Dix ans de… Autriche !

Vienne

C’est l’histoire d’un pays qui disait qu’il ne voulait plus participer à l’Eurovision parce qu’il ne gagnerait jamais. Et puis il est rené comme un phénix…

Avant 2010, l’Autriche n’est franchement pas un pays en pointe à l’Eurovision… A partir du temps des demi-finales, confronté à de cuisants échecs, le diffuseur ÖRF, déjà peu fan du concours depuis qu’elle avait manqué de le gagner de pas grand chose en 2003 avec la chanson la plus débile de la terre, a commencé à se retirer une première fois en 2006, pour revenir en 2007, se prendre une déculottée et claquer la porte.

Elle revient quand même en 2011, poussée par la victoire de l’Allemagne voisine, en imaginant une sélection toute nouvelle avec 30 jeunes artistes présentés sur une plateforme en ligne. Dix finalistes se retrouvent sur le plateau de l’ÖRF, et Nadine Beiler s’impose devant Trackshittaz, avec « Oida Taunz ».

Poussés par le succès de Nadine à Düsseldorf, l’ÖRF remet ça. Trackshittaz revient prendre sa revanche avec Woki mit deim popo, et s’impose de peu devant une drag-queen barbue, une certaine Conchita Wurst. Mais à l’Eurovision, le popo connait un échec cuisant : dernier en demi-finale.

ÖRF voit donc plus petit avec seulement 5 candidats inconnus. La brésilo-australienne Natalia Kelly l’emporte devant Yela.

Et puis Natalia Kelly a fait également un flop à l’Eurovision. Il a donc été annoncé très tôt l’année suivante que l’interprète de 2014 était déjà choisie : Conchita Wurst. Un vrai choix : une femme à barbe, ça passe ou ça casse ! Mais ce fut un immense succès et le retour de l’Eurovision en Autriche, après 48 ans d’absence !

Pour célébrer cela, l’Autriche se dote d’une longue sélection nationale mi-talent show, mi-sélection traditionnelle, avec des chanteurs dotés de plusieurs chansons… 6 candidats sont sélectionnés parmi 16, dont un groupe hommage à Bach et une blonde qui chante en français du nom de Zoë… Les fans n’ont d’y eux que pour elle, mais la sélection est remportée très largement par The Makemakes avec I’m yours, devant Dawa. Malheureusement, les Makemakes ne se sont pas distingués à domicile, puisqu’ils n’ont remporté aucun point…

Pour l’année suivante, l’Autriche est revenue à une formule plus simple, avec une seule finale de 10 artistes, comprenant la chanteuse francophone Zoë, qui cette fois-ci l’emporte malgré un désaveu des jurys. Elle bat la chanteuse d’origine arménienne Elly V.

Loin d’ici fut un succès, atteignant la 13ème place, mais ÖRF a pourtant renoncé à sa sélection nationale pour des choix internes ces trois dernières années : d’abord Nathan Trent, 16ème et chouchou des jurys avec « Running on air », puis Cesar Sampson, choriste des deux derniers succès bulgares qui termine 3ème avec sa chanson signée de l’équipe Symphonics. Le troisième choix interne en revanche, la chanteuse Paenda, était beaucoup plus risqué et n’a pas porté chance au pays qui ne parvient pas à se qualifier et termine avant-dernier de sa demi-finale.

L’Autriche est avec une victoire et une médaille de bronze 12ème de cette décennie, avec 940 points en finale.

Le top : la victoire de Conchita Wurst en 2014

Le flop : la dernière place de Trackshittaz en demi-finale en 2012.

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Autriche a etait un coup de coeur pendant un moment césar reste mon préfère beau et ténébreux…. Conchita a était sublime dans sa chanson et sa prestation…. Nathan simple et souriant et Zoé sublime et on oublie la jeune Natalia Kelly qui même si elle n’a pas eu le succès voulu reste une chanteuse qui m’a beaucoup plu…

    Ce pays a été un enchantement lors de son eurovision …et reste l’un de mes eurovision préfère…

    Mais deux artistes qui ont représente ce pays reste une horrible a mes oreilles…

    Paenda je n’ai jamais pu écoute cette chanson jusqu’à la fin…une inepsie sans nom pour moi….le pays ne voilait pas gagner sur…

    Thé makedentes…horrible groupe qui était détestable et hyper prétentieux….vraiment quelle horreur ce truc la. ….

    J’espère que cette année césar ou Zoé ou le beau Nathan reviendront conquérir pour récupère le trophée ou une belle surprise… J’adore Autriche un pays magnifique ou j’ai eu l’occasion d’y aller…juste sublime…

    • Phileurophage on 15 août 2019 at 10:11
    • Répondre

    Zoe, Nathan, Natalia, Cesar… Et the Makemakes, quelle honte qu’ils repartissent en dernière place !

    1. Suis d ‘accord avec toi !!D ‘autre méritait plus qu ‘eux la derniére place!!En tout cas on retiendra que coté show et organisation , 2015 reste le pays qui a présenté les 3 plus beaux show de ces 10 dernières années!!!J étais dans la salle et à Vienne !!que de frissons

  2. J’aime souvent les choix autrichiens, enfin jusqu en 2016.
    Zoé, Conchita et The Makemakes composent mon tiercé d’excellence.

    Zoé est tellement craquante avec ses chansons nunuches en français , Conchita a délivré un très beau message et The Makemakes méritaient vraiment mieux.

    Pas convaincu par contre par le titre de César Sampson , je ne me remets toujours pas de sa 3eme place. Pour le reste, Nadine Beiler, Nathan Trent sont en milieu de tableau pour moi.

    Natalia Kelly méritait son élimination. Et que dire de Trackshittaz et de leur immonde titre..

    Pour 2020 j espère le retour d’une sélection nationale.

  3. L’Autriche est le plus ancien pays du Concours à n’avoir toujours pas remporté la première place dans mes classements personnels. Et en effet, beaucoup des titres présentés depuis 1957 me semblent sans intérêt, pour le dire gentiment. Quatorze Top 10 avant 2010, c’est quand même très peu.
    Toutefois, je sens une embellie depuis quelques années avec plusieurs titres qui me plaisent vraiment : Rise like a phoenix, évidemment, Shine de Natália Kelly et Loin d’ici, principalement.
    À l’écoute des chansons éliminées en sélection nationale, se pose tout de même une question : comment peut-on préférer Trackshittaz à Conchita Wurst ??????

  4. – Pour l’Autriche, c’est tout ou rien pour mes oreilles : dans les catastrophes auditives, je classe en premier Paenda pour 2019 ( une horreur absolue ! ) ; Tackshittaz ( mon dieu ! Je reste sans voix tant c’était moche mais je précise que Gaël adore cette chanson 😆 ) et Makethemakes que j’avais trouvé d’une idigne faiblesse.

    – Et parmi mes préférées, évidemment Conchita en tête, suivie par Zoé, Nathan et César : ces quatre chansons sont pour moi remarquables surtout  » Rise like a Phoenix « 

  5. J’ai évidemment Conchota Wurst dans mon top toutes années / tous pays confondus.
    Sinon j’avais adoré le côté très frais de Zoë et je confesse un plaisir coupable : Woki mit deim popo de Trackshittaz me fait bouger et chanter… J’aime bien !

    • rem_coconuts on 17 août 2019 at 09:08
    • Répondre

    L’Autriche, c’est l’histoire d’un pays à l’incroyable résurrection au concours. Unique victoire dans les années 60, résultats très moyens, retrait, une 18ème place et deux éliminations en DF entre 2011 et 2013… jusqu’à ce qu’arrive Conchita Wurst. Depuis, le pays a enchaîné quatre finales, dont un podium et un top 13!

    Sur l’Autriche, j’ai été plutôt conquis sur la décennie, parfois sur le tard (au moment des live), mais c’est un pays dont j’ apprécie les propositions au concours. La seule avec laquelle j’ai vraiment du mal, c’est celle de 2012, que je trouve bordélique et pas très agréable, pour le reste ça passe bien dans l’ensemble (exception faite du live raté de 2019 pour un titre que je défendais comme je le pouvais…).

    Pour 2014, j’avoue ne pas avoir eu un coup de cœur particulier pour Rise Like A Phoenix à l’écoute de la version studio, mais l’extraordinaire live de Conchita me l’a révélé. Une performance très puissante et parfaitement exécutée pour un titre fort et marquant, très bien calibré, un peu jamesbondien, et une belle victoire (même si j’étais team Pays Bas cette année là). Idem pour 2018: César Sampson (coup d’éventail et transpiration) a littéralement transcendé Nobody But You avec un live excellent et un professionnalisme incroyable #jaibesoindecoursdesport. Une jolie surprise également en 2016 avec un titre en français plutôt enfantin et mignon mais très bien porté par Zoe, ce sans niaiserie ni ridicule.

    Par contre coup de gueule pour le zéro pointé de 2015 extrêmement injuste!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :