Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

 

Après The Family Four et Dschinghis Khan, voici aujourd’hui qu’un autre groupe, britannique cette fois-ci, va être évoqué dans cette rubrique. Ce n’est que la deuxième Etoile originaire de Grande-Bretagne à décéder après avoir été candidate à l’Eurovision. Elle aussi a eu une carrière et une vie très courte, d’où la brièveté de cet article.

 

 

ÉTOILE # 29 : Alan BARTON (1953-1995)

        Représentant le Royaume-Uni au Concours 1979 à Jérusalem, au sein du groupe BLACK LACE

        Titre interprété : Mary Ann

        Classement: 7° sur 19 – 73 points

 

        Alan Leslie Barton naît le 16 septembre 1953 à Barnsley, petite ville du Sud-Yorkshire entre Leeds et Sheffield. En 1969, il forme avec quatre amis son premier groupe, The Impact. Après plusieurs départs et arrivées, la formation change définitivement de nom : ce sera sous celui de Black Lace qu’elle deviendra célèbre.

Alan Barton (au premier plan) et son groupe Black Lace

Image associée

Le premier engagement de Black Lace est au Skegness Bier Garten en 1976. Dès l’année suivante, ils reçoivent de BBC Radio Leeds le titre de Groupe de l’année et celui de Meilleur Groupe de Club à Blackpool. Il faut toutefois attendre 1979 pour qu’ils enregistrent leur premier disque, Mary Ann. Le producteur réclamant un chanteur à la voix rauque, c’est Alan, le guitariste, qui endosse le rôle. Le 8 mars, la chanson remporte à la surprise générale la sélection anglaise pour l’Eurovision perturbée par un mouvement de grève de certains personnels, et le groupe s’envole pour Israël. Sur place, le Royaume-Uni termine 7° avec 73 points – 10 du Danemark et de la Norvège, 8 de l’Italie et de l’Allemagne, 7 de l’Irlande et de la Finlande, 6 de l’Autriche, 5 des Pays-Bas et de l’Espagne, 4 du Portugal, 2 de la Suisse et 1 de Monaco.

Mary Ann ne monte pas très haut dans les classements britanniques, pas plus que le titre que Black Lace publie ensuite, So long Susie Baby. En revanche, ils font salle comble lors de leurs concerts en Pologne et en Bulgarie, ou lors d’émissions télé en RFA, RDA et Espagne.

En 1980, ils accompagnent en tournée dans son pays Tommy Seebach, le candidat danois de l’année précédente. Ils enregistrent même avec lui Hey, hey Jock McRae, qui ne sort qu’au Danemark.

Un an plus tard, le groupe explose et Alan se retrouve seul avec le guitariste Colin Gibb. C’est cependant alors qu’ils ne sont plus que deux qu’ils vont signer leurs plus gros succès. Le premier, Birdie Dance, sort en 1981 – et deviendra un incontournable une fois adapté en français sous le nom de La Danse des canards. Superman le suit en 1983 et se classe 9° des charts, leur valant un disque d’argent. Le troisième, Agadoo, écrase tout sur son passage : une 2° place dans les classements UK et un million d’exemplaires vendus dans le monde entier, y compris en Afrique du Sud et en Australie.

Do the Conga signe leur 4° succès d’affilée en 1984… mais le soufflé retombe, car les trois singles suivants ne fonctionnent pas vraiment. Le duo se sépare, et Alan rejoint un autre groupe, Smokie, en 1987. Il enregistre six albums avec eux et part en tournée à leur côté, jouant de la guitare et interprétant nombre de leurs chansons.

Le 23 mars 1995, alors que le groupe donne une série de concerts en Allemagne, un orage de grêle éclate près de Cologne et leur minibus fait une sortie de route, plongeant dans un ravin. Alan Barton décède dans l’accident, et son corps est rapatrié dans le Yorkshire, où il est par la suite inhumé au cimetière de Liversedge. Il laisse trois enfants, nés de ses deux mariages, dont Dean, qui participera au X Factor britannique en 2004.

Dean, le fils d’Alan Barton

Résultat de recherche d'images pour "dean barton spirit of smokie"