«

»

Août 10

Cartes postales : Arménie

C’est un classique de l’Eurovision : la carte postale est nécessaire pour faire la transition entre deux prestations. Elle laisse à l’équipe technique le temps d’apporter des éléments du décor sur la scène, si nécessaire, et aux artistes, celui de se placer. Chaque année, le pays hôte offre une série de cartes postales ayant en général un certain thème : soit présenter l’artiste dans son pays ou dans le pays hôte ou bien dans les deux ; soit faire découvrir le patrimoine du pays hôte ; soit laisser la liberté aux artistes de présenter ce qui leur tient à cœur. Voici donc notre septième série de cartes postales qui met à l’honneur l’Arménie.

Aujourd’hui, c’est au tour de l »Arménie ! Bien que géographiquement située en  Asie, elle est considérée comme faisant culturellement, historiquement et politiquement parlant, partie de l’Europe voire, géographiquement, de sa lisière. Elle est dotée d’un riche héritage culturel et est une des plus anciennes civilisations au monde.

L’Arménie est l’un des pays les plus enclavés au monde, en partie pour des raisons naturelles (montagnes et vallées encaissées,  difficilement franchissables), mais aussi, pour des raisons de manque d’infrastructures modernes de transports (routes et voies ferrées en pleine réfection), et surtout pour des raisons politiques. L’Arménie est en conflit et n’entretient pas de relations diplomatiques (donc frontières fermées à tout trafic depuis plusieurs années) avec deux de ses voisins : la Turquie et l’Azerbaïdjan . La frontière avec la Géorgie n’est qu’à demi-ouverte : seul un poste frontalier est ouvert dans le nord du pays (liaisons routière et ferroviaire, mais de médiocre qualité), les autres routes permettant de franchir la frontière arméno-géorgienne étant actuellement fermées par les Géorgiens en raison des volontés autonomistes de la minorité arménienne vivant en Samtskhé-Djavakhétie, dans la partie sud de la Géorgie. Sur 1.000 kilomètres de frontière que compte le pays, 834 sont fermés. La frontière avec l’Iran (35 km) reste, elle, praticable. Paradoxalement compte tenu du contexte politique actuel, c’est avec l’Iran que l’Arménie entretient actuellement les relations de voisinage les plus courtoises et les échanges économiques les plus importants. L’alliance russe est précieuse pour l’Arménie, mais la Russie actuelle n’a aucune frontière commune avec l’Arménie. L’aéroport d’Erevan est vital pour le pays, car c’est le seul moyen d’accès aisé reliant l’Arménie au reste du monde.

Après cette explication du contexte politique du pays, on comprend pourquoi il est très important pour l’Arménie de participer à l’Eurovision. Cela permet à ce pays enclavé de se faire connaître et de s’ouvrir au monde extérieur.

 

Voyons voir ce que l’Arménie nous a réservé comme cartes postales ces 5 dernières années :

  • 2017

Comme son titre l’indique, Artsvik nous montre, vue d’en haut, la géographie arménienne, faite de montagnes et de vallées encaissées et aussi une église chrétienne orthodoxe. L’Arménie a une typologie assez unique d’architecture ecclésiastique. A la différence de ses voisins, l’Arménie est un pays dont la religion d’état est le christianisme et dont 95% de sa population sont des chrétiens orthodoxes. C’est sans doute une des raisons des liens qu’elle a avec la Russie où l’Eglise orthodoxe est puissante et influente.

  • 2016

Les Arméniens sont très attachés à leur terre. La tradition et la culture sont très importantes et respectées. Iveta nous montre comment est fait le « lavash », le pain arménien.

  • 2015

Visite de la capitale Erevan nichée dans une vallée entourée de montagnes enneigées avec son église orthodoxe, son parc d’attractions, son lac. Elle a pour but de montrer que les Arméniens savent prendre du bon temps.

  • 2014

Voilà comment on crée le drapeau de son pays. Cette carte postale montre que l’artisanat est important dans le pays.

  • 2013

Vue d’Erevan et d’un de ses plusieurs monastères typiques du pays qui mettent en évidence leur patrimoine et leur culture indo-européenne. Elle a aussi pour but de montrer que l’Arménie est un pays développé qui allie tradition et modernité.

Conclusion : 

Dans ses cartes postales, l’Arménie est très attachée à nous présenter son pays, sa culture et son patrimoine. Elles ont pour but de montrer que l’Arménie est un pays développé qui allie tradition et modernité.

 

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. pascal

    L Armenie a globalement de bons resultats au concours grace en partie à une diaspora puissante.

    Sans doute en partie à cause de son eloignement et de ses frontières très impermeables, le pays n est pas tres touristique et je ne sais pas si Erevan pourrait accueillir le concours facilement au niveau des infrastructures hotelieres en particulier.

    En dehors de l Opera National, la plus grande salle de spectacle est l Aram Khachatryan Concert Hall.

    Erevan dispose d une ligne de metro et concentre plus du tiers de la population du pays.

    Si d aventure l Armenie venait à gagner, un retrait azeri serait probable…

  2. sakis888

    Armenie un des rares pays a me passionne avec Iveta par exemple et Artvik mais j’ irai pas en vacances la bas lol

  3. ZIPO

    – Je suis très content que tu fasses les cartes postales de tous les pays même les moins touristiques. Je t’avoue que l’Arménie n’est pas un pays qui m’attire et puis y aller en train ( moi qui ai la phobie des avions ! ), ce serait bien long…

    – Ce sont plus les paysages et les traditions qui retiennent l’attention, et bien sûr le quasi-isolement du pays avec ses voisins…

    – Par contre, les cartes postales sont les plus pertinentes parmi toutes celles que tu as présentées : on sent que l’Arménie veut faire connaître les bons côtés de son pays en évitant soigneusement les sujets qui fâchent, mais au moins, on a un bon aperçu des principaux attraits du pays.

    1. J-F

      Je me dis que sans l’avion, l’Europe a beau être relativement petite (sauf si on va de Bakou, qui n’est pas vraiment en Europe, à Reykjavik…), l’Eurovision n’existerait pas…
      On peut citer l’exemple des premiers Jeux Olympiques modernes en 1896, à l’époque des balbutiements de l’aviation et où les ligne aériennes n’étaient pas encore développées. On se déplaçait à Athènes en bateau, train mais l’expansion de l’aviation a certainement favorisé la dimension universelle des Jeux Olympiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>