Le gouvernement andorran a décidé de tourner la page de l’austérité et de budgétiser un retour à l’Eurovision de la télévision publique andorrane. La RTVA avait participé pour la dernière fois en 2009 et s’était ensuite retirée, faute de financement.

Le gouvernement souhaite en effet permettre aux artistes nationaux de bénéficier d’un éclairage international et à la musique andorrane d’être mise en lumière. Par conséquent, il a commissionné une évaluation des coûts nécessaires. La décision finale dépendra cependant de la RTVA seule. Aucune date précise n’a encore été fixée.

Les partis au pouvoir vont valoir qu’une participation à l’Eurovision serait une excellente publicité et un facteur de reconnaissance unique pour Andorre. Une partie de l’opposition demeure sceptique et estime qu’il ne s’agit pas d’une priorité pour les Andorrans. Une autre s’est montrée beaucoup plus virulente et a attaqué le Concours, estimant qu’il n’était plus qu’un simulacre pompeux sans rapport avec la réelle qualité des chansons proposées.

Les anciens représentants andorrans se sont montrés positifs. Susanne Georgi pense qu’il s’agit d’un beau projet pour le pays. Nick d’Anonymous estime qu’avec le nouveau système de vote, Andorre aurait plus de chance pour se qualifier. Marian Van de Wal analyse qu’Andorre pourrait suivre les traces de la Belgique, des Pays-Bas et de la République Tchèque. Quant à Jennifer, elle trouve essentiel que le catalan se fasse à nouveau entendre à l’Eurovision.

Enfin, OGAE Andorre recommande un retour en 2022, pour fêter le vingtième anniversaire de l’adhésion de la RTVA à l’UER. Et d’autres voix suggèrent une collaboration avec la télévision publique catalane espagnole.

À suivre…