Etoiles au Firmament (57) – Jimmy Bilsbury

Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

            C’est aujourd’hui le 7° artiste décédé ayant représenté l’Allemagne au Concours que je vais vous présenter. Tout comme Louis Hendrik Potgieter – notre Étoile # 27 – qui était né en Afrique du Sud, notre nouvelle Étoile n’était pas non plus originaire du pays de Goethe et n’avait pas la nationalité allemande. Je me dois toutefois de rappeler son existence à la mémoire de tous les fans du Concours, car c’est au sein d’un groupe qu’il est monté sur scène pour interpréter l’une des premières compositions du célèbrissime Ralph Siegel.

ÉTOILE # 57 : Jimmy BILSBURY (1942-2003)

         Représentant l’Allemagne au Concours 1976 à La Haye au sein de LES HUMPHRIES SINGERS

        Titre interprété : Sing, sang, song (traduction : Chante, chantais, chanson) 

        Classement : 15° sur 18 – 12 points

            James Robert Bilsbury naît le 2 novembre 1942 à Liverpool. Dans les années 1960, il appartient à plusieurs formations, comme The Ray Johnson Skiffle Group, the Nightboppers, the Beat Boys, the Sabres and the Hammers ou encore the Magic Lanterns.

            En 1970, il participe à Hambourg à la création d’un nouveau groupe, qui va porter le nom de son co-fondateur, le musicien anglais Les Humphries. L’objectif est de regrouper un maximum d’artistes d’origines différentes, sans toutefois les empêcher de poursuivre des carrières parallèles en solo ou au sein d’autres groupes. C’est le cas par exemple de Linda Thompson, qui fera partie du groupe Silver Convention – représentant allemand au Concours 1977 – ou de Liz Mitchell, future membre du groupe disco Boney M.

Liz Mitchell

Résultat de recherche d'images pour "liz mitchell boney m"

            Grâce à ces influences diverses, The Les Humphries Singers mêlent avec bonheur musique populaire et gospel, ce qui leur vaut un certain succès dans toute l’Europe occidentale. Ainsi, Mexico en 1972 et Mama Loo en 1973 attirent l’attention des dirigeants de la chaîne publique allemande, qui demandent au groupe de participer à la sélection nationale pour le Concours Eurovision 1976.

            Le niveau est assez élevé, puisque trois autres Eurostars présentent également un titre : Lena Valaitis (future candidate allemande en 1981) ou encore Ireen Sheer et Piera Martell (qui ont représenté le Luxembourg et la Suisse en 1974). Et de fait, la prestation du groupe de Jimmy et de Les ne termine que 2°.  Mais on découvre vite que la chanson gagnante a déjà été interprétée en public, ce qui la disqualifie. C’est donc Sing, sang, song qui va représenter les couleurs allemandes à La Haye. Sur place, le groupe (réduit à six entités, dont Jimmy Bilsbury, comme l’exige le règlement) ne se classe malheureusement que 15° avec seulement 12 points – 3 de la Yougoslavie, 2 de la Suisse, du Luxembourg, de l’Espagne et de la France, et 1 de la Belgique.

            Cet échec signe le début de la fin pour la formation, qui voit partir petit à petit chacun de ses membres. Certains, comme John Lawton, poursuivent l’aventure musicale au sein d’autres groupes, alors que plusieurs, à l’instar de Jürgen Drews, se lancent dans une carrière solo, avec plus ou moins de bonheur. On ne les reverra ensemble que de 1991 à 1993, quand ils partiront en tournée pour rejouer leurs anciens tubes.

            Fidèle à son amie Liz Mitchell, Jimmy Bilsbury propose au groupe Boney M. un titre à inclure dans leur nouvel album en 1977. Belfast est un carton énorme, mais c’est un peu le chant du cygne. En effet, les difficultés financières s’accumulent et bientôt, Jimmy ne vit plus que de l’aide sociale que lui verse l’État allemand. Jusqu’au 13 mars 2003 où on retrouve son corps dans son appartement de Bonn. L’autopsie révèle qu’il est décédé trois jours plus tôt d’une crise cardiaque. En l’absence de Les Humphries qui s’est réfugié en Angleterre depuis quelques années pour échapper au fisc allemand, Jimmy est incinéré et ses cendres sont déposées au cimetière de Gauting, près de Munich.

La stèle marquant l’endroit où sont déposées les cendres de Jimmy Bilsbury

Résultat de recherche d'images pour "jimmy bilsbury 2003"


            Quelques tentatives sont envisagées en 2006 et 2009 pour retrouver les faveurs du public par quelques membres fondateurs du groupe dans des formations diverses, mais là non plus le succès n’est pas assez probant pour que des producteurs se laissent séduire. La prestation du groupe au Concours a donc été à l’image de sa carrière globale : remarquée, mais brève et peu récompensée.

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. – Déjà, je ne me rappelais absolument de ce chanteur d’où le grand intérêt de cette rubrique.

    – Un destin en dent de scie mais j’estime qu’il y a plus de négatif que de positif… Et mourir dans ces conditions  » encore pire qu’un chien « , c’est vraiment insupportable à lire, et pourtant, c’est encore courant de nos jours…

    – Enfin concernant la chanson de l’Eurovision, désolé de le dire aussi abruptement, ais c’est d’une nullité sans nom ! Répétitif à souhaits et cacophonie à son paroxysme presque inaudible pour mes oreilles… Ca ne méritait vraiment pas un meilleur classement.

    ( NB : j’en profite puisque tu l’as évoqué dans l’article pour dire que je suis un fan absolu du groupe Boney M. )

    1. Je suis moi aussi un grand fan de Boney M. C’est à la fois toute mon enfance, et un style musical qui me plaît toujours autant, même après toutes ces années 😀

      En ce qui concerne Jimmy Bilsbury, je dois reconnaître que sa fin de vie préfigure tristement le destin de trop nombreux artistes. Après une notoriété souvent très courte, l’oubli s’installe et finit par rejeter jusqu’au souvenir de leur existence. C’est en effet bien triste, et c’est contre cela que je m’élève dans mes articles 😉

      Enfin, en ce qui concerne Sing, sang, song (version musicale de Ding, dang, dong) je dois dire que je n’aime que la voix de John Lawton, l’interprète principal.

  2. En fait, ce groupe a eu de la chance que le premier soit disqualifié. Comme quoi des fois ça a du bon de terminer deuxième 🙂
    Concernant la chanson, j’avoue que je n’en suis pas fan du tout.
    Elle a été bien triste la fin de vie de cet artiste…

    1. Ah ça, il est des deuxièmes plus intéressants que certains vainqueurs… Cela s’est souvent vu au Concours.

      En tout cas, heureux de te voir de retour, Marie 😛

      1. Emploi du temps plus que surchargé en ce moment 🙂 🙂 🙂

        1. Je comprends parfaitement, je suis dans le même cas de figure !

    • phileurophage on 18 décembre 2018 at 08:44
    • Répondre

    Bravo Francis pour cet article, mine d’informations. J’avais lu, pour ajouter au sordide du destin de Jimmy, qu’il sombra pendant des années dans l’alcoolisme et mourut dans un refuge pour sans-abris (j’ignore si c’est vrai).
    Suis-je le seul à apprécier ce morceau disco et positif ? Et le plaisir évident que prirent les interprètes sur scène ?
    Certes, la version studio est meilleure, une certaine cacophonie régna alors à La Haye, mais moi, j’aime vraiment beaucoup « Sing, sang, song » !

      • Francis A. on 18 décembre 2018 at 11:23
      • Répondre

      Décidément, le monde du show-business est vraiment sans pitié et génère son lot d’addicts à l’alcool 🙁 C’est bien triste.

      Comme toi, je regrette la cacophonie de La Haye. Sans cela, j’aurais peut-être un peu plus apprécié la chanson.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :