Etoiles au Firmament (36) – Frida Boccara

Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

 

Poursuivons le récapitulatif des anciens candidats au Concours aujourd’hui décédés avec la 3° gagnante de l’Eurovision à nous avoir quittés. Sa victoire a été une grande première – sans suite puisque le règlement a été modifié depuis – car elle a partagé les lauriers avec trois autres concurrentes. C’est en tout cas la 9° de nos Étoiles à naître avec la nationalité française.

 

 

ÉTOILE # 36 : Frida BOCCARA (1940-1996)

        Représentant la France au Concours 1969 à Madrid

        Titre interprété : Un jour, un enfant

        Classement : 1° ex-aequo sur 16 – 18 points

 

        Les parents de Danielle Frida Hélène Boccara, originaires de Livourne, en Toscane, s’étaient d’abord installés en Tunisie avant de s’établir à Casablanca, au Maroc, alors sous protectorat français. C’est là que naît la jeune femme le 29 octobre 1940. Issue d’une famille baignant dans la culture musicale, Frida, à l’instar de son frère Jean-Michel et de sa sœur Lina, montre très vite des dispositions pour cet art, en particulier pour le chant.

Buck Ram, manager du groupe The Platters

Résultat de recherche d'images pour "buck ram"

Un jour qu’elle rencontre Buck Ram, manager du célèbre groupe américain The Platters, celui-ci lui demande de lui faire parvenir un enregistrement de chansons de son choix, puis de le rejoindre à Paris. Mais quand Frida débarque dans la capitale avec Lina et Jean-Michel, il est déjà reparti aux Etats-Unis. Elle s’inscrit alors au Petit Conservatoire de la Chanson, dirigé par Mireille.

Mireille, créatrice du Petit Conservatoire de la Chanson

Image associée

Après une participation au Festival de la Rose d’Or d’Antibes et malgré des reprises du Doux caboulot et d’On n’a pas tous les jours vingt ans, son premier succès n’intervient qu’en 1961 quand elle enregistre Cherbourg avait raison, qui demeure 24 semaines parmi les titres diffusés sur RTL dans le cadre du Marathon de la chanson française.

Très vite, elle varie son répertoire. Nombre de ses chansons incluent des parties instrumentales écrites par de grands compositeurs classiques (Mozart, Vivaldi, Beethoven, Haendel, Bach, Rossini, Brahms, Elgar, Villa-Lobos, Telemann, Grieg, Smetana…) mais elle aborde aussi le jazz, le folklore, la comédie musicale (elle fait par exemple une reprise de West Side Story) ou la musique de film (Angélique, Marquise des Anges ou Amarcord).

Elle enchaîne les festivals, comme ceux de Sopot et San Remo en 1964, Rio de Janeiro, Mexico, Sofia et Brasov en 1969, Barcelone (où sa chanson Mediterranean Skies est finaliste) et Tokyo en 1970, ou Palma de Majorque (où elle obtient le Grand Prix), Split, Antibes-Juan les Pins et Utrecht. L’Espagne tombe sous le charme, et Frida est très régulièrement diffusée à la radio et même invitée à la télévision. En 1968, elle publie Cent mille chansons, qui lui vaut une grande popularité à l’international.

C’est donc l’occasion rêvée pour elle de postuler à la sélection française pour le Concours Eurovision, qui doit se tenir à Madrid le 29 mars 1969. Mais la concurrence est rude. Elle est en effet opposée à Rika Zaraï, Dalida, Gilbert Bécaud, Mireille Mathieu, Romuald (qui représentera finalement le Luxembourg), Séverine (future gagnante du Concours en 1971), Guy Mardel (candidat français en 1965) et Serge Lama (qui défendra les couleurs françaises en 1971) !!! Contre toute attente, c’est elle qui l’emporte – même si le titre de Serge Lama, Une île, va faire un carton dans les semaines qui vont suivre.

Serge Lama, battu par Frida Boccara lors de la sélection française

Résultat de recherche d'images pour "Serge Lama une île"

Le grand soir, la tension est extrême. Frida chante magnifiquement Un jour, un enfant (écrit par Eddy Marnay, l’auteur de son premier tube), qui est acclamé par le public tout au long de sa prestation. Mais les jurés sont divisés. Finalement, le Concours 1969 couronne 4 pays – une première dans l’histoire de l’Eurovision – et la France se retrouve à la première place à égalité avec l’Espagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas. Comme ses trois adversaires, Frida récolte 18 points – 4 de l’Irlande et du Royaume-Uni, 2 de Monaco, des Pays-Bas et du Portugal, et 1 du Luxembourg, de la Suède, de la Suisse et de l’Allemagne. Donc, aucun de l’Espagne !

De manière assez incompréhensible puisque certains ont voté pour la France, plusieurs pays désapprouvent cette victoire partagée. Les pays scandinaves (Norvège, Suède et Finlande), ainsi que le Portugal, se retireront donc l’année suivante, forçant l’UER à insérer dans le règlement un article qui bannira les égalités à la 1° place… coûtant de ce fait une sixième victoire à la France en 1991 !!!

Amina fait les frais en 1991 des résultats du Concours 1969

Résultat de recherche d'images pour "amina eurovision"

Frida Boccara est bien loin de tout ça, puisque sa chanson remporte aussi le Grand Prix du disque de l’Académie Charles-Cros et se vend dans toute l’Europe. En effet, cinq versions en seront enregistrées, dont une en suédois avec l’aide d’Agnetha Faltskog (l’éblouissante chanteuse du futur groupe ABBA). Elle voyage dans le monde entier, se produit dans des salles mythiques comme l’Opéra de Sydney, et reçoit même le titre de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Les insignes de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres

Résultat de recherche d'images pour "chevalier de l'ordre des arts et des lettres"

En 1980, elle présente Un enfant de France à la demi-finale de la sélection française pour le Concours. Elle se classe 3° après Marcel Amont et Bee Michelin, mais échoue en finale (présentée par Évelyne Dhéliat) face à Profil – qui sera le premier groupe envoyé par la France à l’Eurovision.

Une troisième tentative a lieu en 1981. Voilà comment je t’aime passe le cap de la demi-finale, mais ne finit que 4° de la finale (animée par Fabienne Égal).

Mais les années 80 créent un rythme nouveau, et Frida n’est plus vraiment à la mode – si tant est qu’elle l’ait jamais été. Elle s’éloigne petit à petit de la scène médiatique, et ne participe plus guère qu’aux émissions de son ami Pascal Sevran. Atteinte d’une affection pulmonaire, elle s’éteint le 1er août 1996 à Paris. Lors de son inhumation au cimetière de Bagneux, dans les Hauts-de-Seine, le Ministre de la Culture, Philippe Douste-Blazy, rappellera l’importance de l’artiste pour le rayonnement international de la chanson française. Elle aura en tout état de cause transmis le virus de la musique à son fils Tristan, pianiste, compositeur et arrangeur.

Le fils de Frida, Tristan

Résultat de recherche d'images pour "tristan boccara"

(19 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • steven on 3 octobre 2018 at 13:46
    • Répondre

    Une magnifique artiste !!!!Une grande chanteuse qui n ‘aurait jamais du partager la victoire!!!Seule, elle méritait de gagner!!!Une pensée pour Amina qui fait les frais de ce fichu règlement qu ‘on nous a sorti de je ne sais ou!!!!!Une honte!!!

    1. Ça, il faut reconnaître que cet article du règlement était tout à la fois inconnu (Léon Zitrone n’en avait jamais entendu parler), stupide (en quoi une note maximale de plus plutôt qu’un jury de plus fait de vous un vainqueur plus acceptable ?), inutile (après tout, ce qui compte, c’est le spectacle donné plus que le résultat) et humiliant (se voir refuser une victoire que l’on croyait acquise est profondément injuste et blessant).

  1. Frida Boccara a chanté parfaitement chanté « un jour, un enfant ». Mais elle est 2e dans mon classement.
    56 ans, elle est partie trop tôt mais elle a quand même une carrière artistique impressionnante jusque dans les années 80.
    Quand je pense à la sélection française en 1969, c’est fou, les artistes de renom qu’il y avait.
    Concernant 1991, je ne comprends pas qu’on est pu préférer la chanson de la Suède, je ne la trouve pas terrible franchement.

    1. Moi non plus, je ne l’aurais pas mise gagnante, mais seulement 3e après le Royaume-Uni et la Finlande.

      Pour ce qui est de Carola, je pense qu’on a jugé sa chanson très entraînante, sa prestation énergique et sa 3e place de 1983 sous-évaluée. Après, ça s’est joué à presque rien.

      • steven on 4 octobre 2018 at 09:33
      • Répondre

      Ca c est sur la chanson de Carola était pas terrible.Pauvre Amina qui est un peu retomber dans les oubliettes si elle avait gagné elle aurait fait tous les ans les plateaux de la TV francaise jusqu à nos jours.Une si belle chanson

      1. Peut-être que ça l’aurait lassée à la longue. Je pense que Marie Myriam en a un peu assez, pour ne pas dire plus, de venir faire de la figuration tous les ans et d’être obligée de faire croire qu’elle est persuadée que la France va bien se classer.

    • Kris.b on 3 octobre 2018 at 20:05
    • Répondre

    Frida Boccara est l’une de mes chanteuses préférées du concours. Rien que d’entendre sa voix, j’en ai la chair de poule. Je trouve sa victoire partagée amplement méritée.
    En aparté, étant natif d’Antibes, je regrette que le Festival de la Rose d’Or n’est pas survécu. L’événement était une sorte de San Remo « bis » en révélant beaucoup d’artistes francophones…

      • Francis A. on 3 octobre 2018 at 20:54
      • Répondre

      C’est surtout une grande perte pour les vrais amateurs de chansons de variété. Une compétition de plus, c’est du plaisir en plus. Dommage.

  2. – Voilà une chanteuse que je connais bien grâce à ma maman qui l’a toujours appréciée et dont la victoire l’avait comblée de joie cette année-là ! Elle aurait bien voulu qu’elle gagne seule… Moi, j’aimais bien cette chanson mais parmi les 4 gagnantes, c’est celle que je classais 4e ( comme quoi, on ne peut pas m’accuser d’être chauvin ! 😆 )

    – Elle avait la capacité d’aller vers tous les styles de chansons et j’ai toujours aimé l’écouter : si lors du Karaoké spécial vainqueurs de l’Eurovision que mon cousin veut organiser en 2020, je devais chanter  » Un jour, un enfant « , ça ne me dérangerait pas du tout.

    – Sinon, encore une artiste décédée trop prématurément… Je ne savais pas qu’elle avait un fils.

    – Habitant à quelques kilomètres d’Antibes, j’aurai bien aimé que la  » rose d’or  » existe encore, car je crois que cette compétition a été supprimée en 1979 et j’avais 3 ans…

    – Enfin, pour 1991, je ne raffolais pas de Carola, et je n’aimais pas Amina ! Donc aucun regret.

      • Francis A. on 3 octobre 2018 at 20:59
      • Répondre

      Un autre point commun entre nous : ma mère aussi appréciait beaucoup cette chanteuse.

      Pour le karaoke prévu par ton copain, tu peux faire inviter un copain lorrain ? 😛

      Personnellement, c’est le Portugal que j’aurais voulu voir vainqueur, devant Israël.

  3. Bonjour les amis. Je ne sais pas si j’ai l’âge de votre père ou mère (pas pour tous, j’espère! ) mais pour moi aussi, Frida est un symbole qui a accentué l’intérêt tout neuf que j’éprouvais à regarder l’Eurovision. Ce soir de 1969, je ne l’ai vue qu’en noir et blanc derrière l’écran de notre première télé, mais dès que ça a été possible, j’ai visionné des dizaines de fois sa prestation. Encore aujourd’hui, je ne m’en lasse pas. Frida fait partie de ces artistes- icônes qui vous harponne le cœur dès les premières mesures tant sa voix est profonde et son style affirmé. Ses chansons, souvent, s’inspirent d’un style musical néoclassique qui leurs confèrent une épaisseur et une authenticité qu’on ne retrouve que chez les grands interprètes. Bien sûr qu’elle aurait dû gagner, c’est une évidence, mais peut-être ne suis-je pas objectif. Encore que… Si on prend le temps de lire les commentaires qui accompagnent les vidéos, un grand nombre d’internautes la déclare victorieuse, bien des années après. Et pour ceux qui l’appréciaient, elle laisse un grand vide que seuls les enregistrements qu’elle nous a légués parviennent à combler.

    Petite demande perso : Mimi2, qui est bien silencieuse depuis quelques temps, apprécie également cette artiste. Quelqu’un aurait-il de ses nouvelles ?

    1. Très heureux de voir que je ne suis pas le seul à admirer ces interprètes au timbre de voix si particulier, qui ne peuvent en effet que faire vibrer nos coeurs. Même si Frida Boccara ne fait pas partie de mes ‘all-time favorites’, c’était une très, très grande chanteuse, c’est certain.

    2. Oui moi j’en ai Tano, j’suis dans l’coin, c’est moi Mimi là-bas dans le noir 🙂 Un peu de distance parce qu’overdosée après ESC et Quoro mais je lis l’EAQ quotidiennement. Un peu de distance aussi avec le web social, aucune avec la musique ; en ce moment je passe de France Musique au dernier album de Richard Gotainer via les sons relaxants. Je vis une révolution, une métamorphose psychiques depuis le diagnostic de la fibromyalgie cette année, voilà une autre cause de distance, je tiens l’coup, j’ai des béquilles pour ma tête et une pour mes jambes. 🙂

      Tu as raison j’aime cette chanteuse, sa chanson est ma préférée parmi toute celles de l’ESC. Tout ce que tu en as dis est merveilleux, je ne vais rien ajouter.

      La niaque va revenir avec le Mello et le Festival da Canção puis l’ESC, ça me semble évident.

      Pas très confidentiel ce que je raconte mais je me suis toujours senti en famille ici, à en arriver à oublier que ce blog est très lu. Et puis j’t’aime bien alors je voulais te raconter pourquoi j’suis un peu moins présente que d’habitude. 😉

      1. Bonjour Mimi, content d’avoir enfin de tes nouvelles mais beaucoup moins de découvrir que tu es à ce point souffrante, Ici tu as ta place et c’est toujours un vrai plaisir de te lire. c’est pourquoi, je me permets t’intervenir.

        Je ne sais pas si tu pratiques l’hypnose, si ce n’est pas le cas, c’est pas compliqué, il suffit d’écouter et de te laisser aller et te laisser guider par sa voix, par ses mots. Personnellement, j’ai pu traverser pas mal d’épreuves dans ma vie grâce à cette technique.

        Il y a ce Monsieur, un petit génie un thérapeute français qui diffuse régulièrement des vidéos pour nous permettre de nous soulager, de prendre du recul par rapport à beaucoup de situations.

        Alors, prends le temps de l’écouter encore e t encore et j’espère que cela va pouvoir t’aider

        https://www.youtube.com/watch?v=cz1OvXgqtEs

        Pour revenir au topic qui concerne Frida Boccara, j’ai toujours beaucoup aimé cette artiste, elle chantait avec son coeur et avec ses tripes. Elle était une très belle ambassadrice de la chanson française. Et elle le restera.

        Très cordialement

        Nico

        1. Merci Nico, c’est adorable.
          J’ai mis cette vidéo dans « mes favoris », je ne connaissais pas ce thérapeute. Je vais me faire une séance cette après-m’ 😉

    • JMC 26 on 4 octobre 2018 at 13:16
    • Répondre

    Pour ce qui est des éditions de 1969 et 1991 , un point de règlement s’impose :

    En 1969 il n’y avait pas de point sur le partage des concurrents en cas d’égalité, pour moi le Royaume Uni était
    mon favori.
    En 1991, il y avait un moyen pour les départager et le système était juste celui qui a le plus de 12 points de 10 points etc… cela représente celui qui a été le mieux noté. Tant pis pour la France, c’est un concours est pour qu’il soit crédible il faut une règle sinon les détracteurs s’en donneraient à cœur joie…… Je crois que la France à l’époque a fait une réclamation qui est restée vaine, le règlement c’est le règlement. Coté chanson, la Suède était plein d’énergie et cela m’avait conquis, en plus une grande interprète.

    De nos jours, il y a celui qui a le pays qui a le plus reçu de points des différents pays puis comme en 1991 celui
    qui a reçu le plus de 12, 10 etc…… de points, en cas d’égalité le premier à avoir chanté est déclaré gagnant.

    1. Tout ce que tu écris sur le règlement est parfaitement exact, y compris la nécessité d’en avoir un. Quoique. Finalement, peu de pays ont été choqués par la quadruple victoire de 1969, mais peu ont reconnu la justice de la décision de 1991. La preuve, c’est qu’il a à nouveau été modifié par la suite, comme tu le rappelles.
      En ce qui concerne le dernier point (que la victoire soit accordée au pays passé en premier), je le considère révoltant puisque l’ordre de passage est imposée par les organisateurs. Je ne vois pas l’Arménie accorder un ordre de passage bénéfique à l’Azerbaïdjan, par exemple.

  4. Quel voix….une femme et une artiste sublime….j’ai adore….cette interprète a eurovision…. Et merci a Francis…pour cette article….j’ai eu le plaisir de reecoute ses succès….

    1. Content que tu aies apprécié, Sakis. C’est un des objectifs de cette chronique 🙂

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :