Nov 15

Enquête exclusive : est-il rentable en France de faire l’Eurovision ?

A l’occasion de la sortie du dernier album de Patricia Kaas, « Kaas chante Piaf » et de son marathon médiatique où on ne manque pas de la questionner sur l’Eurovision, nous nous penchons sur plusieurs idées reçue : « L’Eurovision peut briser une carrière » ou « Cela ne rapporte rien à un jeune chanteur de participer à l’Eurovision ». Alors sans remonter au temps jadis d’André Claveau et Jacqueline Boyer où l’Eurovision était très différent d’aujourd’hui et où de grandes vedettes prenaient part au concours, penchons nous sur le devenir des candidats français de ces dernières années…

De l’anonymat…. à l’anonymat…

Ortal peut se consoler de son infortune en se disant que « Chacun pense à soi »…

C’est la caricature de notre vision de l’Eurovision. Mais cela s’appuie sur de nombreux exemples ! Depuis les années 1980, nous faisons appel à des « jeunes talents », Roger Bens ou Christine Minier dans les années 1980, Nathalie Santamaria ou Marie Line dans les années 1990, Ortal ou Virginie Pouchain dans les années 2000. Aussi vite apparus, aussi vite disparus de la circulation ! On attribue ces déboires à de mauvaises places dans le classement, mais Nathalie Santamaria, par exemple, a terminé 4ème avec la chanson de Didier Barbelivien, « Il me donne rendez-vous ». Non, quand ça veut pas, ça veut pas, et il est clair que l’Eurovision tout seul, que vous terminiez premier ou dernier, ne va pas faire de vous la Madonna du 21ème siècle !

Résultats nuls.

Jonatan Cerrada

Vous voulez relancer une carrière essoufflée, l’Eurovision n’est pas la solution ! Jonatan Cerrada en sait quelque chose ! Sa participation à Istanbul avec « A chaque pas », ne lui a pas du tout permis de rebondir après sa participation à la Nouvelle Star et le succès de son premier album. L’album suivant s’est très mal vendu et le chanteur a entamé une grande traversée du désert. Idem pour Fanny, star au début des années 1990, pour qui la participation à Dublin en 1997 n’a pas été un tremplin. Elle continue sa carrière dans l’ombre et a écrit un témoignage sur son histoire : « Enfants stars, plus dure sera la chute ».

Autre exemple, Patrick Fiori, superstar aujourd’hui, comptait sur l’Eurovision pour lancer une carrière naissante, mais malgré une 4ème place avec « Mama Corsica », rien ne s’est passé. Le déclic se fera avec la comédie musicale « Notre Dame de Paris ». De même, la carrière, déjà fructueuse, de Dan Ar Braz ne s’est pas envolée avec l’Eurovision : qui sait encore que nous l’avions envoyé à Oslo avec la ballade bretonne « Diwanit Bugale » qui s’était crashée en 19ème place ? Celle de Nina Morato n’a pas particulièrement décollé après 1994. Sofia Mestari poursuit une carrière très discrète…

De l’ombre à la lumière…

Allez allez Jessy !

Mais l’Eurovision a révélé de nombreux talents. Les Fatals Picards, avant de partir pour Helsinki, ont déjà 5 albums à leur actif mais sont inconnus du grand public. Et bien qu’ils terminent avant-dernier du concours, ils ont acquis une notoriété nationale et donné un coup de pouce à leur carrière. Ils ont dorénavant derrière eux un fidèle public… qui n’a rien à voir avec l’Eurovision d’ailleurs !

En 2010, après Patricia Kaas, et après avoir annoncé de grands noms comme David Guetta ou Christophe Willem, France 3 prend tout le monde à revers et choisit Jessy Matador. On se rit alors du jeune chanteur qui a tout de même deux succès à son actif, « Décalé Gwada » et « Mini Kawoulé » mais dont le visage est inconnu du grand public. Or, après avoir séduit le public d’Oslo, il obtient un disque d’or avec « Allez Ola Olé » qui cartonne dans toute l’Europe, et continue avec succès sa carrière dans la musique d’influence africaine. Il cartonne en ce moment avec « Zumba He Zumba Ha », après être apparu dans le clip de l’inénarrable « corde à sauter », « Logobitombo » de Moussier Tombola.

Sébastien Tellier, le gourou de l’Eurovision.

En 2008, enfin, France 3 annonce qu’elle a choisi un musicien dont le nom ne nous dit pas grand chose, mais à la discographie plus qu’impressionnante, Sébastien Tellier. L’auteur de « La Ritournelle », dont chacun se demande ce que diable il allait faire dans cette galère, s’est payé le luxe de montrer sa tête sur toutes les télévisions, a dopé les ventes de son album « Sexuality », a eu un succès dans tout le nord de l’Europe et particulièrement en Suède avec « Divine », et surtout a signé un contrat publicitaire avec Renault. Il peut encore aujourd’hui capitaliser sur son succès à l’Eurovision pour aller vendre son dernier album, « My God is Blue » sur tous les plateaux télé, et faire son numéro d’acteur…

Deux success-stories.

Natasha St-Pier, la success-story de l’Eurovision qui a fait rêver plus d’un chanteur !

Deux chanteuses ont pu particulièrement bénéficier de l’Eurovision de deux façons différentes. La première est Natasha St-Pier. L’acadienne est en effet totalement inconnue lorsqu’elle est choisie pour chanter « Je n’ai que mon âme » à Copenhague. Prise sous son aile par Pascal Obispo, elle lance une carrière semée de tubes, « Tu trouveras », « Mourir demain », « Un ange frappe à ma porte »… Ses albums se vendent avec constance et on peut dire que loin de son Nouveau-Brunswick natal, les Français l’ont définitivement adoptée.

Après l’Eurovision, Patricia Kaas est devenue plus qu’une star, une véritable icône !

Autre succès, celui de Patricia Kaas. Alors que chacun se demandait ce que Patricia Kaas avait comme intérêt à aller à l’Eurovision, ayant plus à y perdre qu’à y gagner, Patricia a eu raison de se laisser convaincre. Non seulement elle a relancé une carrière en stand-by en France, après quatre longues années d’absence, mais en plus elle a conforté son aura internationale, en prouvant à ses compatriotes qu’elle était considérée comme la plus grande chanteuse française dans le monde et en gagnant une importante notoriété dans de nouveaux pays, comme la Pologne, l’Ukraine ou les États Baltes. La tournée « Kabaret » s’étale sur plus de 170 dates dans plus de 15 pays… Aujourd’hui, elle revient avec un album de reprises d’Édith Piaf, lancé dans le monde entier, Paris, Londres, New-York, Séoul… Et vu l’aura et de Piaf et de Kaas, nul doute que  nous nous acheminons vers un énorme succès pour la petite fille de Forbach. L’Eurovision a donc été tout bénef’ pour Patricia, en confortant sa notoriété et en lui apportant une nouvelle stature.

Est-ce plus intéressant aujourd’hui ?

La divine Anggun a malheureusement raté son pari…

On remarque bien sûr qu’il y a un avant et un après 2007. Pourquoi ? C’est probablement un ensemble de facteurs. L’Eurovision a changé d’image et a gagné en qualité ces dernières années. Il est aussi plus regardé en France. Surtout, cela est dû à France 3, qui fait de bien meilleurs choix en sélectionnant de vrais artistes. On peut croire à Cendrillon, mais il est peu probable de faire de la boulangère de son village une nouvelle Céline Dion du jour au lendemain, et on ne construit pas une carrière internationale sur un malentendu ou par le fruit du hasard ! Cela dit, pas sûr que nos deux derniers représentants aient beaucoup capitalisé sur leur participation. Amaury Vassili attendait de donner une plus grande dimension à sa carrière internationale, comme Patricia Kaas. C’est raté. Anggun, quant à elle, n’a pas dopé les ventes de son album en se rendant à Bakou.  Mais tous les deux n’ont pas non plus brisé leur carrière en échouant à l’Eurovision, loin de là ! Même en n’obtenant aucun point du public européen, Anggun garde la sympathie du public français (qui fidèle à sa mauvaise foi préfère commenter le mauvais goût des autres….) !

Une secret combination ?

On pourrait dire qu’il ne faut pas attendre la lune du concours. L’Eurovision ne peut pas faire ou défaire des carrières tout seul. Même une victoire ou une très bon score ne garantit pas le succès, très loin de là ! Ainsi, tous les chanteurs amateurs, n’attendez pas de l’Eurovision qu’il soit un tremplin spectaculaire pour votre carrière, mais si vous avez une grande expérience de la scène, comme les Fatals Picards ou une carrière dans l’ombre, vous pouvez espérer la conforter en bénéficiant de la médiatisation du concours. Et toi, la superstar qui lit notre blog quotidiennement, n’hésite pas à tenter ta chance. Tu n’as pas grand chose à perdre ! Mais tu ne gagneras pas à tous les coups non plus…

(22 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. S’il y a une participation réussie, c’est bien celle de Natasha St-Pier, parce que c’est vraiment en chantant sur la scène de l’Eurovision que Pascal Obispo l’a découverte et lui a écrit un album. Et ça, c’est très très rare de se faire reluquer à l’Eurovision.

    Après, Jessy Matador, Eurovision ou pas, il en serait au même point aujourd’hui et je pense que allez ola olé aurait été un tube même s’il n’avait pas participé à l’Eurovision.

    Enfin, Patricia Kaas qui classe la France en 8ème position, on peut dire que c’est presque comme si elle avait gagné. Parce que de nos jours, pour la France, faut vraiment dégoter la perle rare pour terminer dans les dix premiers.

    En tout cas, bravo et merci Antoine pour cet article très bien fait et passionnant 😉

    1. Merci ! 😀
      Pour Jessy, Allez Ola Olé aurait sans doute cartonné… Encore que, passer en boucle sur France 3 a bien dû l’aider, et en tout cas, la chanson se serait probablement pas exportée. Ça lui a permis aussi d’être connu nominativement de tout le monde, même ma mère ! ^^ M’enfin, c’est sûr qu’encore une fois, ça n’a pas été vendu comme « le tube de l’Eurovision »… Et maintenant, on danse encore dessus dans les mariages, c’est la gloire ! Ce n’est pas le cas d’Anggun… C’est comme « je n’ai que mon âme » qui est la référence des slows dans les bals ! hahaha

    • Nico on 15 novembre 2012 at 12:57
    • Répondre

    Je pense que la France n’a pas à avoir honte de ses choix à l’Eurovision ces dernières années, mis à part quelques erreurs de casting, je pense que l’idée à toujours été la même, envoyer une chanson qui soit capable de remporter l’Eurovision, sauf que cela fait quand même depuis 1977 que cela n’est pas arrivé. Pourquoi et bien c’est qu’entre-temps l’Eurovision a fait plusieurs virages, de nouveaux pays sont arrivés dans la course, le tout s’est modernisé pour finalement devenir gigantesque, sans doute trop d’ailleurs, ce n’est pas pour rien que l’UER souhaite revenir à des valeurs plus modestes, Dans le lot, la France s’est souvent trompée non pas d’artistes mais de chansons, on est parti un peu dans les sens et puis il faut pas oublier que France Télévisions n’a pas toujours pris ce concours très au sérieux, j’ai le sentiment que l’on a aussi envoyé certains artistes par défaut, histoire d’envoyer une chanson tout en sachant qu’elle aurait peu de chance de gagner. C’est depuis que France 3 a pris le relai que l’on commence à nouveau à prendre cette manifestation plus au sérieux, que l’on s’est dit qu’il fallait peut être revoir le mode de sélection et choisir des artistes qui ont déjà une notoriété nationale, voir internationale, C’est à nouveau une question de goût au niveau du choix des chansons qui a fait que la France n’a pas encore pu prendre son envol, que ce soit pour Mme Patricia Kaas ou pour Angun, les chansons ne correspondaient pas à ce que l’on aime entendre et voir à l’Eurovision. Ce n’est pas trop tard, bien au contraire, reste à trouver un compositeur qui s’interroge sur ce qui plaît vraiment à l’Eurovision pour trouver la bonne chanson, par la suite, il n’est à mon avis plus nécessaire de vouloir convaincre un ou une artiste qui a déjà fait ses preuves en France ou sur la scène internationale.

    Il faut dénicher parmi la jeune génération, un ou une artiste qui possède le talent, la voix et la prestance nécessaires pour mettre en valeur une chanson eurovision compatible.

    Et ce n’est pas ça qui manque, il suffirait d’aller se servir à travers les nombreuses comédies musicales, certaines émissions de téléréalité, style « The Voice  » etc. Une chanteuse qui désormais à l’âge de participer à l’eurovision pourrait faire des merveilels avec une une excellente chanson adaptée à sa voix, c’est la jeune Caroline Costa par exemple.

    Tout cela pour dire que rien n’est jamais perdu, il suffit de changer les choses et de se poser les bonnes questions, de faire des comparaisons avec les autres pays et pourquoi ne pas faire appel à des compositeurs étrangers, suédois par exemple, tout est possible, les espagnols l’ont compris l’année dernière.

    La France est un grand pays qui possède un vivier impressionnant de jeunes artistes, il suffit de partir à la pêcher ou à la chasse si vous préférez !

      • Nico on 15 novembre 2012 at 13:12
      • Répondre

      Et pour répondre à la question fondamentale de cet article, je ne pense pas qu’il faut voir une notion de rentabilité lors d’une participation à l’Eurovision.

      C’est avant tout un très bon moyen voir un tremplin pour se faire connaître au grand public mais il faut relativiser, ce n’est pas non plus la clef pour démarrer une carrière internationale, tout est question de talent et d’opportunités à saisir ou pas !

      Une bonne recette pour se faire découvrir, si on a vraiment du talent, mais certainement la meilleure façon de gagner rapidement du pognon !!

      1. Oui, disons que la question, c’était de savoir si participer à l’Eurovision, c’était intéressant pour sa carrière, pas pour gagner beaucoup d’argent ! 😀 Parce que là, c’est sûr que pour faire fortune, vaut mieux gagner l’Euromillion, c’est plus intéressant !
        Après, on est d’accord, ça ne lance pas une carrière tout seul, c’est aussi du travail, du talent, des compétences à la base…
        Le problème de France Télévisions, c’est qu’il n’ont toujours pas compris que le problème c’est la chanson et pas l’interprète. Mais en même temps, les gens en France se contrefichent de la chanson. Quand Patricia Kaas est allée à l’Eurovision, on en a fait tout un foin, mais personne n’a jamais parlé de sa chanson, qui a été très mal choisie… Une chanson sans refrain à l’Eurovision, c’est du suicide !
        Enfin, des jeunes talents, pourquoi pas. Mais, on préfère des gens qui ont peu l’habitude de la scène, parce que sinon, ça donne toutes les catastrophes sus-mentionnées ! France 3 sélectionnait n’importe qui chantant n’importe quoi, donnait trois bouts de ficelle et débrouille toi… Même des pays 100 fois moins riches et plus petits que nous mettaient plus de moyens que nous dans le concours…

    • Nico on 15 novembre 2012 at 13:14
    • Répondre

    Je voulais dire « certainement pas la meilleure façon de gagner rapidement du pognon  » nuance …

    • Mimi on 15 novembre 2012 at 13:21
    • Répondre

    Super Article! Ca récapitule bien la période récente des participations françaises à l’Eurovision! :).

    Ca me fait toujours penser … qui va nous représenter cette année?! Aucune fuite pour le moment? ^^

    1. Merci ! 😉
      Pas sûr que France 3 ait même commencé à se demander qui pouvait bien nous représenter…
      Ils préfèrent organiser leurs après-midi de jeux, pour leurs sponsors les couches Tena, la baignoire à porte, le monte escalier Stanah, la mobylette de pépés, et bien sûr Roc’Eclerc…

        • Nico on 15 novembre 2012 at 14:20
        • Répondre

        Ceka résume bien ce que je pense , tant que France Télévisions n’attachera pas plus d’importance à l’Eurovision, il n’y aura que des choix aléatoires d’une année à l’autre, histoire d’essayer à nouveau !

        1. Oui, ils cherchent un nom pour faire le buzz et attirer les téléspectateurs…

            • Mimi on 15 novembre 2012 at 16:54

            So « wait and see » comme on dit. Moi qui pensait que vous aviez des scoops ^^. Donc quelle va être la surprise de cette année! Aie!

  2. Je pense que depuis la défait immensémment contestable d’Amaury Vassili, la France aurait du arrêter

    • Linn1 on 15 novembre 2012 at 17:57
    • Répondre

    « Même en n’obtenant aucun point du public européen, Anggun garde la sympathie du public français (qui fidèle à sa mauvaise foi préfère commenter le mauvais goût des autres….) ! »

    Ce genre de commentaire entre parenthèses était-il nécessaire ? Encore heureux que ses fans ou même le grand public français ne lui tournent pas le dos du jour au lendemain. Et personnellement, je trouve que certaines chansons ne méritaient pas d’être dans le top 10 mais bon on pourra toujours dire que je suis de mauvaise foi, après tout les européens (surtout ceux de l’est) font toujours les bons choix en matière de vote, c’est incontestable.

    La prochaine fois, envoyons quelqu’un qui n’en aura rien à foutre de l’Eurovision, qui ne fera que se moquer du concours jusqu’au grand soir où il fera exprès de chanter faux et le pire c’est que cette attitude provocatrice, paradoxalement, lui donnera peut-être plus de points de la part du public européen qu’Anggun. Et il aura raison d’agir comme cela puisque je constate que plus un candidat montre qu’il est motivé, plus on se moque de lui en cas de mauvais classement. Sébastien Tellier avec son attitude je m’en foutiste en 2008 l’avait bien compris, la preuve personne ici ne se moque de lui malgré sa 18ème place.

    1. En fait, c’était un trait d’humour, vu que nous sommes accusés toujours d’être chauvins et de mauvaise foi…
      Après, on pense tous ici qu’Anggun n’a pas démérité et que les jurys ont eu raison de la récompenser car elle était loin d’être la plus nulle. Elle s’est beaucoup impliquée dans sa participation, mais pas forcément de la meilleure manière, car au final ses duos en hongrois ou ses venues à droite et à gauche n’ont servi à rien, car le tableau final était très mauvais (j’entends la chorégraphie gymnastique…).
      Après, honnêtement, j’ai eu peur pour elle qu’elle s’en prenne plein la tronche comme ça se passe souvent chez nous, et finalement, elle s’en tire plutôt bien, car tout le monde reconnait le mérite de sa performance, et je suis le premier heureux pour elle !
      Moi j’aime beaucoup sa chanson, mais pour avoir des points à l’Eurovision, il faut que ta chanson soit celle que les gens préfèrent, pas une chanson qui est jolie. La nôtre ressemblait à celle de Loreen en moins bien… Du coup, on est passés totalement à la trappe. Mais là encore, France 3 aurait dû lui conseiller de chanter autre chose de plus convainquant, ou de moins risqué !

  3. aujourd’hui sur Facebook, Oikotimes parle de la sélection interne pour le Concours et avance déjà un nom pour l’interprète qui SERAIT retenu (c’est du conditionnel…), ce serait Fabrice Mauss. Inconnu pour moi ! et vous ?

    1. Ben ça alors ! Je crois que j’ai déjà entendu ce nom là mais sa tête ne me dit rien du tout…
      Oikotimes et Escflashmalta (les pros des ragots) ont l’air sur d’eux avec interview de Berberes à l’appui…
      Bon sachant que l’an dernier on devait avoir une finale nationale et que Berberes affirmait que le Maroc allait revenir à l’Eurovision (!) je sais pas si c’est très sérieux… En tapant dans Google, on voit que quelqu’un a écrit ça sur son blog en disant que c’est un scoop…
      En tous les cas, ce serait pas une bonne idée, c’est de la nouvelle scène, dans tout ce qu’elle a de pas exportable… Ce serait la cuiller en bois direct !
      Pour info, son « tube » : http://www.youtube.com/watch?v=sxQ6OBeFeBs

      • Lucke on 15 novembre 2012 at 19:08
      • Répondre

      Fabrice Mauss ou Mauss, a sorti un duo qui est pas mal passé sur les ondes :

      • Mimi on 15 novembre 2012 at 20:08
      • Répondre

      Connais pas mais why not … à suivre!

    2. Moi je ne le connais pas, et après avoir écouter deux de ses titres, je peux déjà dire que c’est pas mon trip 🙁

    • markand on 16 novembre 2012 at 06:26
    • Répondre

    suis étonné que peu d’entre nous évoquent les prestations « critiquables » de nos représentants qui altèrent encore un peu plus des chansons « plouf »
    Cerrada qui perd la stabilité de sa vois en devant descendre des marches, Angun entourée de mecs qui, s’étant sans doute trompés de salle, pensaient participer au championnat européen de gymnastique et je vous fait grâce de toutes les autres conneries que ‘lon a pu voir au fil des années ( des ballons, des tenues plus vilaines que « kitch » …)
    revenons uniquement au choix de la chanson
    quant au succès des chansons après le concours, la faute incombe uniquement aux médias, les radios en tête, qui boyccottent systématiquement l’étiquette Eurovision
    alors que ce n’est pas le cas dans les autres pays : ex le lendemain de la victoire de Lena, les radios espagnoles diffusaient déjà, et souvent, la chanson gagnante…. vous avez déjà entendu une diffusion radio d’une chanson gagnante sur les radios françaises ? alors il devait s’agir d’un titre des années soixante-dix car pour les médias c’est arrêté dans ces années-là. L’avantage des radios FM était pourtant prévu, initialement, pour proposer de la variété… alors que de nos jours : tous nous servent la même soupe, souvent imbuvable.
    C’est généralement la diffusion, à outrances, qui provoque le succès !!! (dommage)

    1. J’aime ton commentaire 🙂 Ce que tu dis est tout à fait exact.
      Juste après la victoire de Loreen, la chanson était grimpée jusqu’à à la 23ème ou 21ème place (je sais plus trop) des ventes en téléchargement en France, ventes boostés par l’émission.
      Après, c’était aux radios de faire leur boulot et de diffuser la chanson. Ils ne l’ont pas fait. Il est pratiquement certain que s’ils avaient diffusés le titre comme il se doit, la chanson aurait fait un carton en France. Elle a été numéro 1 dans 21 pays, il n’y avait alors aucune raison pour que la France la boude.

    • Linn1 on 17 novembre 2012 at 10:09
    • Répondre

    Je suis d’accord avec le fait que les diffuseurs français ont une grande part de responsabilité non seulement du « bide » des chansons gagnantes de l’Eurovision mais aussi de l’image arrongante que se font les Européens vis-à-vis de la France, accusée alors de faire preuve d’étroitesse d’esprit. L’exemple qui m’a le plus marqué était l’émission « En route vers l’Eurovision » en 2011 sur France 3 où on ne faisait que faire l’éloge d’Amaury Vassili et où personne n’a pris la peine d’interviewer Eric Saade ou Raphael Gualazzi pourtant invités à chanter sur le plateau de l’émission.

    Je pense que les Européens ont du être également écoeurés par le fait qu’Anggun ait eu l’honneur d’être interviewée dans leurs pays respectifs mais que cela ne soit pas réciproque. Je ne dis pas que le public maltais aurait donné plus de points à Anggun si la France avait pris la peine d’interviewer leur représentant mais je pense tout de même que l’image que dégage le candidat ainsi que le pays qu’il représente est presque aussi importante que la chanson ou la mise en scène. Si Jessy Matador a fini 8ème au télévote, c’est sans doute aussi grâce l’image chaleureuse et modeste qu’il dégageait (j’ai entendu dire que tous ses concurrents l’ont trouvé adorable), bien loin de l’image arrogante et/ou en retrait du candidat français habituel. Idem pour Loreen, qui, depuis sa défaite au Melodifestivalen 2011, a adopté une image plus mystérieuse, plus discrète loin de l’image qu’elle donnait lorsqu’elle a chanté « My heart is refusing me » et ça a bien payé en 2012.

    Sinon, en 1996, j’ai entendu plusieurs fois sur NRJ la chanson de Gina G ou encore « Love Shine a Light » en 1997 mais c’est vrai que depuis des chansons de l’Eurovision on en entend assez peu voire pas du tout à la radio.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :