ETOILES AU FIRMAMENT (19) – MARIE

Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

 

Dans le cadre de cette rubrique, Étoiles au Firmament, je vais vous parler aujourd’hui de la 3° représentante de Monaco (et la 6° interprète française) à disparaître. Une artiste pour laquelle j’ai une tendresse particulière puisqu’elle est née dans ma ville d’adoption, comme vous allez pouvoir le lire. Pour un Lorrain aussi attaché à sa région que moi, ce n’est pas un détail 😛

 

 

ÉTOILE # 19 : MARIE (1949-1990)

        Représentant Monaco au Concours 1973 à Luxembourg

        Titre interprété : Un train qui part

        Classement: 8° sur 17 – 85 points

 

Marie-France Dufour, qui ne conservera que le prénom de Marie quand elle deviendra artiste, naît dans la magnifique ville lorraine de Nancy le 8 août 1949 – soit 12 ans jour pour jour après Louis Neefs, notre Étoile # 7. Adolescente, elle chante avec des groupes locaux et reprend entre autres J’avais deux amis, d’Eddy Mitchell.

J’avais deux amis, que Marie reprend encore adolescente

Résultat de recherche d'images pour "eddy mitchell j'avais deux amis"

Très jeune, elle rencontre le guitariste de Nino Ferrer, Lionel Gaillardin, qui devient un des membres du célèbre groupe Il était une fois. Le couple se marie et aura une fille, Zoé.

Le groupe Il était une fois

Résultat de recherche d'images pour "lionel gaillardin il etait une fois"

Marie connaît ses premiers succès en 1971 avec Souviens-toi de moi et Soleil, un titre qui lui permet de remporter la fameuse Rose d’Or d’Antibes. La même année, elle interprète Il ne faut jamais sourire d’un enfant au Festival de la Chanson de Spa et en repart avec un Grand Prix d’interprétation. Puis, elle passe dans l’émission de Denise Glaser, Discorama, où elle chante Suis cet enfant.

La chaîne monégasque TMC est consciente du potentiel de la jeune femme et lui demande de représenter Monaco au prochain Concours de l’Eurovision, qui doit avoir lieu à Luxembourg le 7 avril 1973. Elle va y interpréter Un train qui part, dont les paroles sont écrites par Boris Bergman – auteur pour des pointures musicales de la taille d’Aphrodite’s Child, Richard Anthony, Dalida, France Gall (gagnante du Concours 1965), Juliette Gréco, Patrick Juvet (candidat suisse en 1973), Marie Laforêt, Catherine Lara, Herbert Léonard, Mireille Mathieu, Nana Mouskouri (représentante du Luxembourg en 1963) ou Nicoletta… et bientôt Christophe, Alain Bashung, Alain Chamfort, Lio ou Maxime Le Forestier. Bref, pas n’importe qui.

Boris Bergman, l’auteur d’Un train qui part

Résultat de recherche d'images pour "boris bergman"

À l’issue des votes, Monaco termine ex-aequo avec l’Allemagne à la 8° place. Marie obtient 85 points – 9 de la Yougoslavie et du Royaume-Uni, 8 de l’Italie, 6 de la Finlande, de l’Espagne, du Luxembourg et de l’Irlande, 5 de la Suisse, des Pays-Bas et de la France, 4 de l’Allemagne, de la Suède et d’Israël, 3 de la Belgique et de la Norvège, et 2 du Portugal.

En 1974, elle chante Rik-Rak, un titre qui sera repris en anglais par le groupe The Humblebums de Gerry Rafferty. Deux ans plus tard, elle interprète une version française de S.O.S., le célèbre tube du groupe ABBA.

1980 voit Marie jouer le rôle d’Éponine, fille des Thénardier et sœur de Gavroche, dans la première version des Misérables, composée par Claude-Michel Schönberg et mise en scène par Robert Hossein au Palais des Sports de Paris. Malgré l’énorme succès de cette comédie musicale, les maisons de disques ne s’intéressent plus à Marie, qui va donc se consacrer au groupe dont son mari fait partie, Il était une fois, qu’elle va aider à produire.

Marie joue Eponine dans la comédie musicale Les Misérables

Résultat de recherche d'images pour "les misérables schonberg 1980"

Son dernier disque, Bulles de chagrin, paraît en 1988 sous le pseudonyme de Marie Marie. En effet, la petite Nancéenne, âgée de seulement 41 ans, décède à son domicile de Colombes d’une leucémie foudroyante, le 18 octobre 1990 – soit deux mois après Grethe Ingmann. Elle est incinérée au cimetière de Villetaneuse, en Seine-Saint-Denis.

(18 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Boris a des petits air d ´Alain Bashung.Nancy une bien jolie ville où moi aussi j ´ai des attaches à Vandoeuvre et Fleville plus précisément.Marie ne faisait pas du tout son âge ,un visage et une voix très juvénile lors du concours je trouve.Que la vie est injuste partie si jeune !La chanson du concours se retiens très facilement .La place en milieu de classement est justifiée la concurrence était dure cette année là!!

    1. Qui se ressemble s’assemble LOL

      Vandoeuvre, je connais bien, j’y ai plein d’amis… et j’y ai travaillé en début de carrière. Quant à Fléville, certains de mes élèves actuels y habitent 😛

      Quant à Marie, son classement est assez logique, même si je trouve son timbre de voix particulièrement original.

  2. Le classement est mérité. La chanson est moyenne à mon goût.
    Sa voix est assez spéciale par contre j’aime beaucoup son prénom 🙂 🙂 🙂
    Elle est partie trop tôt, elle aussi.

    1. Tu es la seule ici à avoir une homonyme qui ait concouru à l’Eurovision 😀

      Et effectivement, cette terrible maladie frappe souvent très vite… et très tôt 🙁

  3. Tu me fais ressurgir de la mémoire 2 chansons interprétées par Marie: « Souviens-toi de moi » et « Soleil » qui eurent leur heure de gloire, en une époque colorée et fleurie, encore insouciante et post-68’arde ! Bref, mon adolescence …

    Par ailleurs, en dépit de l’expérience du compositeur, Il me semble que la chanson qu’on lui a attribuée pour représenter Monaco ne lui convient pas. Certes le refrain, à moins d’être sourd, se retient facilement. Mais pour moi c’est un peu trop tendu. Marie aurait très aisément assuré vocalement sans l’appui des 3 choristes, qui l’obligent presque à crier. De plus, une chose me frappe et me gêne un peu. Elle ne prend jamais le temps de saluer son public, comme si ce contact lui faisait peur. Elle se défend mieux en play-back. Malgré cela, son classement au Concours est justifié, parce que l’enthousiasme et la joie qu’elle diffuse fait oublier ses petites imperfections.

    Heureusement les enregistrements que tu nous fais (re)découvrir, Francis, défient l’injustice de cette disparition trop précoce et ravivent des souvenirs, fort agréables, que les années avaient un peu effacés.

    1. C’est vrai qu’on la sent très timide, et un peu tendue par la pression de chanter devant tant de téléspectateurs. Cette nature réservée se révèle très clairement lors d’une interview qu’on retrouve sur YouTube. Vraisemblablement, s’exposer lui coûtait vraiment, mais elle aimait ce que le public lui renvoyait. Voici le lien:

  4. – Marie : une artiste que j’apprécie beaucoup notamment sa chanson  » Soleil  » qui était vraiment un rayon de soleil en l’écoutant. Elle avait une voix très particulière que l’on reconnaissait immédiatement entre toutes.

    – Quant à sa chanson de l’Eurovision 1973, ce n’était pas un chef-d’oeuvre mais était de bonne facture et puis pour moi qui adore les trains, le titre ne pouvait que me plaire ! 😆

    – Quant à sa dramatique fin, je préfère ne pas en parler : étant hypocondriaque, rien que de prononcer le mot me fait peur !

    1. Mon pauvre Zipo, dans ce cas ma chronique doit être terrible pour toi! 19 articles et déjà 8 cancers, dont une leucémie. J’ai déjà écrit un peu plus de 70 biographies, et tu n’es pas au bout du compte :/

    • Charles on 10 août 2018 at 18:09
    • Répondre

    Petite correction, Francis. Marie faisait bien partie des interprètes de l’album « Les Misérables » mais n’a pas participé au spectacle du Palais des Sports. C’est Marianne Mille qui interprétait Eponine. J’ai eu un doute mais j’ai bien vérifié dans mon programme .

    1. Merci Charles pour cette précision ! C’est un peu la même chose pour Noa, qui interprète Esmeralda dans Notre-Dame de Paris sur disque, mais laisse sa place sur scène à Hélène Segara. Du coup, le programme que je joins n’est pas le programme officiel, alors ?

        • Charles on 11 août 2018 at 07:15
        • Répondre

        Ce fut le cas de pas mal d’interprètes de l’album (Les Misérables) qui n’ont pas tenu le rôle à la scène.

        1. Personnellement, je vois mal la timide Marie se lancer dans une comédie musicale, avec son lot interminable de représentations sur scène. Peut-être n’en était-elle pas vraiment consciente quand elle a accepté d’enregistrer le disque.

            • Charles on 12 août 2018 at 19:21

            Sardou, Delpech, Adamo et Mireille (la Mireille du petit Conservatoire) ont participé également à l’album et je reste persuadé qu’il était clair qu’ils ne participeraient pas au spectacle. Ce premier « jet » de ce qui deviendra un triomphe international connut un succès honorable surtout par la mise en scène de Robert Hossein. Un (double) candidat de l’Eurovision fit partie de l’aventure ; Jean Vallée. Une autre étoile au firmament !

            • Francis A. on 12 août 2018 at 19:35

            En effet, il est sur ma liste,,, mais il va falloir attendre un bon moment avant de lire l’article que je lui consacrerai 😉

  5. Merci pour ta chronique…. Et pour m’avoir fait connaitre cette artiste qui a eu un triste destin….bon week end mon cher Francis…joli chanson pour soleil….

    1. Merci à toi, Sakis, pour ta fidélité sans faille ! Toujours très heureux que ma rubrique te plaise 🙂

  6. J’aime beaucoup « un train qui part » que j’ai découvert ici dans le cadre d’une « sélection à l’affiche » si je ne m’abuse…

    Marie semblait loin d’être exubérante en effet…

    1. Les Sélections à l’affiche de Juju, c’est toujours des sélections nationales. Et en effet, nous avons voté pour la sélection française de 1973, avec Martine Clemenceau… une autre Lorraine 😛 Mais Marie n’en faisait pas partie.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :