Etoiles au Firmament (32) – Birgit Brüel

Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

 

Au mitan des années 90, notre cher Concours entame sa 5° décennie – et ses premiers concurrents atteignent pour un certain nombre d’entre eux un âge relativement avancé. Ceci explique que 1996 batte le triste record établi l’année précédente : elle verra en effet le décès de six anciens candidats. Abordons aujourd’hui la première de ces artistes à nous quitter, notre 3° étoile danoise.

 

 

ÉTOILE # 32 : Birgit BRÜEL (1927-1996)

        Représentant le Danemark au Concours 1965 à Naples

        Titre interprété : For din skyld (traduction : Par amour pour toi)

        Classement : 7° sur 18 – 10 points

 

        Birgit Brüel (à ne confondre ni avec la représentante allemande de 1963 ni avec notre chanteur français adepte du cassage de voix) naît à Copenhague le 6 octobre 1927 sous le nom de Birgit Thora Marie-Louise Thielemann. Elle se marie très jeune, en 1946, avec Irving Karl Gunsted, à qui elle donne une fille, Michaela, l’année suivante. Mais le couple divorce en 1949.

Max Brüel, qui accueille Birgit dans son quartet

Résultat de recherche d'images pour "Max Brüel"

Un an plus tard, Birgit rejoint le Max Brüel Quartette – une formation de jazz – et en devient la chanteuse, tout en suivant pendant un an des cours à l’École du Théâtre Royal. En 1951, elle épouse Max Brüel, dont elle a des jumelles, Sanne et Rebecca, un an plus tard.  Les années 50 sont aussi pour elle l’occasion de jouer sur scène et au cinéma (elle apparaîtra dans plus de 20 films tout au long de sa carrière).

Divorcée de son deuxième époux en 1962, elle est engagée au sein du groupe de jazz créé par la radio danoise. Puis en 1965, elle pose sa candidature au Dansk Melodi Grand-Prix, afin de représenter son pays au Concours Eurovision de la Chanson. Lors de la finale nationale, elle est opposée à Birthe Wilke (déjà candidate danoise en 1957 et 1959) et à Bjørn Tidmand (qui a défendu les couleurs de son pays en 1964). Interprétant elle-même trois des huit chansons de la finale, elle remporte logiquement le droit d’aller chanter à Naples son deuxième titre, For din skyld. En Italie, elle obtient 5 points (le maximum à l’époque) de la Suède et du Luxembourg, et termine à la 7° place.

De retour dans son pays, Birgit Brüel reprend sa carrière d’actrice, au théâtre, au cinéma et à la télévision, jusqu’au début des années 90. Elle n’abandonne toutefois pas totalement la musique, puisqu’elle s’associe dans les années 70 à Amazonegruppen, un groupe musico-théâtral féministe. Son dernier enregistrement, Den hemmelige rude, sort en 1985. C’est un album de poèmes de Tove Ditlevsen mis en musique par sa propre fille Sanne.

Elle décède le 23 février 1996 à Gentofte, dans la banlieue sud de la capitale danoise. Ses deux plus jeunes filles reprendront le flambeau maternel puisqu’elles deviendront à leur tour chanteuses et comédiennes. Leurs propres filles, Kaya et Johanna, perpétuent aujourd’hui la tradition familiale.

Sanne et Rebecca Brüel

Résultat de recherche d'images pour "rebecca brüel"

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • marie on 19 septembre 2018 at 17:37
    • Répondre

    Très jolie voix mais malheureusement pour Birgit, il y avait une certaine France Gall cette année là. C’est vrai que poupée de cire poupée de son tranche avec sa chanson plus traditionnelle.
    Elle a eu une belle carrière dans son pays.

    1. J’abonde dans ton sens, la voix est intéressante. En revanche, même si j’apprécie le texte de la chanson, la musique en est bien plate, et j’ai beaucoup de mal quand je l’écoute à conserver mon attention à son maximum 🙁

    • ZIPO on 19 septembre 2018 at 21:26
    • Répondre

    – C’est une dynastie très féminine : la musique se transmet de mère en filles et petites filles.

    – Concernant la chanson présentée par Birgit en 1965, c’est exactement le style de chanson que j’oublie tout de suite après l’avoir écoutée : c’est bien interprété mais d’un classique très prononcée au point que j’en oublie la chanson… Une 7e place, c’était déjà très bien !

    – Sinon, elle aura fait une carrière honorable et concernant son décès, apparemment pas dans des conditions dramatiques.

      • Francis A. on 19 septembre 2018 at 23:38
      • Répondre

      Birgit Brüel est en effet l’une des nombreuses Etoiles à avoir transmis à au moins l’un de ses enfants la passion de la musique. C’était déjà le cas de Jacques Pills, Gustav Winckler, Louis Neefs, Matt Monro, Claudio Villa, Renato Rascel, Domenico Modugno ou Alan Barton, par exemple.

Répondre à Francis A. Annuler la réponse

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :