ETOILES AU FIRMAMENT (23) – WALTER ANDREAS SCHWARZ

Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

 

Après avoir égalé le triste record de la France avec la disparition de Heidi Brühl en 1991, l’Allemagne se retrouve un an plus tard le premier pays à voir un 4° de ses représentants au Concours quitter ce monde. Même si la vie de notre présente étoile a été plus longue que celle des précédentes, je dois reconnaître que j’ai trouvé très peu de renseignements à son sujet – d’où la brièveté de cet article. J’attends donc, comme d’habitude, vos contributions pour l’améliorer !

 

 

ÉTOILE # 23 : Walter Andreas SCHWARZ (1913-1992)

         Représentant l’Allemagne au Concours 1956 à Lugano

         Titre interprété : Im Wartesaal zum großen Glück (traduction : Dans la salle d’attente de la grande chance)

         Classement: non communiqué

 

Walter Andreas Schwarz naît le 2 juin 1913 à Aschersleben, en Saxe-Anhalt (dans l’Est de l’Allemagne). Dès l’obtention de son diplôme secondaire en 1932, il quitte sa ville natale pour étudier la littérature et la musique allemandes à Vienne. Ses années universitaires se passent sans problème jusqu’en 1938, année où l’Autriche est annexée au Reich hitlérien. En raison de son ascendance juive, il est en effet envoyé avec toute sa famille dans un camp de concentration en Basse-Saxe.

Aschersleben, ville natale de Walter Andreas Schwarz

Résultat de recherche d'images pour "aschersleben"

En 1956, il décide de prendre part à la sélection allemande pour un concours de chant européen qui vient tout juste d’être créé et qui doit se tenir en Suisse au mois de mai. Lors de cette finale nationale, il est opposé à de futurs grands noms du Concours : Lys Assia (qui finalement représentera la Suisse), Margot Hielscher (future représentante allemande les deux années suivantes) et Margot Eskens (candidate pour l’Allemagne en 1966). Mais c’est lui qui remporte la victoire avec Das Lied vom großen Glück, qu’il a lui-même écrit et composé. Sans que l’on sache trop pourquoi, le titre est un peu modifié et la chanson sera la première des deux propositions de l’Allemagne cette année-là. Les votes et les classements n’ayant jamais été rendus publics, la seule chose que l’on sait est que l’Allemagne n’a pas gagné… D’ailleurs, la chanson ne sera pas un succès commercial.

On ne connaît pas d’autre incursion dans le monde de la musique de la part de Walter Andreas Schwarz, puisqu’il décide assez vite de revenir à ses premières amours, la littérature, et de se consacrer à l’écriture. Il publie quelques romans mais travaille surtout pour la radio, qui diffuse très régulièrement ses pièces radiophoniques – dont des adaptations de Guerre et Paix, Anna Karénine et Don Quichotte.

Don Quichotte, que Walter Andreas Schwarz adapte pour la radio

Résultat de recherche d'images pour "walter andreas schwarz"

Il passe de nombreuses années à Londres, où il officie en tant que traducteur auprès de la BBC, avant de revenir en Allemagne. Il décède le 1er avril 1992 à Heidelberg, grande ville universitaire du Land de Bade-Wurtemberg.

Heidelberg, où décède Walter Andreas Schwarz

Image associée

(14 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. – Ce que je retiens de cet  » artiste  » ( je devrais dire auteur ou écrivain ), c’est son incursion quasi exclusive à l’Eurovision avec une chanson qui n’en est pas vraiment une et que je considère comme vraiment très médiocre !

    – Après, lui n’est pas mort prématurément : un point positif.

    – Mais bizarrement, ce que je retiendrai de cette rubrique c’est la ville de son décès Heidelberg : une ville absolument magnifique ! Je n’y suis jamais allé mais une amie qui habite en Allemagne dans une autre ville superbe ( Dresde ) a eu l’occasion d’y aller et m’en avait dit que du bien et les photos qu’elle m’avait envoyé donnaient vraiment envie.

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi, j’ai d’ailleurs toujours classé la chanson de Walter Andreas Schwarz à la dernière place. Mais beaucoup d’articles sur le Web affirment qu’il serait arrivé deuxième, d’où l’organisation du Concours à Francfort l’année suivante !!!!
      Pour ce qui est de Heidelberg, j’ai les mêmes retours que toi 🙂

      1. – Mon dieu ! Si c’est vraiment le cas, déjà à l’époque dès le premier concours, on peut dire que les goûts des jurys étaient  » bizarres  » ! 😆 Et comme je le dis encore en 2018, finalement, rien de nouveau à l’horizon…

        1. C’est vrai que tout ce que l’on reproche au Concours aujourd’hui n’est généralement pas nouveau 😛

            • Denez on 20 août 2018 at 23:18

            En effet… Même la procédure de vote jette un trouble sur la victoire de Lys Assia

          1. Oui, le Luxembourg n’ayant pas nommé de jurés, il a demandé à la Suisse de voter pour lui :O

  2. En fait à l’époque l’UER, pleine d’espoir, avait décidé que les pays participants organiseraient le concours à tour de rôle sur la base du volontariat, comme elle le fait pour le concours junior actuellement. Voilà pourquoi l’Allemagne a accueilli le 2eme concours.
    La règle du pays gagnant recevant le concours l’année suivante (sûrement car personne ne s’était bousculé pour recevoir le concours 1957) a été instaurée justement en 1957 après la victoire des Pays-Bas, c’est pourquoi ils ont accueilli le concours 1958.

    Après il se peut très bien que l’Allemagne soit arrivée 2eme avec ce titre en 1956, même si j’ai du mal à y croire, il y avait vraiment des titres plus intéressants 🙄

    Mais au au concours tout est possible, les victoires impensables et les bides improbables, on connait le refrain depuis 63 éditions.

      • Francis A on 20 août 2018 at 09:31
      • Répondre

      Merci pour toutes ces informations, Juju. Et je te rejoins sur le niveau de cette chanson allemande. À titre comparatif, je trouve So geht das jede Nacht bien plus intéressante.

  3. Merci Francis….de cette chronique…et de nous raconte l’histoire de tous ses artistes qui ont participe a eurovision…vraiment… Bonne soirée….

    1. Je t’en prie, Sakis, c’est toujours un plaisir de te voir fidèle à cette rubrique 🙂

  4. Heidelberg j ai dû y faire une halte en me rendant à Stuttgart ou j ´avais des attaches .Jolie ville.décidément Francis je ne peux pas beaucoup t’aider .Ce Walter est inconnu pour moi

    1. C’est en effet le problème quand un artiste ne fait qu’une brève incursion dans la musique.

    • Netty Vilar Braamcamp Sobral on 22 août 2018 at 12:24
    • Répondre

    D’après les infos en allemand que j’ai pu glaner, « Im Wartesaal zum grossen Glück » aurait au contraire connu un joli succès en Allemagne. En revanche, il existe un doute sur le fait qu’une sélection télévisée aurait eu lieu en Allemagne en 1956. En effet, l’ARD ne l’a jamais confirmé et apparemment aucun des artistes censés y avoir participé n’en aurait le souvenir… Serait-ce donc une légende ? Dommage que personne n’ait songé à reposer la question publiquement à notre chère Lys avant qu’elle ne nous quitte.

    1. Je suis tout à fait prêt à croire qu’aucune diffusion télévisée de sélection nationale n’ait eu lieu en Allemagne en 1956, sans cela on en trouverait sûrement une trace sur YouTube.
      Peut-être cette sélection s’est-elle faite en interne, car j’ai trouvé sur un site qu’un jury d’experts s’est prononcé à Cologne le 1er mai 1956. Si quelqu’un ici est en contact avec Margot Eskens, il faut le lui demander LOL Elle doit être la dernière concurrente à être encore de ce monde.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :