Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

            Ce n’est que la 4° Étoile espagnole que je vais vous présenter aujourd’hui (après le Catalan Víctor Balaguer, l’Italien Tony Croatto et le Basque Roberto Uranga) mais c’est le 6° candidat de l’édition 1963 à disparaître. Comme pour beaucoup d’autres avant lui, peu d’informations à son sujet sont disponibles sur le net. J’attends donc de mes fidèles lecteurs qu’ils m’en disent plus s’ils le peuvent concernant notre…

ÉTOILE # 101 : José GUARDIOLA (1930-2012)

        Représentant l’Espagne au Concours 1963 à Londres

        Titre interprété : Algo prodigioso (traduction : Quelque chose de merveilleux)

        Classement : 12° sur 16 – 2 points

        José Guardiola Díaz de Rada naît le 22 octobre 1930 à Barcelone – comme Víctor Balaguer, notre Étoile # 9. Il y a peu de choses à dire sur sa jeunesse et ses débuts dans la chanson, si ce n’est qu’il obtient une certaine reconnaissance dans son pays et en Amérique Latine au tournant des années 50 et 60 en reprenant en espagnol et en catalan des succès internationaux comme Sixteen Tons, Mack the Knife (de L’Opéra de Quat’ Sous, de Kurt Weill et Bertholt Brecht) et Unchained Melody.

             Parce que les dirigeants de la chaîne espagnole publique pensent que son charme et sa voix peuvent séduire également en Europe, on demande à celui qu’on surnomme bientôt le Crooner Espagnol de participer à la sélection nationale pour le Grand Prix Eurovision de 1962. Les deux titres qu’il y présente, Nostalgia et Recuerdo, se qualifient pour la finale, comme ceux de Víctor Balaguer et de Raphael (futur double représentant espagnol en 1966 et 1967). Mais il repart les mains vides le grand soir et doit faire une croix sur le Concours de Luxembourg.

Victor Balaguer, représentant espagnol au Concours 1962

Image associée

            Qu’à cela ne tienne, la TVE lui conserve sa confiance. Il est sélectionné en interne l’année suivante et on lui propose de représenter enfin son pays au Concours avec Algo Prodigioso. Titre bien peu prémonitoire puisque José ne décroche à Londres que la 12° place avec 2 points de la Yougoslavie.

            N’étant pas parvenu à convaincre le public européen, le chanteur espagnol se contente du marché national, où il poursuit une carrière assez moyenne mais durable. On le voit par exemple enregistrer quelques disques avec sa petite fille, qui rencontrent un succès d’estime.

            Retiré de la scène médiatique en 2008 (après presque 60 ans de carrière tout de même !), il décède dans sa ville natale le 9 avril 2012 – soit deux ans jour pour jour après Kenneth McKellar, notre Étoile # 86.