Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

            C’est aujourd’hui l’une des participantes les plus récentes au Concours que je vais évoquer, puisqu’elle a pris part à une édition des années 1990. Comme Vice Vukov (notre Étoile # 80), cette artiste – la première représentante de son pays à disparaître – s’est beaucoup investie dans le mouvement pour l’indépendance de son pays. Injustement oubliée vingt-cinq ans plus tard, sûrement à cause de son très mauvais classement de l’époque, elle méritait selon moi d’être remise en lumière. Voici donc notre…

ÉTOILE # 110 : Silvi VRAIT (1951-2013)

        Représentant l’Estonie au Concours 1994 à Dublin

        Titre interprété : Nagu merelaine (traduction : Comme une vague)

        Classement : 24° sur 25 – 2 points

            Silvi Vrait naît le 28 avril 1951 à Kehra, petite ville du nord de l’Estonie. Diplômée en piano à l’école de musique de sa ville natale en 1968, la jeune femme entreprend des études de philologie à l’Université de Tartu – ce qui l’amènera vingt ans plus tard à enseigner l’anglais au lycée français de Tallinn.

La charmante petite ville estonienne de Kehra

Résultat de recherche d'images pour "kehra estonia"

            Ses premiers pas dans la musique ont lieu en 1972 quand elle prend part à deux émissions de télévision, Kaks Takti Ette et Käokava. Ses capacités à interpréter les styles les plus variés – du jazz au rock, en passant par la folk et la country – la font vite remarquer par les dirigeants du théâtre Vanemuine de Tartu, qui l’engagent dès 1976. Pendant sept ans, Silvi va faire les beaux jours de la salle de spectacle et attirer un public nombreux et éclectique.

            Au milieu des années 1980, elle se spécialise dans les comédies musicales et participe pendant presque trente ans aux versions estoniennes de productions aussi célèbres que Porgy and Bess (1985), Le Roi et moi (1998), Zorba le Grec (2000), La Mélodie du bonheur (2003), Chicago (2004) ou Cabaret (2012). En grande fan de la chanson française à texte, elle reprend aussi plusieurs titres d’Edith Piaf.

            En parallèle, elle commence à militer pour l’indépendance de l’Estonie, à l’époque intégrée à l’Union Soviétique. Elle devient une figure importante de la Révolution Chantante, une série de manifestations qui se sont tenues dans les pays baltes de 1987 à 1991. Elle sort ainsi deux enregistrements qui vont marquer le public, Väikene rahvas, väikene maa et Ei ole üksi ükski maa.

            C’est ce qui motive le diffuseur national à lui demander de participer à sa sélection pour le Concours Eurovision, un an après l’échec de la première tentative estonienne dans une qualification réalisée dans la discrétion la plus totale. Qui se souvient en effet qu’une pré-sélection a été organisée à Ljubljana, le samedi 3 avril 1993 ? À part Mme Michu, bien sûr, qui nous a narré avec son talent habituel tous les détails de ce programme dans un article il y a deux ans.

La première « demi-finale » de l’Eurovision

Résultat de recherche d'images pour "eurovision Ljubljana 1993"

            Bref, Silvi Vrait présente Nagu Merelaine à l’Eurolaul 1994 face à d’autres futures Eurostars : Ivo Linna (participant en 1996) et Evelin Samuel (candidate en 1999) – laquelle soumet trois titres, dont un en trio. Elle décroche ainsi son billet pour Dublin, mais sur place la déconvenue est immense : l’Estonie se classe avant-dernière avec seulement 2 points offerts par la Grèce, ce qui entraîne immédiatement son élimination pour l’édition suivante du Concours.

            De retour dans son pays, Silvi reprend son métier d’artiste de scène, qu’elle couple avec un nouvel emploi de coach vocal à l’école de musique Georg Ots de Tallinn. En avril 2013, on lui diagnostique une tumeur au cerveau, à laquelle elle succombe deux mois plus tard, le 28 juin. Âgée de seulement 62 ans, elle laisse un fils, Silver.