Hello, chers fidèles lecteurs de l’EAQ ! ! !

            Comme je l’ai déjà fait à plusieurs reprises dans cette rubrique, je vais vous parler aujourd’hui d’un musicien qui s’est produit sur la scène de l’Eurovision, mais que personne ou presque n’a remarqué puisqu’il est comme tous ses homologues resté dans l’ombre du leader de son groupe. Persuadé que l’accompagnement musical peut transcender une chanson, je suis toujours partant pour mettre dans la lumière ceux dont on a un peu négligé de dire l’importance. Faisons donc ensemble connaissance avec notre…

ÉTOILE # 129 : George PĂTRĂNOIU (1973-2015)

        Représentant la Roumanie au Concours 2000 à Stockholm au sein du groupe TAXI

        Titre interprété : Luna (traduction: La lune)

        Classement : 17° sur 24 – 25 points

            George Pătrănoiu naît en Roumanie le 4 août 1973. On lui offre sa première guitare alors qu’il n’a que neuf ans, ce qui va décider de sa vie, entièrement consacrée à la musique. Grand fan du groupe Pantera, il écoute tout le rock occidental qui réussit à entrer, souvent clandestinement, dans son pays alors particulièrement fermé à ce genre de musique. Selon ses dires, le musicien qui l’influencera le plus sera Roger Waters, le bassiste de Pink Floyd.

Roger Waters

40 Best Roger Waters images | Roger waters, Pink floyd, Floyd

            Il fonde son premier groupe, Asalt, alors qu’il est encore adolescent. Mais l’aventure ne dure qu’un an, et dès ses 18 ans, George accompagne plusieurs groupes de rock roumains, pour lesquels il joue de la guitare en studio d’enregistrement et sur scène. Citons Metrock pour leur album A Kind of Hell en 1994, Schimbul 3 pour leur album éponyme en 1996 ou Krypton pour Am dormit prea mult en 1997. En parallèle, il se produit lors de nombreux festivals de rock dans tout le pays.

            En 1999, le compositeur et chanteur Dan Teodorescu lui demande de rejoindre Taxi, la formation qu’il est en train de mettre en place. Libéré de son précédent groupe, Act, qui a bien du mal à rencontrer le succès, George Pătrănoiu y retrouve Adrian Borţun, du groupe Metrock. Pendant les sept années qu’il y passera, ils enregistreront six albums, qui plairont tout autant au public qu’aux critiques, conquis par leurs chansons aux textes très engagés.

            Un an après sa fondation, Taxi participe à la sélection nationale pour le Concours Eurovision. Au départ, il est clairement précisé que ce sera le public qui décidera du représentant au moyen du télévote censé durer une heure. Mais sans que l’on sache vraiment pourquoi, la durée des votes est augmentée et la chanson Why de Valahia (en tête après les soixante minutes réglementaires) se voit supplantée de 25 voix par Luna de Taxi après trois heures de scrutin. Le scandale n’empêche pas la chanson de concourir à Stockholm… où elle se classe 17ème avec 25 points – 12 de l’Ex-République Yougoslave de Macédoine, 7 de la Croatie et 6 de la Russie. Blessé par ce résultat extrêmement décevant, l’auteur – compositeur – interprète Dan Teodorescu écrira dans les semaines qui suivront le Concours une nouvelle chanson, E.B.U., où il critiquera la compétition de manière très acerbe.

            En 2006, George Pătrănoiu quitte Taxi pour créer son propre groupe, Raza. À cette époque, il multiplie les projets et diversifie ses prestations : il accompagne un Orchestre Symphonique pour une adaptation de la Symphonie n°40 de Mozart, il participe à un atelier mis en place par Jackson Guitars et fait partie des quatre guitaristes à se produire lors du festival Guitaromania en 2011.

Mais il commence à ressentir les effets de la maladie… qu’il tient toutefois à garder secrets. Finalement, il est opéré deux fois d’un cancer des amygdales en 2012, et ses médecins le déclarent bientôt en rémission. Mais trois ans plus tard, la terrible maladie refait des siennes, avec cette fois-ci des métastases à la moelle épinière. Il subit donc une troisième opération en novembre 2015, en vain puisqu’il décède un mois plus tard, le 19 décembre. Le guitariste surdoué de 42 ans aura eu la grande joie et l’immense émotion de voir les anciens groupes qu’il avait accompagnés donner en son honneur un concert à Bucarest treize jours avant sa disparition.

Crédits photographiques – Metalfan.ro