ETOILES AU FIRMAMENT (26) – PIERRE ISACSSON & BERNDT ÖST

Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

 

Dans le cadre de cette rubrique Étoiles au Firmament, j’avais jusqu’à maintenant consacré chacun des 25 premiers articles à des solistes (à l’exception de Günter Hoffmann, membre d’un duo, et de Grethe Ingmann, qui était accompagnée par son mari à la guitare). Pour la première fois, allons à la découverte de deux membres d’un groupe qui participa deux fois au Concours – et pour la première fois également, évoquons la mémoire de musiciens suédois.

 

 

ÉTOILES # 26 : Pierre ISACSSON (1947-1994) et Berndt ÖST (1930-2017)

         Représentant la Suède aux Concours 1971 à Dublin, et 1972 à Édimbourg au sein du groupe THE FAMILY FOUR

         Titres interprétés : Vita vidder (traduction : Blanches étendues)

                                               et Härliga sommardag (traduction : Jolie journée d’été)

         Classements: 6° sur 18 – 85 points et 13° sur 18 – 75 points

 

Berndt Öst, de son vrai nom Sven Viktor Berndt Järnberg, naît le 14 septembre 1930 dans le comté de Gävleborg, au centre de la Suède. Issus d’une famille de musiciens – leur père est accordéoniste et compositeur, et leur mère est chanteuse (elle-même fille d’un chanteur célèbre) – le petit garçon et ses deux frères cadets Johnny et Rolf ont leur voie toute tracée. En 1964, Berndt s’associe à son demi-frère Stig et à ses demi-sœurs Siw et Inger pour fonder un groupe appelé à un bel avenir en Suède, The Family Four. Très vite, ils signent quelques succès d’estime, comme Lyckovägen ou Kör långsamt.

Mais quand Stig meurt en 1966, Siw et Inger s’éloignent petit à petit, et le groupe voit l’arrivée de nouveaux membres – Marie Bergman, Agneta Munther et Pierre Einar Isacsson. Celui-ci naît le 1er décembre 1947 à Norrmalm, quartier de Stockholm (ou à Bergum, dans le Västergötland selon d’autres sources). Le groupe se fait connaître sous sa nouvelle forme en 1971 quand il participe au Melodifestivalen, la sélection nationale pour le Concours Eurovision de la Chanson qui doit se tenir le 3 avril à Dublin. Ils y côtoient Tommy Körberg (candidat suédois en 1969), qui doit s’incliner devant Vita vidder, la dernière des cinq chansons que le quatuor interprète. En Irlande, la Suède décroche la 6° place avec 85 points – 9 des Pays-Bas et de la Suisse, 7 de l’Autriche, 6 de la Belgique, de l’Italie, de la Norvège et de la Yougoslavie, 5 de la France et du Royaume-Uni, 4 de l’Allemagne, de la Finlande, de Malte et de Monaco, 3 de l’Irlande et du Portugal, et 1 de l’Espagne et du Luxembourg.

L’année suivante, The Family Four, qui a apprécié à sa juste valeur un tel classement, rempile au Melodifestivalen avec une chanson du même auteur – compositeur. Cette fois, ils doivent affronter Monica Zetterlund (participante en 1963), Östen Warnerbring (représentant du pays en 1967), Tomas Ledin (futur gagnant en 1980) et Björn Skifs (qui l’emportera en 1978 et 1981). C’est une deuxième victoire consécutive pour le groupe, mais Härliga sommardag ne réitère pas en Écosse le succès de 1971. En effet, elle ne se classe que 13° avec 75 points – 7 de la Yougoslavie et de la Belgique, 5 de l’Allemagne, de l’Irlande, de la Norvège, de la Finlande, de Monaco, du Luxembourg et des Pays-Bas, 4 du Portugal, de Malte et de l’Autriche, 3 de la France, de l’Espagne, du Royaume-Uni et de l’Italie, et 2 de la Suisse.

En 1974, Agneta Munther et Pierre Isacsson décident de quitter le groupe. Lui en profite pour se lancer dans une carrière solo (Marie Bergman a fait de même l’année précédente), au cours de laquelle il signe plusieurs succès, dont le plus grand est sans conteste Då går jag ner i min källare. Puis, tout au long des années 80, il participe à plusieurs comédies musicales dont La Petite boutique des horreurs ou La Cage aux folles. Parce que sa voix de basse est devenue célèbre, on l’appelle aussi régulièrement pour doubler des personnages de dessins animés du Studio Disney.

Les années 90 le voient travailler en tant qu’animateur et organisateur de croisières. C’est d’ailleurs lors du naufrage de l’Estonia le 28 septembre 1994 qu’il disparaît en faisant preuve du plus grand héroïsme, ayant aidé de nombreux voyageurs à se mettre en sécurité avant de se noyer. Il est enterré au cimetière de Bromma, à Stockholm.

Le ferry Estonia, à bord duquel décède Pierre Isacsson

Résultat de recherche d'images pour "pierre isacsson estonia"

Bernd Öst, quant à lui, reste fidèle au groupe qu’il a fondé, s’accompagnant de nouveaux musiciens ou interprètes, jusqu’à la fin des années 80.  Puis, il retrouve Agneta Munther, avec laquelle il se produit ensuite en duo. Après une vie entièrement consacrée à la musique, il meurt le 10 juillet 2017 à Nacka, dans la banlieue de Stockholm. Lena et Lili, les deux filles que lui a données sa deuxième épouse Ulla, sont aujourd’hui elles aussi des chanteuses à succès dans leur pays.

Berndt et ses filles, elles aussi chanteuses

Résultat de recherche d'images pour "lena & lili öst"

En 1994, l’une des chanteuses de The Family Four, Marie Bergman, avait tenté un retour en duo au Concours de Dublin 23 ans après leur premier essai, mais ne s’était classée que 13°… comme en 1972.

Marie Bergman tente un retour à l’Eurovision en 1994

Résultat de recherche d'images pour "marie bergman"

(6 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Il est amusant de constater qu’avec des méthodes de sélection différentes, (1971: sélection à 3 artistes et public qui vote / 1972: 10 concurrents et jury d’experts qui vote) on arrive parfois au même résultat.
    Mais le groupe était tellement populaire à cette époque en Suède que quoiqu’ils chantaient, les gens votaient en masse pour eux. 🙄
    A y regarder de plus près, ce groupe est le prototype d’ABBA… 2 hommes, 2 femmes: 1 blonde, 1 brune… 😛

    Autant je trouve leur résultat de 1971 (6eme) sur la chanson d’hiver surnoté, autant je trouve que leur chanson estivale de 1972 (13eme) 😕 a été lésée, une inversion de leurs classements me paraitrait bien plus logique.

    1. Je suis d’accord avec tout ce que tu écris. Je trouve en effet les chansons de Family Four très représentatives de la musique folk de cette époque, même si je préfère la tradition affichée par la première mouture du groupe (les quatre frères et soeurs) à la version plus commerciale de la deuxième formation. Et en effet, la composition du groupe fait penser à plusieurs autres, ABBA bien sûr, mais aussi The New Seekers par exemple.

      Pour ce qui est des chansons, je te rejoins sur les classements. Je préfère effectivement Härliga sommardag à Vita vidder.

  2. – Je retiens en priorité l’héroïsme de Pierre Isacsson : c’est toujours très triste de mourir encore si jeune mais  » donner sa vie  » dans de telles circonstances, c’est la plus belle des morts si je peux m’exprimer ainsi, car tu n’est pas mort pour rien.

    – Quant à Bernd Ost , il a eu une longue vie puisqu’il est mort à l’âge que mon père a actuellement, et une belle carrière.

    – Après sur le groupe en lui-même et les deux chansons présentées à l’Eurovision, je n’en raffole pas : c’est assez quelconque mais je suis tout de même d’accord avec vous deux : la deuxième était tout de même meilleure que la première et pourtant les résultats officiels démentent notre préférence…

    1. Je ne sais pas vraiment si la mort de Pierre Isacsson a été utile ou pas, mais toujours est-il qu’il a donné sa vie pour en sauver d’autres, et ça, ça force le respect. Qui est capable d’un tel don de soi ? On aimerait l’être, mais qu’en est-il vraiment ?

      1. – Il est certain que face à une telle situation, chacun réagira à sa façon et peut-être même pas comme il le ferait habituellement car la réalité dramatique des faits peut changer totalement sa propre personnalité.

        – C’est pour ça que j’admire d’autant plus Pierre Isacsson car personnellement, je le dis très humblement : je ne crois pas que je l’aurais fait.

        – J’arrête là, sinon, on pourrait m’accuser d’alimenter une rubrique  » faits divers  » ce qui n’est pas du tout l’objet ici : mille pardons.

        1. Je trouve au contraire que tu as raison de mettre en valeur le sacrifice d’un homme qui, malgré le fait qu’il avait trois jeunes enfants, n’a pas hésité à risquer sa vie pour sauver celles d’inconnus.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :