux qu’il enregistre les années suivantes, se classent très bien dans les charts flamands, et même aux Pays-Bas pour certains.

En 1967, il remporte le sélection organisée par la chaîne flamande pour représenter son pays au Concours Eurovision de la Chanson à Vienne, en Autriche. Sa chanson, Ik heb zorgen, s’en sort plutôt bien puisqu’elle atteint la 7° place, avec 8 points – 3 de la Finlande et 1 du Portugal, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, de la Yougoslavie et de l’Irlande. Un peu déçue du résultat mais lui gardant toute sa confiance, la télévision des Flandres le rappelle deux ans plus tard, le chargeant d’interpréter Jennifer Jennings, une chanson écrite et composée par le même duo. À nouveau, Louis Neefs décroche une 7° place, cette fois-ci avec 10 points – 3 du Royaume-Uni (qui est donc le plus grand pourvoyeur de points de Louis Neefs), 2 de l’Espagne, de la Suisse et de la Norvège, et 1 des Pays-Bas. Bref, les Belges ne remercient pas la France et le Luxembourg!!!

Ces deux relatifs échecs n’handicapent pas Louis, qui continue à enregistrer des disques. Son plus grand succès s’intitule Margrietje et atteint la 4° place des ventes de disques en 1972. Il double également Thomas O’Malley dans la version néerlandaise des Aristochats. Sa notoriété à cette époque est d’ailleurs si grande que la chaine flamande VRT lui confie l’animation d’émissions musicales à la télévision et à la radio. Il poursuit parallèlement une carrière politique, en tant que Conseiller de la ville de Malines.

Le 25 décembre 1980 près de Lier en Flandres, Louis Neefs et son épouse Liliane meurent dans un accident de la route, comme Gustav Winckler presque deux ans plus tôt. Ils laissent deux fils adolescents, Ludwig et Günther, lequel deviendra à son tour un chanteur assez connu en Belgique. Pour le 70° anniversaire de sa naissance en 2007, son village natal inaugure un buste à son effigie.

Louis Neefs et ses deux fils

Image associée