Etoiles au Firmament (68) – Camillo Felgen

Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

            Comme je le disais déjà dans un article précédent, le Luxembourg n’a pas beaucoup fait confiance à ses concitoyens pour le représenter au Concours. Ainsi, parmi les cinq Étoiles à avoir tenté leur chance pour le Grand-Duché et exposées dans cette rubrique, seul Chris Baldo était né sur le territoire du petit État. Allons aujourd’hui à la rencontre du deuxième candidat luxembourgeois à nous avoir quittés, le seul d’ailleurs à avoir participé à deux reprises… et dans deux langues différentes.

ÉTOILE # 68 : Camillo FELGEN (1920-2005)

        Représentant le Luxembourg aux Concours 1960 à Londres, et 1962 à Luxembourg

        Titres interprétés : So laang we’s du do bast (traduction : Tant que tu seras là) et Petit bonhomme

        Classements : 13° sur 13 – 1 point et 3° sur 16 – 11 points

            Camille (dit Camillo) Felgen naît le 17 novembre 1920 à Tétange, petite localité située non loin d’Esch-sur-Alzette. Après des études de chant classique et d’art lyrique en Belgique, il commence sa carrière en tant que speaker d’informations à Radio Luxembourg en 1946. Au début de chacune de ces interventions, il fredonne systématiquement Bonjour les amis, leitmotiv mis en musique en 1951 et qui lui permet de signer son premier succès international. Après un passage de deux ans dans une société de production publicitaire, il revient à RTL et crée la mythique émission Hit-parade en 1958.

            Mais la gloire lui sourit en 1959 quand il publie Sag warum, l’adaptation en allemand du titre Oh why des Teddy Bears, écrit par le célèbre auteur – compositeur américain Phil Spector. La reprise fait un carton monumental et se vend à des millions d’exemplaires en Belgique, en France, en Espagne et en Italie, entraînant Camillo sur les routes et jusqu’à l’Olympia en 1960. C’est un tel succès que le titre sera intégré dans plusieurs bandes originales de films, comme À nous les garçons avec Franck Dubosc en 1985, ou Sagan avec Sylvie Testud en 2008.

            C’est la raison pour laquelle RTL décide de faire appel à lui pour représenter le Luxembourg au Grand Prix Eurovision de la Chanson 1960. Pour la première fois, la chanson représentant le pays est interprétée en luxembourgeois, et non en français. Mais So laang we’s du do bast ne charme personne ou presque, puisqu’elle termine dernière de la compétition avec 1 seul point attribué par l’Italie. On comprend pourquoi il faudra attendre 32 ans avant de ré-entendre cette langue au Concours…

            Deux ans plus tard, Camillo Felgen prend sa revanche avec un titre écrit et composé par Maurice Vidalin et Jacques Datin, qui avaient permis l’année précédente à Jean-Claude Pascal, notre Etoile # 24, de l’emporter. De retour sur la scène de l’Eurovision, il décroche la 3° place avec Petit bonhomme, qui engrange 11 points – 3 de la Belgique, de l’Espagne et de Monaco, et 1 de l’Autriche et de la Suisse. Le Luxembourg ne remercie donc ni la France ni l’Allemagne…

            Entre-temps, Camillo n’a pas chômé et, sous le pseudonyme de Jean Nicolas, a adapté en allemand deux tubes des Beatles, I wanna hold your hand et She loves you… devenus Komm, gib mir deine Hand et Sie liebt dich.

Deux titres des Beatles, adaptés en allemand par Camillo

            Sa carrière musicale connaissant un creux pendant la deuxième partie des années 60, Camillo Felgen se lance dans l’animation et présente de 1965 à 1973 l’émission Jeux sans Frontières sur une chaîne allemande. Il présentera 125 numéros de ce jeu incontournable. Puis, il ré-intègre RTL où il présente chaque dimanche une émission musicale diffusée parallèlement à la télévision et à la radio. Une nouveauté pour l’époque.

Camillo à la présentation de Jeux sans Frontières

Résultat de recherche d'images pour "camillo felgen jeux sans frontières"

            Il décède le 16 juillet 2005 à Esch-sur-Alzette auprès de sa seconde épouse Marianna.

(11 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Quelle belle voix!
    Il n’y a pas photo, je vote pour 1962!
    Je trouve la chanson « petit bonhomme » superbe. Et je me répète quelle belle voix dans cette chanson particulièrement! Je n’aime pas celle de 1960.
    Oh la la! Merci Francis, j’avais complètement oublié qu’en classe d’allemand de seconde, on avait appris « hold your hand » des Beatles en allemand. Qu’est ce qu’on avait ri en essayant de chanter « komm, gib mir dein hannnnnnd » 🙂 🙂
    Belle carrière bien remplie!

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi en ce qui concerne la magnifique voix de basse de Camillo Felgen. Sa dernière note, épique, dans Petit bonhomme est stupéfiante.
      Pour ce qui est de sa chanson en luxembourgeois, je la trouve assez fade mais pas au point d’être dernière. Je ne la trouve pas plus mauvaise que les chansons italienne ou autrichienne de cette édition 1960, par exemple.

  2. – Voilà un chanteur que ma maman connait beaucoup mieux que moi ( et apprécie ) : je rappelle qu’elle n’a pas manqué une seule édition de l’Eurovision depuis 1956 !

    – Déjà je constate que c’est un artiste qui a vécu 85 ans : ce n’est pas le plus âgé jusqu’à maintenant ?

    – Il a beaucoup œuvré à la radio : ma maman m’a confirmé l’avoir parfois écouté.

    – Concernant ses participations à l’Eurovision, je dois dire que c’est un artiste dont j’adore la voix mais dont je n’aime pas les chansons, même si tout de même, j’aime mieux  » petit bonhomme  » à l’autre chanson en luxembourgeois. mais sans enthousiasme : je me régale avec sa voix mais je m’ennuie stylistiquement parlant…

    1. Si on excepte Jorgen Ingmann et Berndt Öst qui sont morts plus tard (même si je les ai déjà évoqués dans cette rubrique), deux Etoiles ont vécu plus longtemps que Camillo Felgen… pour l’instant: Harry Winter (Etoile # 53) est mort à 87 ans et André Claveau (Etoile # 61) est mort entre 87 et 92 ans.

  3. J’adorerais revoir le Luxembourg a eurovision…. Et j’adorerais visite ce pays….en ce qui concerne cette artiste….très joli voix et belle classe….je devrais un peu plus m’intéresse a la musicalité de ce pays un jour….sinon mon cher Francis merci de cette chronique…

    1. Ah bah si tu veux visiter le Luxembourg, il faut que tu viennes à Nancy. C’est à une heure et demie d’ici. Je t’heberge et on y va 😉

      1. C’est très joli Nancy, je te recommande aussi Sakis !!

        Si tu aimes les mirabelles en plus c est tout bonus ! Ce n est par contre plus du tout le temps de la récolte…

        Dans le 54 , j aime aussi beaucoup Pont à Mousson et sa place triangulaire , Lunéville et son château et Toul et sa Nadine Morano (euh en fait non je préfère les fortifications de la vieille ville !)

        1. Et les Vosges ne sont pas loin, ainsi que ma chère Meuse 😀

          1. Écoute merci de l’invitation. ….c’est très gentil de ta part…mon cher Francis…c’est vrai qu’il faut que je pense a prendre des vacances méritée…lol…chaque année je me dis …j’y go et j’annule…parque j’ai des tas de choses a faire ….bonne soirée…

    • phileurophage on 15 février 2019 at 08:15
    • Répondre

    Magnifique article Francis d’un artiste important à la voix remarquable. Hélas, même si je préfère « Petit bonhomme », ses deux prestations au Concours étaient dénuées de toute modernité et n’ont ainsi pas pu marquer l’Eurovision de façon indélébile comme le slow qui tue « Sag warum ». Néanmoins, le Luxembourg nous manque tous et Camillo eut une carrière importante.

    1. Il est dommage en effet que Sag warum n’ait pas concouru à l’Eurovision. Le titre se serait certainement très bien classé, car il était extrêmement original pour l’époque, et a inspiré de nombreux slows sortis plus tard.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :