ETOILES AU FIRMAMENT (2) – JEAN-PAUL MAURIC

Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

Devant les commentaires enthousiastes que j’ai pu lire après le premier article de ma rubrique, je me suis dit que cette idée que j’avais eue de faire découvrir ici à tous les habitués du site, des artistes et des chansons injustement méconnus était finalement une riche idée… Et me revoilà parti pour un deuxième article. Bon promis, il faut que j’essaie d’écrire des phrases moins longues. 😛

N’hésitez pas à me dire ce que vous souhaiteriez trouver dans cette rubrique. Dans la mesure du possible et des informations que je trouverai, j’essaierais au maximum de l’améliorer ! Merci donc encore à tous pour votre gentillesse et votre fidélité. <3

Mais trêve de bavardage ! Allons de ce pas à la découverte d’une deuxième étoile partie si vite au firmament… sans avoir réussi à atteindre ne fût-ce qu’une simple renommée nationale. Même moi, je ne le connais pas vraiment, c’est dire. 😉

 

ÉTOILE # 2 : Jean-Paul MAURIC (1933-1971)

        Représentant de la France au Concours 1961 à Cannes

        Titre interprété : Printemps (Avril carillonne)

        Classement: 4° sur 16 – 13 points

 

Jean-Paul Mauric naît le 17 juin 1933 à Hyères, dans le Var. Sa carrière, tout comme sa vie, a malheureusement la brièveté d’une étoile filante. En effet, on ne le connaît que pour sa participation à notre concours préféré, nommé à l’époque Grand Prix Eurovision de la Chanson Européenne.

Logo du Concours en 1961           Résultat de recherche d'images pour "concours eurovision 1961"

 

Très tôt attiré par le monde de la musique, il entreprend des études au Conservatoire de Toulon, où il apprend le solfège, le saxophone, la clarinette et le violon. Puis, il devient chanteur d’orchestre et écume les scènes des principaux casinos provençaux. En 1957, poussé par ses amis, il décide de s’inscrire à son premier concours de chant, à Paris au théâtre Marigny. Il en sort vainqueur avec une chanson de Pierre Delanoë et de Gilbert Bécaud, Le Pianiste de Varsovie.

 

Mais tout commence vraiment pour lui le 18 février 1961, où il prend part à une sélection nationale présentée par la plus célèbre des speakerines de l’époque, Jacqueline Joubert, laquelle devait, deux ans après sa première prestation en 1959, animer une seconde fois le grand rendez-vous européen.

Jacqueline Joubert, speakerine vedette de la R.T.F.,

et son fils Antoine de Caunes.

Résultat de recherche d'images pour "jacqueline joubert"

Face à lui, se présentent cinq candidats, dont les plus célèbres aujourd’hui sont Isabelle Aubret, qui deviendra une habituée des sélections françaises et du Concours, et Sophie Darel, avant qu’elle ne se reconvertisse en présentatrice télé et imitatrice auprès de Guy Lux, peut-être le plus célèbre créateur de jeux et émissions de variétés des années 60 à 80.

Sophie Darel et Guy Lux

Résultat de recherche d'images pour "sophie darel et guy lux"

Désigné par les téléspectateurs de la R.T.F. (qui ne devaient pas être nombreux en 1961…), Jean-Paul Mauric foule donc la scène du Grand Prix sus-nommé, le 18 mars suivant. Son titre, Printemps (Avril carillonne), pourtant parfaitement choisi si l’on considère la date de diffusion de l’émission, ne convainc pas suffisamment – peut-être parce que la représentante suédoise chante quant à elle April, April. D’un autre côté, la Norvégienne et son Sommer I Palma, et le Belge avec September, gouden roos, se classent encore plus bas. En effet, la France ne termine que 4° avec 13 points. L’Allemagne lui en accorde 4, le Royaume-Uni, Monaco et l’Espagne 2 et le Luxembourg, la Suède et la Finlande 1. Soit tout de même 7 pays sur 15 votants, ce qui n’est pas si mal, vu le système de vote en vigueur. Mais il est vrai que c’est la première fois depuis 1957 que la France ne termine pas sur le podium.

 

 

En 1965, Jean-Paul Mauric parvient jusqu’en finale de la Rose d’Or d’Antibes avec la chanson Écrit comme une symphonie. Face à lui, encore une fois des pointures de la chanson française – Jean-Jacques Debout, Francis Lemarque, Jean-Claude Pascal (qui l’a battu à l’Eurovision 1961) ou Alice Dona. Mais à nouveau, il échoue à remporter le trophée, et voit même ce nouveau titre faire un carton au Canada… mais interprété par une chanteuse du cru, Shirley Theroux. Puis, il crée ou reprend des succès écrits et composés par d’autres artistes, comme Jolie Môme de Léo Ferré,  Les Nomades de Jean Ferrat ou Les Fiancés d’Auvergne d’André Verchuren.

 

Marié depuis 1964 et père de deux petites filles, Valérie et Caroline, Jean-Paul Mauric, qui souffre de cardiomyopathie, meurt d’une crise cardiaque à l’hôpital de Marseille le 5 janvier 1971. Il n’a alors que 37 ans et est inhumé dans le cimetière de sa ville natale. Le Centre Culturel de la commune de La Crau, dans le Var, porte aujourd’hui son nom.

 

 

(21 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. – Déjà un nouvel article ? Tu es très prolifique !

    – Je découvre cet artiste dont je ne connaissais que la chanson présentée à l’Eurovision, mais je ne me souvenais plus du nom d celui qui la chantait ! Cette chanson n’était pas mal du tout mais il y avait meilleur cette année-là…

    – Un artiste qui n’est jamais parvenu à percer réellement malgré son talent : manque de charisme ? Ou tout simplement pas  » au bon endroit au bon moment « …

    – Sa vie fut courte hélas et c’est bien triste…

    – Enfin, je suis touché personnellement par chanteur pour une raison particulière : il manque une seule lettre et il porterait exactement le même nom que moi ! Ca m’a vraiment fait bizarre quand j’ai vu son nom..

    – Merci Francis pour cet excellent 2e article : 17/20 ! 😆

    (NB : je compatis pour ta fin d’année chargée : idem pour moi surtout avec le brevet qui approche…)

  2. Hello Zipo! Toujours fidèle au poste, je vois 😛 Et généreux dans tes notes, tes élèves doivent être contents de toi ah ah

    En ce qui me concerne, j’avais écrit les deux premiers articles de cette rubrique à la suite. J’ai donc profité de l’envie que toi et quelques autres avez exprimée pour publier celui-ci assez vite. En revanche, je vais être un peu plus occupé les jours qui viennent, et la 3° édition de ma rubrique risque de se faire attendre un peu plus :/

    Mon avis sur le relatif échec de Jean-Paul Mauric dans le monde de la musique est qu’il ne se démarquait pas vraiment de ce que d’autres chanteurs comme Sacha Distel par exemple faisaient avec plus de charisme, en effet. Et puis, il a surtout fait des reprises et a forcément pâti de la comparaison. Comment interpréter aussi bien que Léo Ferré, Jean Ferrat ou Yves Montand?

    Mais comme tu le dis, décéder aussi jeune, c’est vraiment très triste. En tout cas, j’ai toujours beaucoup de mal à voir partir quelqu’un qui n’a pas réalisé dans la vie toutes les promesses qu’on a pu mettre en lui / elle 🙁

  3. Je découvre totalement. Je viens d’écouter pour la première fois « Printemps ». C’est pas mal.
    Il est mort vraiment jeune et c’est bien que le centre communal porte son nom.
    Ça me fait drôle quand tu écris que c’est la première fois que la France ne finissait pas sur le podium. Cela montre à quel point il est loin le temps où la France brillait et était un sérieux concurrent. Il me semble que le dernier podium français était en 1991. Je ne me rappelle pas s’il y en a eu un après.
    En tout cas, c’est bien de se souvenir des anciens participants disparus.

    1. Effectivement, le dernier podium français remonte à 1991 avec Amina. Ça commence à faire long pour nous les fans 🙁

        • anachorète on 20 juin 2018 at 16:55
        • Répondre

        1990 Joëlle Ursull . 1991 Amina.
        deux années ou je voulait que la France gagne.
        deux années d’affilée deuxième et… presque la victoire pour Amina.
         »White and black blues » est devenu disque d’or en France. je ne crois pas que cela se soit reproduit depuis ???
         »Le dernier qui a parlé… » est une chanson qui ne vieilli pas… intemporelle.

        1. Tout à fait d’accord avec toi ! White and Black Blues est la 3ème de mes 4 victoires françaises.

          • Netty Vilar Braamcamp Sobral on 27 juin 2018 at 18:59
          • Répondre

          Je pense que Jessy Matador et Amir ont probablement dû décrocher un disque d’or également, Natasha St-Pier probablement aussi. Mais cette récompense est devenue un peu désuette, on n’en entend plus trop parler. Il faut dire que les ventes aujourd’hui ne signifient plus grand chose vu l’explosion du streaming, les volumes de ventes sont assez ridicules.

  4. Il n’a pas eu le temps de se faire une place 🙁 Dire qu’aujourd’hui Salvador Sobral est sauvé grâce au coeur d’un autre, vive le progrès !
    Il est très expressif dans son interprétation, et la chanson est agréable.
    C’est le recul qui me fait penser çà mais Jean-Claude Pascal en imposait je trouve, moins expressif mais une façon d’être qui devait retenir l’attention.

    1. Tu as parfaitement raison, Jean-Claude Pascal avait une telle présence sur scène que chacun l’écoutait. Et puis, dans son genre, sa chanson était engagée et évoquait un fait de société de manière assez subtile, alors que Printemps (Avril carillonne) est plus léger, c’est vrai.
      Pour ce qui est des greffes cardiaques, la première, réalisée par le professeur Christian Barnard, date de la fin des années 60. Jean-Paul Mauric n’a donc pas eu de chance 🙁

  5. Mon cher Francis ….un deuxième article merci….je connaissais pas ce chanteur encore mais il a eu une fin triste le pauvre….
    J’aime bon sa voix ….merci de cette deuxième chronique….c’est assez émouvant de se replonge a cette époque et nostalgique…merci mon cher Francis de nous remonte le temps et de connaitre les autres candidat qui ont représente la France a notre concours préfère….une question ….toi qui est grand connaisseur du concours ….quel a était ton candidat français préfère au concours ….jusqu’à l’année prochaine avec la participation de notre beau Maximilien Philippe en 2019…..lol.

    Merci de ce deuxième article mon cher francis et bonne journée a toi…

    1. Hello Sakis.

      Tu m’as devancé, j’allais dire que mon représentant français préféré devrait être Maximilien Philippe 😛 Mais malheureusement, il n’a jamais participé à notre concours favori. Enfin, pas encore.
      Ma chanson française préférée est Je suis l’enfant-soleil d’Anne-Marie David en 1979. Mais je pense que l’interprète que je préfère est Patricia Kaas. Elle est parfaite… et lorraine !!!!!

      1. Comme moi j’ai adore Patricia Kaas et sa salut a la fin….quelle classe ..vraiment j’ai adore sa chanson et sa prestation ….vraiment je suis pas lorrain mais on pas mal de goût en commun mon cher Francis merci et a bientôt bonne soiree

        1. Ah ça, la classe c’est malheureusement assez rare au concours, ce n’est pas Eleni Foureira qui dira le contraire LOL

      2. – Idem pour moi : j’ai toujours aimé Patricia Kaas dès ses débuts et j’ai toujours suivi sa carrière et sa prestation avait été époustouflante dans un style que je n’affectionne pas particulièrement. Un podium aurait été justifié mais pas la première qui pour moi était pour Alexander Ryback sans la moindre contestation possible.

        1. C’est certain que ce soir-là, elle a éclaboussé la scène de sa classe comme peu l’ont fait.

    • anachorète on 20 juin 2018 at 17:40
    • Répondre

    Merci encore une belle découverte pour moi.. et du coup je me demande si tu fera un article sur un chanteur que je connais déjà…
    peut-être pas  »Alain Barrière « ou peut être si…
    peut-être  »Boum Badaboum » je ne sais plus le nom de la chanteuse, mais je sais qui a composé la chanson…
    j’ai encore une ou deux chansons en tête, mais pas beaucoup.
    ou peut-être le chanteur qui représentait la suisse… heu non pas lui! il chante encore, c’est un éternel enfant.

  6. Alain Barrière est heureusement toujours de ce monde, je n’en parlerai donc pas dans cette rubrique. Minouche Barelli est prévue. Quant à ce Suisse, voulait-il épouser Marie ? Car lui aussi est toujours vivant 😛

    • anachorète on 20 juin 2018 at 18:46
    • Répondre

    Henri et Marie??? celle de ce blog??? ou Miriam??? je ne sais pas!
    mais oui comme je l’ai dis il chante toujours, alors tu n’en parlera pas.
    je suis heureux que tu m’ai ressuscité Alain Barrière. d’autant plus que l’on dit d’une personne portée morte à tort qu’elle deviendra centenaire.

  7. C’est Patrick Juvet qui voulait épouser Marie en 1973. Pas celle de notre blog, elle n’était pas née !!!
    Et le seul représentant suisse prénommé Henri qui me vienne à l’esprit est Henri Dès, lui aussi toujours de ce monde à ma connaissance.

    • Netty Vilar Braamcamp Sobral on 27 juin 2018 at 19:13
    • Répondre

    Merci Francis pour cette rubrique passionnante.
    Jean-Paul Mauric est arrivé en 1961 avec une chanson style chansonnier, style déjà ringardisé par l’arrivée du rock et le tout début des yé-yé. Les paroles de sa chanson étaient terriblement démodées également. Il ne risquait pas de faire carrière en se lançant dans un style aussi désuet.
    C’est triste de constater que déjà en 1961 l’Euro n’attirait plus aucun nom connu en France. C’est probablement une conséquence de la victoire de Jacqueline Boyer en 1960. Cette victoire a contribué à faire passer l’Euro en France pour un concours de jeunes talents en herbe. Alors qu’en 1960 si j’ai bonne mémoire des artistes confirmés comme Marcel Amont et me semble-t-il Henri Salvador avaient encore envoyé une chanson pour la sélection française.
    Et comme en plus Jacqueline n’a jamais connu d’autre succès en France, forcément dès le départ ça n’a pas contribué à crédibiliser l’Euro dans notre pays.
    Et par la suite l’ORTF n’a jamais rien fait pour faire évoluer les choses, alors que dans le même temps RTL a réussi quelques jolis coups.

    1. Je pense un peu comme toi, même si je trouve que la chanson présentée par Jean-Paul Mauric était assez légère et amusante. Printanière, quoi 😛
      Et je te rejoins sur ce que recherchent les diffuseurs, ton analogie avec RTL est parfaite… et le problème est toujours vrai aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :