Etoiles au Firmament (51) – Davor Popovic

Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

 

Pour la première fois dans cette rubrique, je vais vous présenter un artiste originaire de Bosnie-Herzégovine (ce qui fait de lui le premier candidat d’un pays né après l’explosion de la Yougoslavie à nous quitter). C’est également le premier participant de l’édition 1995 à disparaître – et le seul à ce jour.

 

 

ÉTOILE # 51 : Davor POPOVIĆ (1946-2001)

        Représentant la Bosnie-Herzégovine au Concours 1995 à Dublin

        Titre interprété : Dvadeset prvi vijek (traduction : XXI° siècle)

        Classement : 19° sur 23 – 14 points

        Davorin Popović naît le 23 septembre 1946 à Sarajevo, à l’époque en Yougoslavie. Il commence assez jeune à pratiquer le basketball et devient vite un joueur reconnu, qui dispute plus de 500 matchs. Mais c’est le monde de la musique qui l’attire. Pendant quelque temps, il accompagne le groupe Pauci, avant de rejoindre Indexi en 1964. Ce groupe de rock progressif, qui se produit beaucoup sur scène et enregistre singles et compilations, sera marquant pour tous les artistes du pays et influencera beaucoup de groupes ou d’interprètes.

Indexi dans les années 1960

Image associée

Ils tentent plusieurs fois de représenter la Yougoslavie au Concours Eurovision. En 1967, ils interprètent Pruzam ruke à la sélection nationale, mais échouent face à Lado Leskovar. Deux ans plus tard, Zaborav termine cinquième. Djeca ljubavi en 1973 et Samoco, ljubavi moja l’année suivante ne passent pas le cap de la demi-finale. En 1975, Ti si mi bila naj naj essuie une nouvelle déconvenue. Ce sera encore le cas en 1982 avec To se trazi, en 1983 avec Na svoj nacin et en 1987 avec Bila jednom ljubav jedna.

Parallèlement mais de manière irrégulière, Davor Popović poursuit une carrière solo dès 1975. Les albums qu’il sort font toutefois souvent référence aux musiciens d’Indexi, qui l’accompagnent lors des enregistrements (le nom du groupe est d’ailleurs fréquemment mentionné sur la pochette). La réussite ne tarde pas, et Davor enchaîne les succès : I pad je let ou U tebi se žena rađa en 1976. Cette double activité lui permet de varier les expériences, son groupe se concentrant sur le rock progressif et lui se spécialisant en solo dans la chanson populaire.

Sa première tentative pour représenter seul son pays au Concours Eurovision a lieu dès 1993. C’est la première fois que la Bosnie, indépendante depuis peu, souhaite participer et les plus célèbres artistes du cru posent leur candidature. Malheureusement, Davor Popović et sa chanson Raspored zvijezda s’inclinent devant le chanteur Fazla.

Mais la chance tourne, car Davor est choisi en 1995 pour représenter la Bosnie-Herzégovine au Concours. Le titre qu’il interprète, Dvadeset prvi vijek, ne décroche cependant que la 19° place avec 14 points – 8 de la Croatie, et 3 de la Turquie et du Danemark.

Davor reprend sa carrière, individuelle et avec Indexi, pendant les années qui suivent. Mais il décède d’un cancer du pancréas dans la capitale bosniaque le 18 juin 2001, laissant une épouse et un petit garçon, Daria. Sa mort entraîne la séparation du groupe un an plus tard. Pour marquer le grand respect que lui porte sa ville natale, les édiles de Sarajevo procèdent à son inhumation dans l’Allée des Grands du cimetière local, au côté de grands noms bosniaques comme le guitariste virtuose Slobodan Kovačević (un temps membre d’Indexi) ou le légendaire joueur de basketball Mirza Delibašić.

La tombe de Davor Popovic dans l’Allée des Grands, au cimetière de Sarajevo

Image associée

 

(11 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Je me souviens vaguement de cet artiste, il faut dire qu’en 1995, il y avait beaucoup de très bonnes chansons et je n’étais pas vraiment fan de cette chanson bosniaque. Néanmoins, je trouve que cet artiste avait beaucoup de talent et qu’il est parti beaucoup trop vite, car beaucoup trop jeune. Le cancer du pancréas ne pardonne pas, cette épouvantable maladie est malheureusement encore trop souvent incurable et l’issue est irrémédiable

    Merci Francis de lui rendre ainsi hommage !

      • Francis A. on 25 novembre 2018 at 19:50
      • Répondre

      C’est clair que le cancer du pancréas est l’un des plus mortels, parce qu’il est littéralement foudroyant.

      En ce qui concerne la chanson de Davor, je la trouve très originale par rapport aux autres propositions de 1995… ce qui aurait dû, selon moi, lui valoir un meilleur classement.

    • Cabildo on 25 novembre 2018 at 14:37
    • Répondre

    Bonjour Francis,

    merci pour cette rétrospective qui m’a beaucoup appris.
    J’ai adoré pratiquement toutes les chansons bosniennes à l’eurovision, et notamment les premières, à commencer par celle de Fazla.
    J’adore aussi la Bosnie de façon plus générale.
    La chanson de 1995 était un petit bijou perdu au milieu des autres chansons candidates.
    J’aimerais tant que le pays revienne nous enchanter avec son style si particulier.

  2. Je ne suis pas fan en général des chansons bosniaques. De l’édition 95, je retiens l’Espagne qui à mon goût aurait dû gagné le concours. Je n’aime pas la chanson de 95 de la Bosnie mais rien à dire sur l’interprétation.
    Comme a dit Nico, le cancer du pancréas ne pardonne pas. Il aura fait une belle carrière dans son pays

      • Francis A. on 25 novembre 2018 at 19:58
      • Répondre

      Ah Anabel Condé, une authentique diva qui aurait en effet dû remporter la victoire en 1995. Pour moi, la meilleure de toutes les propositions espagnoles au Concours.

    • Francis A. on 25 novembre 2018 at 19:54
    • Répondre

    Je te rejoins pour Fazla, Sva bol svijeta est toujours la chanson que je préfère à avoir représenté la Bosnie-Herzégovine au Concours, même 25 ans après. Je trouve sa musique terrible, elle reflète parfaitement le texte et l’état du pays à l’époque. A masterpiece, comme on dit outre-Manche.

      • Francis A. on 25 novembre 2018 at 19:56
      • Répondre

      Tiens, ma réponse à Cabildo ne s’inscrit pas sous son commentaire :/

  3. – Je ne vais pas m’attarder sur sa mort car le cancer du pancréas me fait une peur terrible ! J’en suis malade rien que de le prononcer !

    – Ce que je retiens chez ce chanteur, c’est sa voix extraordinaire et son professionnalisme : on sent qu’il y met tout son cœur quand il chante et c’est toujours de bonne qualité, même si je suis loin d’aimer toutes les chansons que je viens d’écouter.

    – Concernant celle de l’Eurovision 1995, ce n’est pas catastrophique mais ça passait inaperçu au milieu de nombreuses autres chansons bien meilleures, mais cette chanson était quand même, à mon avis, un cran au dessus de celle de 1993 où il avait échoué aux sélections bosniaques.

    1. En effet, le timbre de sa voix et son investissement dans ses chansons ont certainement permis à Davor Popovic de voir sa carrière s’étendre sur 4 décennies. Il est clair que le groupe Indexi lui doit beaucoup, c’est d’ailleurs pour cela que sa formation ne lui a pas survécu.

    • phileurophage on 26 novembre 2018 at 19:23
    • Répondre

    Merci et bravo Francis pour ce riche article autour d’un très grand artiste qui fut bien peu en phase avec les canons de l’Eurovision en 1995 mais défendit sobrement et avec tout son talent une jolie ballade rock. Cette année-là, bien d’autres titres eurent ma préférence néanmoins, exceptée la chanson gagnante (une des pires selon moi).
    Hâte de te lire de nouveau malgré ce triste récapitulatif des concurrents disparus de notre adoré Concours…

    1. Je trouve que ce genre d’artiste, qui ne transige pas et conserve sa spécificité musicale lors d’un concours, mérite le plus grand des respects. La compromission débouche souvent sur de la piètre qualité, et défendre sa culture et son style me paraît indispensable. D’où cet article. Entre autres raisons 😛

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :