Hello, chers fidèles lecteurs de l’EAQ ! ! !

            Quatre ans après l’article que Pauly lui a consacré au moment de son décès, célébrons une nouvelle fois la gagnante du deuxième Grand Prix Eurovision de la Chanson Européenne (c’est ainsi qu’on l’appelait à l’époque) – la 8ème artiste victorieuse à rejoindre les étoiles après Grethe Ingmann, Jean-Claude Pascal, Frida Boccara, André Claveau, Teddy Scholten, Udo Jürgens et Jørgen Ingmann. J’ai nommé notre…

ÉTOILE # 136 : Corry BROKKEN (1932-2016)

        Représentant les Pays-Bas aux Concours 1956 à Lugano, 1957 à Francfort et 1958 à Hilversum

        Titres interprétés : Voorgoed voorbij (traduction : Fini pour de bon),

Net als toen (traduction : Tout comme alors) et Heel de wereld (traduction : Le monde entier)

        Classements : non communiqué, 1° sur 10 – 31 points et 9° ex-aequo sur 10 – 1 point

            Cornelia Maria Brokken naît le 3 décembre 1932 à Breda, dans le sud des Pays-Bas. Aînée d’une fratrie de quatre, rien ne distingue son enfance de celles de ses concitoyens… jusqu’à 1945 où son père, membre actif du Parti National-Socialiste Néerlandais (le NSB), est condamné pour collaboration avec l’ennemi. Mise au ban de la société, la famille explose lorsque la mère de Corry décide de demander le divorce. Obligée de travailler pour venir en aide à sa famille, la jeune fille décroche un emploi d’assistante dentaire dès son baccalauréat obtenu. Son salaire lui permet également de payer ses premiers cours de chant.

Breda, ville natale de Corry

Breda - Wikipedia

            Corry Brokken fait ses premiers pas à la radio en 1952, date à laquelle elle participe à l’émission Een Lied en een Vleugel, où elle interprète un titre du trompettiste de jazz américain Billy Eckstine, I apologize (on croirait Romy Schneider prête à tout jouer pour excuser les accointances de sa mère avec le régime hitlérien). Tout de suite remarquée, elle commence à se produire dans plusieurs cabarets d’Amsterdam et d’Eindhoven avec différents orchestres, avant de partir pour sa première tournée avec celui de John Kristel.

Billy Eckstine

Billy Eckstine / July 8, 1914 - March 8, 1993 – Peace & Rhythm

            Elle signe son premier contrat en 1954, auprès d’un label belge, Ronnex Records, ce qui lui permet de publier quelques disques en néerlandais, allemand et anglais. Deux ans plus tard, elle réalise plusieurs enregistrements pour Polydor Allemagne, mais ceux-ci ne seront jamais publiés pour de sombres histoires de droits d’auteur. Mais peu importe, 1956 est une année importante pour elle : elle épouse le batteur Cees See (à qui elle donnera une fille, Nancy, en 1959) et s’inscrit à la sélection néerlandaise pour le premier Grand Prix Eurovision de la Chanson Européenne, qui doit se tenir en mai à Lugano. Elle l’emporte avec Voorgoed Voorbij, les deux autres titres qu’elle propose, ‘t is lente et Ik zei : ja, se classant 3ème et 5ème. Elle concourt donc en Suisse avec sa dauphine, Jetty Paerl, puisque chaque nation participante peut soumettre deux chansons lors de la compétition. Le détail des votes n’ayant toutefois jamais été communiqué, nul ne sait à quelle place termine Corry. On sait juste qu’elle ne gagne pas 😉

            Elle fait un deuxième essai un an plus tard au Nationaal Songfestival, et décroche les deux premières places avec Net als toen et Iwan. Elle se produit donc à Francfort-sur-le-Main avec sa chanson victorieuse… qui convainc les jurys européens, puisque tous lui accordent des voix. Voilà une première victoire pour les Pays-Bas, avec 31 points – 7 de la Suisse, 6 de l’Autriche, 5 de la Belgique, 4 de la France, 3 du Luxembourg et du Danemark, et 1 du Royaume-Uni, de l’Italie et de l’Allemagne.

            À l’instar de Lys Assia, qui a de nouveau concouru un an après sa victoire à Lugano, elle décide de défendre son titre et soumet en 1958 deux chansons à la sélection néerlandaise, Heel de wereld et Weet je – qui se classent aussi aux deux premières places, devant Greetje Kauffeld (qui représentera son pays à Cannes en 1961). Malheureusement, les votants l’abandonnent le soir de la finale et lui offrent la dernière place (seule la Suisse lui accorde un point). C’est la première et la dernière fois à ce jour qu’une candidate au Concours décroche la première et la dernière places de la compétition.

            Mais Corry Brokken ne s’avoue pas vaincue aussi facilement. Elle s’inscrit pour la quatrième fois consécutive à la finale néerlandaise, où elle présente trois titres : Mijn hart en ik (interprété en duo avec Bruce Low), Iedere dag met jou et Kleine zilv’ren stern, qui finissent aux 3ème, 4ème et 7ème places. Puis, dans la foulée, elle sort son premier album, Corry’s Bed-Time Story.

            Malgré tous ces efforts, la notoriété de Corry reste assez confidentielle. Tout change quand elle représente son pays à la Coupe d’Europe du Tour de Chant, à Knokke, avec De Zigeuners, qui devient son premier grand succès commercial. Elle enchaîne avec une reprise du standard d’Édith Piaf, Milord, qu’elle adapte en néerlandais et en allemand. Les deux versions lui permettent de se classer meilleure vente de disques aux Pays-Bas et en Allemagne, et de décrocher son premier disque d’or.

Désormais célèbre, elle apparaît dans de nombreuses émissions télé et enregistre de multiples adaptations de succès européens, en particulier de Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, Zara Leander, Dalida ou des futures Eurostars Lale Andersen, Heidi Brühl et Guy Mardel. Elle anime également sa première émission de variétés dès 1961, un an avant de se voir remettre le Prix Edison pour son album Mijn Ideaal.

En 1966, le diffuseur allemand suggère à Corry de s’aligner à la sélection germanique pour le Concours, proposition qu’elle rejette. Elle préfère signer un nouveau contrat avec Polydor Allemagne, qui lui permet de présenter chaque samedi soir sur la chaîne WRD un programme où les téléspectateurs peuvent assister à des tours de magie et des numéros de cabaret, en plus de traditionnelles chansons populaires. Bref, un ancêtre du Plus Grand Cabaret du Monde.

Divorcée six ans plus tôt, Corry Brokken se remarie en 1968 avec Reijnaert Sleeswijk, qui a produit la revue dans laquelle elle a joué pendant plusieurs semaines aux côtés du duo Snip en Snap. Mais Corry est mécontente des clauses de son contrat et des goûts des téléspectateurs allemands pas toujours au rendez-vous, et le fait savoir dans la presse – provoquant ainsi la fureur du public, qui se détourne d’elle encore plus. Ses contrats en Allemagne ne sont pas reconduits, la forçant à revenir au pays. Elle y publie quatre albums, qui ne rencontrent pas vraiment le succès. De plus, la télévision néerlandaise décide de ne pas renouveler leur collaboration.

Abandonnée par le milieu médiatique, Corry Brokken entreprend des études de droit et décroche son diplôme d’avocate en 1981. Elle deviendra même juge sept ans après, et officiera au tribunal de s’-Hertogenbosch. Sa vie de chanteuse est donc derrière elle, sa dernière apparition à la télévision étant au Concours Eurovision de la Chanson de La Haye en 1976, où elle est la première des anciennes participantes à remplir la mission de maîtresse de cérémonie.

Corry présente l’édition 1976 du Concours

undefined undefined Site hosted by Angelfire.com: Build your free ...

Il faut croire toutefois que, quand le démon de la chanson vous a tenu un jour, il ne vous quitte jamais vraiment et vous fait replonger à la première occasion. En effet, elle obtient en 1995 le Prix Edison pour l’ensemble de sa carrière , ce qui lui donne l’envie irrépressible de remonter sur scène. Elle y est si bien accueillie par le public qu’elle sort une compilation en 1996 et reprend une série de tournées, qui seront toutes aussi saluées par les spectateurs. Un an plus tard, elle annonce les points du jury néerlandais au Concours Eurovision, et prend sa retraite de la magistrature en 1998.

Elle ne reste cependant pas inactive. Auteur d’une rubrique hebdomadaire pour le magazine féminin Margriet, elle écrit en même temps ses mémoires, Wat mij betreft, qui deviennent un très gros succès de librairie en 2000. Elle diversifie ses activités, jouant sur scène les célèbres Monologues du Vagin en 2002, participant au jury lors de le sélection néerlandaise pour le Concours 2003 et sortant un DVD rétrospectif (quelle bonne idée, une rétrospective :P) de l’ensemble de sa carrière en 2006.

L’affiche des Monologues du Vagin

Untitled

Mais des problèmes de santé finissent par l’éloigner de la scène médiatique. On lui diagnostique un cancer du sein en 2007, un an avant qu’elle ne fasse un AVC, qui la laisse assez diminuée. Ayant publié la deuxième partie de ses mémoires en 2009, elle se retire auprès de son troisième mari, son compagnon de promotion Jan Meijerink, et décède le 31 mai 2016 à Laren, non loin d’Hilversum, ville qui l’avait vue pour la dernière fois fouler la scène d’un concours qu’elle a indiscutablement aidé à devenir ce qu’il est aujourd’hui. Et rien que pour cela, le respect et l’affection de tout Eurofan lui sont automatiquement acquis.

Corry et son troisième époux, Jan

Weduwnaar Corry Brokken overleden | Entertainment | Telegraaf.nl