Etoiles au Firmament (39) – Bob Martin

Hello, chers amis de l’EAQ!!!

 

Dans le cadre de cette rubrique consacrée aux anciens candidats du Concours aujourd’hui disparus, allons à la découverte du premier artiste envoyé par l’Autriche au Grand Prix Eurovision de la Chanson Européenne. Comme notre Étoile # 4, Liane Augustin, qui lui succèdera en 1958, il n’est pas né sur le sol national. Il n’en a pas moins défendu vaillamment le pays de Sissi (elle aussi née à l’étranger LOL) – quoique sans succès.

 

 

ÉTOILE # 39 : Bob MARTIN (1922-1998)

        Représentant l’Autriche au Concours 1957 à Francfort-sur-le-Main

        Titre interprété : Wohin, kleines Pony? (traduction : Où, petit poney?)

        Classement : 10° sur 10 – 3 points

 

        De son vrai nom Leo Heppe, Bob Martin naît à Krasnoïarsk, en Sibérie, le 7 juin 1922. Son père, originaire de Bohême, avait été fait prisonnier pendant la Première Guerre Mondiale, était resté en Russie pour y enseigner l’allemand et s’y était marié. Mais en 1924, tout le monde regagne Vienne, la Russie étant en proie à la guerre civile.

Krasnoïarsk, en Sibérie

Image associée

Issu d’une famille mélomane (le père de Leo joue du violon et sa sœur pratique le piano), le petit garçon intègre le Conservatoire à l’âge de dix ans. Puis, il suit les cours du lycée agricole de Klosterneuburg de 1938 à 1941, date à laquelle il est enrôlé dans la Wehrmacht afin d’effectuer son service militaire. À la fin de la guerre, alors qu’il est prisonnier des forces britanniques à Hambourg, il commence à chanter de la variété.

Klosterneuburg, au Nord de Vienne

Résultat de recherche d'images pour "klosterneuburg"

En mai 1946, il est engagé à l’Opéra Populaire de Vienne, où il chante bientôt quelques solos. À l’automne de la même année, il passe avec succès son examen d’entrée à l’Académie de Musique, où il obtient son baccalauréat option chant et représentation opératique en février 1951. Deux ans plus tôt, il a obtenu un premier prix au Pays de Galles grâce à son interprétation d’un extrait de Boris Godounov, de Modest Moussorgski. Leo Heppe fera partie du chœur de l’Opéra National de 1951 à 1982, sans toutefois se cantonner à ce seul style de musique.

Boris Godounov, de Modest Moussorgski

Résultat de recherche d'images pour "moussorgski boris godounov"

En effet, il se consacre également à l’opérette. Ainsi en 1955, il crée avec trois collègues du Chœur de l’Opéra le quatuor vocal Montecarlos, qui enregistre pendant cinq ans plusieurs disques – le plus connu, Andrea, atteignant même la troisième place des classements allemands.

Dans le même temps, il revient à la musique populaire, et prend en 1954 le pseudonyme de Bob Martin avec l’espoir d’y mener une carrière parallèle. C’est chose faite trois ans plus tard quand la chaîne de télévision ÖRF décide de participer pour la première fois au Grand Prix Eurovision de la Chanson Européenne, et lui demande de représenter son pays avec Wohin, kleines Pony? Malheureusement, le titre décroche la dernière place avec 2 points décernés par le Royaume-Uni et 1 point offert par les Pays-Bas. De ce fait, l’Autriche est le premier (mais pas le dernier) pays à terminer en ultime position à son premier essai. Elle réitèrera ce classement décevant à sept reprises, huit si on comptabilise la dernière place obtenue en demi-finale en 2012.

Cet échec ne porte pourtant pas préjudice à la carrière de Bob, qui apparaît dans plusieurs films. Sans compter qu’il est toujours membre du Chœur de l’Opéra de Vienne, et du quatuor Montecarlos, devenu les Blauen Jungs quelques années plus tard.

Après un parcours artistique aussi varié que réussi, Bob Martin décède à Vienne le 13 janvier 1998. Comme le rappelleront souvent les trois fils nés de son premier mariage, jamais cet artiste, pourtant si éclectique, n’avait perdu ni son humilité ni sa lucidité. Il ne cessait de répéter à chaque interview qu’il voulait « simplement chanter » et ne se considérait « aucunement comme une vedette de la chanson, de l’opéra ou de l’opérette ».

La tombe de Bob Martin

Résultat de recherche d'images pour "bob martin eurovision"

(10 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • marie on 14 octobre 2018 at 15:25
    • Répondre

    Il a eu la carrière qu’il a souhaité.
    Quant à la chanson de l’eurovision, c’est difficile à dire que sa dernière place était méritée mais je n’aime pas la chanson par contre j’aime bien sa voix grave, elle était assez impressionnante.

    1. Wohin, kleines Pony? me fait penser à une chanson pour un western, avec cette voix si grave. Et du coup, ça semble amusant qu’on y parle d’un poney et pas d’un superbe destrier à la Tornado. Conclusion : j’aime beaucoup cette chanson, que je place sur mon podium en 1957.

  1. Très joli voix….de cette interprète…. Et joli découverte…. Merci mon cher Francis…je te felicite pour les belles biographie…. Que tu nous fait a chaque article…bonne journée

    1. Merci Sakis, j’essaie de rédiger des articles amusants, émouvants, informatifs ou tout cela à la fois. Je ne suis pas toujours sûr d’y être arrivé, mais je remarque que tu prends beaucoup de plaisir à les lire, et ça me motive pour faire au moins aussi bien à chaque fois 😛

  2. – Voilà un artiste qui a eu une belle carrière ce qui était difficile vue le contexte de l’époque. Il avait l’air d’un homme talentueux, passionné et très simple.

    – Concernant sa chanson à l’Eurovision, il faudrait que j’écoute les autres pour comparer, mais je la trouve moyenne, par contre sa voix est marquante et vraiment impressionnante !

    – Et les autres chansons que j’ai écoutées sont pas mal du tout.

    ( NB : en général je commente ta rubrique en dernier, non pas parce que je ne l’aime pas, bien au contraire ! Je la trouve même d’utilité publique pour les fans de l’Eurovision, mais comme j’ai peur de lire les causes de leur décès et que ça me déprime pour la journée, je la lis en soirée 🙂 )

    1. Ah ah c’est vrai qu’il y a des informations tragiques parfois à propos de ces Etoiles, et tu as sûrement raison de lire cette rubrique en fin de journée. J’espère juste que tu n’en fais pas des cauchemars LOL

      En tout cas, merci pour ta fidélité, tu es sur le podium des commentateurs les plus réguliers de mes articles, avec Marie et Sakis 🙂 C’est très touchant, et motivant pour moi. J’ai la pression du coup à chaque fois que je m’attelle à un nouvel article 😛

    • phileurophage on 17 octobre 2018 at 01:21
    • Répondre

    Cher Francis A., j’écris enfin tout le bien que je pense de cette rubrique. Le passé explique le présent et nos artistes de l’Eurovision, qui ont contribué à faire du Concours ce qu’il est, ne doivent jamais être oubliés. Ils sont tous essentiels, parole d’un dingue de l’ESC tombé dedans quand il était tout petit. Cette première participation était fort plaisante et réussie. Au point de se retrouver dans mon top 5 de 1957, moi qui, comme beaucoup sans doute, fais et refais mes classements au cours de mes sempiternelles écoutes des 63 éditions.

    1. Je suis ravi de voir que ma rubrique attire un fidèle supplémentaire. Je vois que tu es un vrai passionné, c’est donc encore plus flatteur pour moi. Merci pour ce commentaire !

        • phileurophage on 18 octobre 2018 at 08:27
        • Répondre

        C’est toi qu’il faut féliciter. Et j’attends avec toujours plus d’impatience cette rubrique. Bravo !

        1. Happy happy happy 😀

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :