Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

 

            Je vais vous parler aujourd’hui de la deuxième représentante danoise au Concours, un an après Gustav Winckler, notre Étoile # 5. C’est cependant la quatrième artiste originaire du pays de la petite sirène à nous avoir quittés. Comme vous allez le voir, sa célébrité – pourtant réelle dans son pays – n’a malheureusement pas dépassé les frontières nationales. Il était donc temps de lui rendre hommage.

 

 

ÉTOILE # 43 : Raquel RASTENNI (1915-1998)

        Représentant le Danemark au Concours 1958 à Hilversum

        Titre interprété : Jeg rev et blad ud af min dagbog

(traduction: J’ai déchiré une page de mon journal intime)

        Classement : 8° sur 10 – 3 points

 

        Anna Rachel Rastén et sa sœur jumelle Lea naissent à Copenhague le 21 août 1915. Leurs parents, de confession juive, ont chacun fui la Russie en 1906 pour s’installer au Danemark, où leur père est maintenant tailleur et leur mère, couturière. La famille, qui compte également un fils, Adolph, a des revenus très modestes et vit dans un quartier assez pauvre de la ville.

Juifs fuyant les pogroms russes au début du XX° siècle

Résultat de recherche d'images pour "réfugiés russes juifs danemark 1906"

Rachel débute sa carrière artistique en 1936 en tant que danseuse à la Revue Helsingør. Deux ans plus tard, elle est engagée pour animer une émission à la radio, où elle commence à chanter avec différents orchestres.  C’est à cette époque qu’elle prend le pseudonyme de Raquel Rastenni. 1940 est une année importante pour elle, puisqu’elle se marie (elle divorcera six ans plus tard) et qu’elle forme son premier trio de swing, avec lequel elle sort un album et part en tournée en Suède.

Raquel Rastenni en 1951

Résultat de recherche d'images pour "raquel rastenni trio"

Mais la guerre éclate et les Nazis envahissent le Danemark. En tant que juive, Raquel n’a pas le choix, il lui faut fuir son pays en octobre 1943 et s’établir avec sa famille en Suède. Elle y poursuit sa carrière, avec énormément de succès puisqu’on la surnomme bientôt l’Ella Fitzgerald danoise.

La grande chanteuse de jazz Ella Fitzgerald

Résultat de recherche d'images pour "ella fitzgerald"

En 1945, elle regagne sa patrie, où sa réussite est à la mesure de ce qu’elle a connu à l’étranger. Les disques se succèdent et rencontrent à chaque fois le public – Vovsen I vinduet (chantée en français par Line Renaud sous le nom de Le Chien dans la vitrine) en 1953 ou encore son album Hele ugen alene, qui se vend à 120 000 exemplaires. Elle est alors la première artiste danoise à obtenir un Disque d’or pour avoir dépassé le million de copies vendues. Ce ne sera pas sa dernière récompense, puisqu’elle en recevra tout au long de sa carrière.

La chaîne de télévision danoise, qui aimerait réitérer l’exploit réalisé l’année précédente par Gustav Winckler et Birthe Wilke, l’invite alors à participer au Dansk Melodi Grand-Prix, la sélection nationale pour le Grand Prix Eurovision de la Chanson Européenne. Elle y affronte le duo arrivé troisième à Francfort en 1957, mais c’est elle qui l’emporte avec la première des deux chansons qu’elle présente, Jeg rev et blad ud af min dagbog. La déception est donc assez grande quand le Danemark ne termine que 8° de la compétition, avec 3 points de la Suède, de la France et des Pays-Bas.

Après un nouveau succès, Heksedansen, dans son pays en 1960, Raquel Rastenni retente sa chance au DMGP l’année suivante. Mais Hjemme hos os, la chanson qu’elle interprète en duo avec Grethe Sønck, n’obtient pas un seul point… comme Gustav Winckler, d’ailleurs. Ce n’est donc pas la fête des premiers participants danois le 19 février 1961 ! Sa dernière tentative pour revenir à l’Eurovision a lieu en 1964 quand elle propose Vi taler samme sprog, mais c’est pour elle un nouvel échec.

 

Divorcée de son deuxième époux, Raquel Rastenni devient enfin mère d’une petite Charlotte, en 1963, ce qui l’éloigne un peu de la scène médiatique. Dans les années 1970, elle élargit son répertoire en interprétant des chansons juives en yiddish et en hébreu. Ce retour aux sources familiales se voit aussi dans son soutien grandissant à l’État d’Israël, en particulier pendant la Guerre du Kippour en 1973. Elle se rend d’ailleurs souvent à Jérusalem, à titre personnel ou professionnel.

À la fin des années 80, elle se retire de la vie publique. Elle mène une vie extrêmement discrète, jusqu’à son décès à Skodsborg, dans la banlieue de la capitale, le 17 août 1998 – soit quatre jours avant son 83e anniversaire.