Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

            Après François Deguelt la semaine dernière, partons aujourd’hui redécouvrir une autre artiste des tout débuts du Concours – plus précisément la première interprète à avoir représenté la Suède à ce qui était encore à l’époque le Grand Prix Eurovision de la Chanson Européenne. Première chanson en suédois donc, mais aussi première tenue traditionnelle pour cette jeune femme, comme je l’avais déjà évoqué lors de ma Rétrospective de l’édition 1958. Mais trêve de bavardage, allons à la rencontre de notre…

ÉTOILE # 116 : Alice BABS (1924-2014)

        Représentant la Suède au Concours 1958 à Hilversum

        Titre interprété : Lilla stjärna (traduction : Petite étoile)

        Classement : 4° sur 10 – 10 points

            Hildur Alice Nilson naît à Västervik, au sud de Stockholm, le 26 janvier 1924. Elle commence sa carrière artistique dès l’âge de seize ans quand elle apparaît pour la première fois au cinéma, dans le film Swing it, magistern ! où elle incarne une jeune étudiante qui se produit secrètement dans des boîtes de nuit. Une dizaine de films vont suivre, où on lui fera systématiquement jouer le rôle de la jeune fille bien élevée, généreuse et pleine de vie – un modèle dont nombre d’adolescentes vont se réclamer, au grand dam des plus âgés, en particulier des membres de l’église de son pays (dont un pasteur qui qualifiera sa renommée de maladie culturelle).

            Qu’à cela ne tienne, celle qui se fait désormais appeler Alice Babs décide de mener de front une carrière de chanteuse qui l’attire plus que les plateaux de cinéma, et une vie personnelle riche, puisqu’elle se marie en 1943 et donne naissance à trois enfants. Son mari ne disparaissant qu’en 2011, c’est donc une union de 68 années qui commence :O

Alice et son époux Nils Ivar Sjöblom

Résultat de recherche d'images pour "nils ivar sjôblom"

            Tout au long d’une carrière dans la musique qui va s’étaler sur sept décennies, Alice va aborder tous les styles : du jazz à la variété, en passant par le folklore et le schlager. Ainsi, elle va collaborer pendant des années avec le grand jazzman Duke Ellington, qui va écrire pour elle trois Concerts Sacrés de 1965 à 1973. Impressionné par sa voix qui s’étend sur plus de trois octaves, le pianiste originaire de Washington DC dira même un jour que quand Alice est absente, il est obligé d’engager trois chanteuses pour la remplacer !

            Célèbre dans son pays grâce à ses enregistrements de standards de jazz, elle part en tournée européenne dès 1949 avec de grands artistes locaux, comme Putte Wickman ou Arne Domnérus. Elle se produit même au Festival de Jazz de Paris quelques mois plus tard. En 1959, elle est membre du trio The Swe-Danes avec Svend Asmussen et Ulrich Neumann, qui donnent plusieurs concerts aux États-Unis.

            Mais si l’Europe se souvient d’elle, c’est évidemment parce que le diffuseur suédois fait appel à elle pour représenter son pays au Grand Prix Eurovision de la Chanson Européenne de 1958. Pour leur première participation, les Suédois font très fort : le titre qu’interprète Alice, Lilla stjärna, se classe en effet 4ème avec 10 points – 3 du Luxembourg et de la Suisse, 2 des Pays-Bas, et 1 de la Belgique et de l’Autriche. La Suède devra attendre huit ans avant que ce classement ne soit amélioré.

            Continuant à varier les styles, Alice Babs chante dans des églises des symphonies de Bach et de Mozart, tout au long des années 60. Finalement, sa voix de soprano que les années n’altèreront pas se marie magnifiquement à sa diction et à son humour ravageur, séduisant à chaque fois un public nombreux et fidèle. C’est sûrement pour cette raison que le roi de Suède Gustav VI Adolf décide de lui décerner en 1972 le titre de Chanteuse de la Cour Royale, créé par son ancêtre Gustav III Vasa en 1773. Elle est la première chanteuse hors opéra à recevoir cette distinction.

            Parti vivre sur la Costa del Sol en 1973, le couple formé par Alice et son mari ne reviendra dans son pays natal qu’en 2004, date à laquelle Alice abandonne sa carrière pour se consacrer à son époux Nils Ivar Sjöblom, qui commence à rencontrer de gros problèmes de santé. Devenue veuve et atteinte de la maladie d’Alzheimer, la première candidate suédoise au Concours décède à Stockholm le 11 février 2014. On estime qu’elle a enregistré plus de 800 chansons tout au long de sa vie.