Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

 

L’artiste dont je vais vous parler dans le présent article est peut-être l’un des moins connus à avoir participé au Concours. Pourtant, sa naissance le prédestinait à une compétition européenne : né dans une ville allemande aujourd’hui située en Pologne, il a choisi un prénom anglais pour représenter l’Autriche à l’Eurovision ! Cette particularité assez originale mérite à elle seule qu’on se souvienne de lui. Que justice lui soit donc rendue ici.

 

 

ÉTOILE # 53 : Harry WINTER (1914-2001)

        Représentant l’Autriche au Concours 1960 à Londres

        Titre interprété : Du hast mich so fasziniert (traduction : Tu m’as tellement fasciné)

        Classement : 7° sur 13 – 6 points

 

        Horst Winter (rien à voir avec Ophélie) naît le 24 septembre 1914 à Beuthen, ville allemande de Haute-Silésie (aujourd’hui, Bytom en territoire polonais). Au début des années 30, il s’inscrit à l’Université Artistique de Berlin, où il étudie la clarinette et le violon. Ses parents ayant divorcé, il se voit contraint, dès l’âge de seize ans, de gagner sa vie et de subvenir aux besoins de sa mère et de sa sœur. D’abord musicien dans des orchestres de danse, il devient vite chanteur de swing. En 1941, il monte d’ailleurs son propre orchestre et enregistre quelques disques pour un petit label. Mais la Reichsmusikkammer voit bientôt d’un très mauvais œil les musiques d’origine américaine, et le jazz si cher à Horst Winter est rapidement interdit.

 

Intégré dans la Wehrmacht de 1943 à 1945, le jeune musicien est fait prisonnier par les Américains en Normandie. Après l’Armistice, Horst Winter se rend à Vienne, où il crée un nouvel orchestre, le Wiener Tanzorchester. En 1948, devenu citoyen autrichien, il sort la chanson Und jetzt ist es still, qui va devenir un succès mondial une fois adapté en anglais, sous le nom de It’s oh so quiet. La chanteuse islandaise Björk la reprendra d’ailleurs dans les années 90. Après des galas en Suisse et en Allemagne, il part faire de longues tournées à l’étranger.

En 1960, les responsables de la chaîne ÖRF souhaitent toutefois qu’il représente l’Autriche au Grand Prix Eurovision. Pour l’occasion, on le rebaptise Harry – prénom vraisemblablement plus facile à défendre en cas de succès à l’étranger. Mais sa chanson Du hast mich so fasziniert ne récolte que 6 points (2 du Danemark et du Royaume-Uni, et 1 de l’Italie et de la Belgique) et finit à la 7° place.

Il se rattrape néanmoins l’année suivante quand il remporte le Festival de la Chanson de Monte-Carlo avec Vogel aus Wien. Malgré cela, il ne perce pas vraiment sur la scène internationale, même s’il fait une apparition aux Etats-Unis en 1973 auprès de Frank Sinatra. Peu importe, puisqu’il poursuit sa carrière dans son pays, donnant des concerts jusqu’à six mois avant son décès, le 3 décembre 2001 à Vienne. Son souvenir est toujours vivant dans la capitale autrichienne, où une stèle a été érigée non loin de son adresse un an après sa mort. De plus, une Promenade Horst Winter y a été inaugurée le 29 septembre 2007.

La stèle en hommage à Horst Winter, à Vienne

Résultat de recherche d'images pour "horst winter 2001"