Dix ans de… Turquie !

Istanbul

Ou plutôt trois, car la Turquie nous a quittés, semble-t-il définitivement…

Avant 2010… la Turquie qui a rejoint l’Eurovision en 1975 dans sa stratégie d’ouverture vers l’Europe, est devenu un pays leader du concours sur le tard. Après le premier podium du pays en 1997, on la retrouve chaque fois aux avant-postes, en particulier en 2003 avec la victoire de Sertab Ebrener.

A partir de 2006, la Turquie a choisi toutes ses chansons en interne. C’est ainsi qu’est choisi le groupe de rock maNga en 2010 : des artistes de premier plan et un choix judicieux puisque leur chanson « We could be the same » termine 2ème.

Même processus en 2011, avec un autre groupe pop-rock, Yüksek Sadakat. Choix moins judicieux puisque pour la première fois, la Turquie n’est pas qualifiée en finale !

C’est enfin en interne qu’est choisi Can Bonomo en 2012. Et puis, malgré la 7ème place de Can à Bakou avec « Love me back », la Turquie qui avait déjà plié bagage, claque la porte du concours. Elle dénonce le retour des jurys en 2009, qui visent selon elle à l’handicaper. De fait, le seul télévote aurait qualifié de justesse la Turquie en 2011. On peut imaginer que la Turquie a été outragée d’avoir échoué en demi-finale et s’est retenue pour honorer son voisin azéri de sa présence. De façon plus générale, rejoindre l’Europe n’est plus au programme du gouvernement turc qui préfère faire du pays une puissance d’Asie et du Moyen-Orient. L’Eurovision n’a donc aucune place dans la stratégie politique du pays. Par ailleurs, des responsables du diffuseur TRT ont plusieurs fois affirmé que les valeurs du concours qui a couronné Conchita Wurst ne correspondaient pas aux standards turcs…

En trois participations, la Turquie est 39ème de la décennie avec 282 points en finale.

Le top : la 2ème place de maNga en 2010.

Le flop : la 13ème place en demie de Yüksek Sadakat.

(10 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Personnellement, la Turquie est un pays qui me manque au Concours. Et je pense qu’indépendamment des choix politiques, les citoyens turcs doivent regretter leur absence à cette compétition à laquelle ils s’étaient attachés.
    Mes chansons turques préférées, par ordre chronologique ; 1975, 1986, 1990, 1998, 1999, 2000 (sur mon podium), 2004 (ma préférée de toutes), 2008 et 2010, évidemment.

    • rem_coconuts on 9 juillet 2019 at 10:26
    • Répondre

    Je suis un éternel partisan du « Plus on est de fous, plus on rit » et donc dans cette logique, plus il y a de pays participants au concours, plus je sautille comme un chiot enjoué. Et c’était cool que la Turquie participe. Cependant, j’avoue que la participation de certains pays me questionne énormément, pour autant je ne les exclurai évidemment pas, car les citoyens ne doivent pas payer pour pas pour leurs dirigeants inconséquents et dictatoriaux, et la Turquie en fait partie. En désaccord à avec les règles et les valeurs du concours, elle a fait le choix de se retirer, et je le respecte complètement, dans la mesure où l’UER n’a pas à modifier les règles du jeu sous la pression d’un pays. Dommage, car en effet, la Turquie m’a fait passer de bons moments au concours, même si les votes de diaspora et de voisinage m’exaspéraient au possible (et m’exaspèrent toujours, coucou les jurys de 2019, quoique pas mal des aspirateurs à vote connaissent un creux depuis 2010)! Mais passons sur ça, puisque que Music Is Queen (comme Madonna!) et les turcs ont eu leur Queen en 2003 avec Sertab Erener et sa prestation très bien rodée qui offrit sa première victoire de haute lutte au pays! Depuis, des propositions pour beaucoup très efficaces (hormis 2005 et 2006 qui m’ont semblé un peu en dessous même si j’aime bien le charme oriental de Rimiley), bien calibrées pour le concours, plutôt pop teintée de sonorités locales, et au très bon rendu live (2007, 2009). J’ai particulièrement aimé la Turquie en 2010 avec Manga et en 2011 où j’ai trouvé l’élimination d’une injustice flagrante (peut-être trop de ressemblances avec 2008). Pour sa dernière participation avec à la clé une quand même belle 7ème place, je trouvais la voix de Can Bonobo un peu pénible et le titre en dessous par rapport aux autres éditions mais ça restait relativement sympathique. J’espère revoir la Turquie au concours un jour, mais à la seule condition qu’elle en accepte les règles du jeu et je crains que ce ne soit pas gagné …

    1. On peut juste lui accorder que la sélection automatique du Big 5 devrait être proscrite. Et le représentant turc de 2012 se nommait Can Bonomo, pas Bonobo LOL

        • Pascal C. on 9 juillet 2019 at 14:22
        • Répondre

        Certains lapsus sont tellement révélateurs, n’est ce pas Rem !!.

        Suis d’accord avec tes arguments, la Turquie me manque aussi … mais si elle attend un retour à ses conditions elle risque d’attendre longtemps. Et c’est la fin du 100 % televote qu’elle déplore le plus sans doute…

  2. Hadise Forever !

  3. La Turquie de retour a eurovision…. J’en rêve avec le beau Murat boz….ce pays a vraiment un bon calibre….cote artistes….le problème…. Ce retrait quel dommage…. Espérons qu’il revienne très très vite…merci Antoine..pour ce flashback

  4. – Comme d’autres pays, je regrette son absence : à titre personnel j’aimerais bien que mon voisin monégasque revienne au concours.

    – La Turquie a eu de très bonnes périodes surtout dans les années 2000 ; pour les trois chansons de la décennie 2010, seule celle de 2010 justement est formidable et aurait mérité la victoire à la place de  » Satellite « . Pour les deux autres c’était très moyen et Can Bonomo ( ou Bonobo pour quelqu’un en particulier qui a dû inconsciemment dévoiler qui il était réellement ! 😆 ) en particulier dont je n’aimais pas la voix comme Francis.

    1. Correctif : c’est rem (obsédé par les chimpanzés) qui n’aime pas la voix de Can Bonomo. Moi, je n’ai rien dit 😛

        • rem_coconuts on 10 juillet 2019 at 09:19
        • Répondre

        (Bon, en tant qu’être naïf, innocent et angélique, j’avoue à avoir quelques difficultés à saisir le sens de l’allusion, et pourtant j’ai demandé l’aide de Google :D)

          • Francis A. on 10 juillet 2019 at 11:39
          • Répondre

          Le bonobo règle ses problèmes avec ses congénères par le sexe. Et ça marche LOL

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :